Mercredi 30 novembre 2022

Société

Burundi-Serbie : Des passagers dans le désarroi

28/09/2022 11
Burundi-Serbie : Des passagers dans le désarroi
Des gens qui cherchent des billets d’avion pour se rendre en Serbie étaient nombreux au bureau de Rwandair ce 27 septembre

Des réservations de billets d’avion annulées, exigence de confirmation d’embarquement, les voyages du Burundi vers la Serbie sont presque suspendus. Des passagers y voient un moyen de décourager des migrations vers l’Europe.

Ce mardi 27 septembre à 11 heures, il n’y a qu’une dizaine de passagers dans le bureau de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines. Selon un passager rencontré sur place, le nombre de passagers est allé decrescendo par rapport à ces derniers jours.

« On a suspendu la vente des billets d’avion vers la Turquie où on doit passer pour arriver à Belgrade en Serbie. On vient de nous exiger une confirmation d’embarquement », indique-t-il. Prévoyant de partir pour la Serbie début octobre, il craint que l’exemption de visa pour les Burundais risque d’être levée avant son départ.

Pour C.N., un jeune burundais croisé devant le bureau d’Ethiopian Airlines, c’est le désespoir. Sa réservation de billet d’avion a été annulée alors qu’il devrait partir pour la Serbie ce 5 octobre : « J’avais déjà payé plus de 5 millions pour le billet d’avion. L’agence nous a dit de patienter jusqu’à lundi de la semaine prochaine. Apparemment, il n’y a pas l’espoir de voyager ni d’être remboursé l’argent payé ».

Selon un autre, l’exigence d’une confirmation d’embarquement pour obtenir un billet d’avion est un casse-tête : « Ce document n’existe pas. Son exigence est le moyen de nous refuser de voyager. Qu’ils nous disent la vérité ». D’après lui, l’exigence de ce document serait un moyen de décourager les migrations massives vers les puissances européennes en passant par la Serbie.

La patience exige

Pour ceux qui n’ont pas encore payé dans la compagnie éthiopienne, Rwandair devient un recours. A 11 h 30, ce 27 septembre, des dizaines de gens sont devant le bureau de cette compagnie rwandaise. L’urgence s’impose. Le désordre s’y installe.

Chacun veut entrer le premier : « Il faut faire vite. Des informations circulent déjà que Rwandair va aussi arrêter de vendre les billets pour la Serbie », murmure une femme à une autre. Selon cette femme, Rwandair est la seule option qui lui reste pour réussir son voyage vers Belgrade, la capitale serbe.

Un responsable d’une agence de transport aérien arrive. Avant d’entrer dans le bureau de Rwandair, il fait un clin d’œil à certains gens : « Le voyage vers la Serbie devient de plus en plus difficile. Il faut être attentif et patient ». Selon lui, des Burundais auraient été arrêtés sur les aéroports du Rwanda, Ethiopie et Turquie pour des manquements dans leurs documents de voyage.

« Nous avons reçu, ce matin, un message de la part d’Ethiopian Airlines nous demandant d’arrêter la vente des billets d’avion pour la Serbie en passant par la Turquie pour tout client n’ayant pas la confirmation d’embarquement (ok to board). Personne ne sait où on peut obtenir ce document », indique une autre responsable d’une agence de transport aérien. Elle appelle les passagers à patienter jusqu’à la semaine prochaine.

L’exemption de visa pour les Burundais qui se rendent en Serbie est parmi les accords de coopération générale entre le Burundi et la Serbie qui ont été ratifiés par le Burundi le 15 juin de cette année. Suite à cet accord, les départs des Burundais vers la Serbie sont devenus de plus en plus nombreux.

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. Stan Siyomana

    1. Vous écrivez:« L’exemption de visa pour les Burundais qui se rendent en Serbie est parmi les accords de coopération générale entre le Burundi et la Serbie qui ont été ratifiés par le Burundi le 15 juin de cette année… »
    2. Mon commentaire
    D’après Radio France Internationale, cette exemption de visa serait là depuis 2018.
    https://www.rfi.fr/fr/podcasts/reportage-international/20220603-la-serbie-attire-de-plus-de-plus-de-r%C3%A9fugi%C3%A9s-venus-du-burundi

  2. Stan Siyomana

    1. Vous écrivez:« Des passagers y voient un moyen de décourager des migrations vers l’Europe…
    Suite à cet accord, les départs des Burundais vers la Serbie sont devenus de plus en plus nombreux… »
    2. Mon commentaire
    a). Apparemment le Burundi est l’un des neuf pays du monde dont les citoyens peuvent ENTRER LEGALEMENT SUR LE TERRITOIRE DE LA SERBIE sans visa et rester 30 jours par an ( 30 days within one-year period).
    Les neuf pays sont Bahamas, Barbados, Burundi, Colombia, Guinea-Bissau, India, Indonesia, Paraguay, Saint Vincent and Grenadines.
    https://en.wikipedia.org/wiki/Visa_policy_of_Serbia
    b). Donc la migration (qui requiert le permit de séjour AU DELA DES 30 JOURS et le permit de travail) est un problème d’un autre niveau.

  3. Yan

    Les membres de la diaspora qui viennent au pays et qui racontent aux gens qu’ils vivent comme des rois à l’étranger induisent en erreur pas mal de jeunes qui sont désillusionnés à leur arrivée dans les pays de leurs rêves. En effet, la plus grosse majorité des membres de la diaspora ont tout juste de quoi joindre les deux bouts du mois. Ceux qui racontent qu’ils ont des capitaux (de 100 mille dollars et plus) à investir dans leurs pays d’origine, racontent souvent du vent ou sont de simples aventuriers. Il peut peut-être en exister, mais ils ne dépassent pas les 5% des membres de la diaspora.

    • Hurricane

      @ Yan
      Qui vous a dit que les membres de la diaspora burundaise en Europe sont riches ?
      Ils sont même très très pauvres ! Ne venez pas en Europe c’est la galère et surtout ne nous demandez pas de payer les frais de scolarité pour vos enfants au Burundi et encore moins les “igiseke” ! Envoyez nous un peu de haricots si vous pouvez

  4. Kagabo

    Ce qui est sur, l’Europe n’est pas la solution car eux aussi sont pauvres, peut-être pas au même niveau qu’Afrique. Mais ils sont pauvres pareils, d’où ça ne vaut pas la peine de perdre autant d’argent pour partir nul part, là où la réussite, n’une vie meilleure n’est sure. Il faille tout faire pour se débrouiller avec cet argent

  5. C’est bien de protéger des innocents qui espèrent contre toute espérance!
    Bien sûr il y a une raison derrière ce mouvement migratoire Burundi-Serbie, mais une bonne régulation s’impose et est plus que nécessaire pour la protection des gens sans informations adéquates et qui partent sans scrupules ni discernement sur le calvaire qui les attend!

  6. Jereve

    Il n’y a pas de commentaires sur cette article. Je comprends car prendre position sur cette question d’immigration des jeunes est très difficile. D’une part, on ne peut pas les décourager à partir chercher où l’herbe est plus verte. On aurait des arguments de le faire si on pouvait leur offrir un avenir meilleur ici. Ce qui est loin d’être le cas. D’autre part, le pays est entrain de saigner en perdant les meilleurs de ses cerveaux et forces de travail. C’est l’avenir de notre pays qui est en danger. Nous savons aussi que parmi ceux qui partent, il y’en aura quelques uns qui auront de la chance de s’intégrer dans les pays d’accueil et devenir plus utiles en aidant financièrement leurs familles au pays. Revers de la médaille, il y en aura d’autres qui vont échouer et mener ou finir leurs vies dans des conditions terribles. Bref, ce n’est pas facile de trouver un point d’équilibre entre les arguments pour et contre. Et cela devient plus compliqué quand on est sollicité pour contribuer aux frais de voyage et survie de l’aventurier pendant son périple in and out of Serbia. Nous sommes tous entrain de prendre des risques énormes, car nous avons le dos au mur. J’arrête là.

  7. Mbayahaga

    Que des espoirs brisés en attendant les désillusions.
    Bonne chance quand même.

    • Ineza

      Kagabo je ne suis pas du même avis que toi pour plusieurs raisons que je ne nommerai paa ici.

  8. Vyukuri

    What is an Ok to board (OKTB)? It’s an additional verification of visa details required by some countries before you can travel. It might be done by the airline you are flying with or by the immigration services of the country you are flying to.

    What is the process for OK to board?
    Is OK to board mandatory?

    Make a copy of your visa and send it to the airlines you have booked your tickets with. The airlines will recheck your visa. The ticket will then be approved and checked for the information provided by the applicant. When the approval is done, your flight PNR will be marked as OTB.

    IWACU: Renseignez-vous avant de publier s’il vous plait

  9. Stan Siyomana

    1. Vous écrivez:« il craint que l’exemption de visa pour les Burundais risque d’être levée avant son départ… »
    2. Mon commentaire
    Nanje naraciye mu nzira zo gusaba no kuronka ubuhungiro/asile politique mu bihugu bibiri 1977 na 1987.
    Beshi bava i Burundi kubera ingorane z’ukubura akazi zihari (=economic migrant). Hari ikiganiro numvise basigura ko kugira abo bantu bemererwe kuguma mu bihugu vyo hanze baca basaba ubuhungiro AHO UGENDA WEMANGA KO MUGIHUGU UTURUKAMWO ATAKIGENDA KANDI USUBIYEYO RETA IHARI YOKUGIRIRA NABI.
    None Reta y’ubu izi ko nko mu vyegeranyo biraba kubahiriza agateka ka zinamuntu IZOKWAGIRIZWA GUTUMA URWARUKA RUHUNGA izoreka ngo abantu bagume baja muri Serbiya?
    Pour C.N., un jeune burundai

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 2 112 users online