Dimanche 20 juin 2021

Société

Bwiza : un charbonnier désemparé

04/06/2021 0
Bwiza : un charbonnier désemparé
L’endroit où Zacharie Ndizeye vend son charbon en zone Bwiza

Zacharie Ndayizeye vend de charbon de bois entre la 6ème et la 7ème avenue, près du bar Escotis. Pourtant, il se trouve aujourd’hui dans l’embarras de savoir à qui payer le loyer entre Aaron et la Coopérative ’’Bera Akarorero Abandi’’.

« Jean-Bosco Mbonayo, le chef de quartier est venu mardi vers 19 heures, il m’a demandé de payer le loyer », témoigne Désiré Ndimurwanko, le charbonnier rencontré à la 6ème avenue.
Le même jour vers 18 heures, poursuit-il, Aaron Kagabo, le propriétaire de cette parcelle est venu aussi me le demander. « Inquiet, j’ai pris la décision de ne débourser aucun sous.» Selon lui, il tenu à informer son patron Zacharie Ndayizeye, qui se dit propriétaire de la parcelle, sur ce qui se trame.

Au mois de janvier, confie ce charbonnier, j’ai appris de la bouche du chef de quartier que le petit périmètre où les sacs de charbon sont entreposés est un espace vert donc une propriété domaniale.
Selon lui, cet administratif lui a informé qu’il devait payer le loyer à la coopérative Bera Akarorero Abandi, ce qui l’a beaucoup étonné. « Depuis le mois de février, on m’avait chassé de cet endroit. C’est après au mois de mai que je suis revenu exercer mon métier ici », renchérit-il.

Mon patron se dit désemparé. « Je ne sais pas à qui je dois payer le loyer entre la coopérative Bera Akarorero Abandi et celui qui dit être le propriétaire de la parcelle ».

Depuis cinq ans, révèle ce charbonnier, son patron paie régulièrement le loyer au propriétaire de la parcelle récemment qualifiée d’espace vert par le chef de quartier. «Difficile de comprendre comment cet endroit revient aujourd’hui en 2021 à cette coopérative ».

Interrogé au téléphone, le propriétaire de la parcelle, n’a proféré que des intimidations au lieu de répondre aux questions posées.

Le chef de quartier, quant à lui, est formel : « Le petit périmètre dans lequel des sacs de charbon sont rangés est réservé à l’espace vert. Le loyer doit donc être payé à cette coopérative ».
Et pourquoi à cette coopérative ? Le chef de quartier assure que ’’cette coopérative travaille pour l’intérêt public’’. Et d’ailleurs, insiste-t-il, une ’’commission de la Protection civile’’, a intimé l’ordre au soi-disant propriétaire de cette parcelle de ne plus faire payer le loyer.

Cet administratif n’a pas voulu donner de précisions sur cet organe de la police qui intervient dans la gestion des espaces verts.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. Lever l’équivoque

En vue de faire face à la propagation de la Covid-19 par des gens en provenance de l’extérieur, le gouvernement avait fermé des frontières terrestres et maritimes, même si certaines sont restées poreuses. Une quarantaine obligatoire de quatre jours pour (…)

Online Users

Total 1 245 users online