Mardi 28 mai 2024

Société

Région Sud/Rumonge : Va-t-on vers un dénouement d’un conflit foncier ?

07/08/2023 Commentaires fermés sur Région Sud/Rumonge : Va-t-on vers un dénouement d’un conflit foncier ?
Région Sud/Rumonge : Va-t-on vers un dénouement d’un conflit foncier ?
Site “Nkurunziza City” objet de conflit foncier entre Benjamin Bikorimana et certains propriétaires de terre

Les travaux de construction sur le site dénommé « Nkurunziza City » sis sur la colline Gatete en commune Rumonge ont été suspendus depuis plus d’une année suite à un conflit qui oppose un certain Benjamin Bikorimana qui a viabilisé ce site et certains propriétaires de terre. La commission mise en place pour régler ce litige vient de remettre son rapport au gouverneur de province.

L’impatience gagne ceux qui ont des parcelles dans le site dénommé « Nkurunziza City » après la décision de suspension de toute activité prise par le gouverneur après que certains propriétaires de terre ont porté plainte contre Benjamin Bikorimana qui l’a viabilisé pour non-respect des clauses du contrat. Léonard Niyonsaba, gouverneur de province a mis en place une commission pour régler ce litige depuis une année. Il a demandé à tous ceux qui étaient en train de construire d’arrêter en attendant la décision.

Musafiri Ntahomvukiye, président de cette commission et en même temps conseiller du gouverneur chargé du développement, vient d’annoncer que la commission a terminé son travail et a même remis le rapport au gouverneur. Il a tenu à préciser que c’est le gouverneur de la province de Rumonge qui va communiquer la décision prise aux concernés et leur a demandé d’être patients et confiants.

« Genèse du conflit »

Tout commence en 2018 où Benjamin Bikorimana, opérateur économique natif de la colline Gatete en commune Rumonge, s’est entendu avec les propriétaires de terre à cet endroit afin d’y ériger un village moderne. Ils se sont convenus que M. Bikorimana aménage ce site en faisant des travaux de viabilisation dont le traçage des pistes couvertes de latérite, le traçage et la construction des caniveaux d’évacuation des eaux, l’électrification.

Les propriétaires vont céder leurs terres et en échange des travaux de viabilisation, ils vont s’entendre sur le nombre de parcelles qu’ils vont donner à Benjamin Bikorimana en guise du montant dépensé pour viabiliser le site. Certains travaux de viabilisation ont été faits et des contrats de cession de parcelle à Benjamin ont été signés.

Au début de l’année 2022, certains propriétaires de terre ont porté plainte contre lui en indiquant qu’il n’a pas respecté toutes les clauses et qu’ils ont signé des contrats par pression et demandent que leurs terres soient restituées. Benjamin Bikorimana se dit surpris par l’attitude de ces propriétaires indiquant qu’ils ont signé ces contrats en âme et conscience sans aucune pression.

Selon lui, la majorité des propriétaires sont satisfaits et pense que ces personnes seraient manipulées. Il les charge en disant que certaines ont même déjà vendu leurs parcelles. Cette commission a maintes fois fait des descentes sur ce site dénommé aujourd’hui « Nkurunziza City » alors qu’avant il s’appelait « Mandela City » pour attendre les deux parties en conflit.

N.B., une personne qui a acheté une parcelle de 5 ares dans ce site à 6 millions de BIF, attend impatiemment la décision prise afin qu’il commence à construire sa parcelle. H.A, un propriétaire de terre sur ce site, demande que le contrat qui le liait à Bikorimana soit résilié.

Signalons que le site « Nkurunziza City » est situé près de la route Bujumbura-Nyanza-lac et couvre une superficie de plus de 65 hectares.

Certaines constructions y sont déjà érigées dont une école d’excellence privée et les parcelles de ce site ont chacune une superficie de 5 ares.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 4 257 users online