Mercredi 29 mai 2024

Société

Burundi/Médias : Sandra Muhoza du journal La Nova au SNR

16/04/2024 2
Burundi/Médias : Sandra Muhoza du journal La Nova au SNR
Sandra Muhoza, correspondante du journal en ligne La Nova

Selon des sources concordantes, Sandra Muhoza, reporter du journal en ligne La Nova, ancienne correspondante de Bonesha FM et ancienne journaliste de la radio locale Ntumbero FM basée à Ngozi, serait détenue au SNR, le Service national de renseignements, à Bujumbura. Ses proches le confirment. Il leur a été demandé, via son téléphone, de lui apporter des habits et sa trousse de toilette.

Introuvable depuis samedi 13 avril, elle aurait passé la nuit de samedi à dimanche à Ngozi au cachot du Commissariat de la Police judicaire avant d’être embarquée pour Bujumbura.

D’après ses collègues, elle aurait répondu à un appel d’un commerçant très proche du SNR, qui lui promettait une interview sur la culture de l’avocatier. Mais après avoir répondu à cet appel, elle n’était plus joignable, ce qui a inquiété sa famille et ses collègues.

« Sandra aurait fait des commentaires sur des informations en rapport avec une distribution présumée de machettes aux jeunes Imbonerakure à travers tout le pays », révèlent plusieurs sources contactées à Ngozi dont des journalistes.

Sandra est membre active de plusieurs groupes WhatsApp de journalistes et autres communicants proches du pouvoir comme « Burundi Médias » et « Burundi Press ». Il n’est pas rare que de simples discussions tournent au vinaigre et des débats deviennent vite houleux avec des critiques ou propos au vitriol fusant de partout.

Le journal en ligne La Nova est aujourd’hui animé par Pascal Ndayisenga, il est en même temps rédacteur en chef de la Radio communautaire Izere FM basée à Rumonge, au sud-ouest du Burundi.

Depuis ses démêlés avec l’administrateur de Kiremba à Ngozi au nord du Burundi, en juillet 2022, son journal traite de moins en moins des sujets qui fâchent.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. jereve

    Cette histoire de distribution des machettes circule depuis un moment sur les réseaux sociaux et médias. Et évidemment les gens en parlent entre eux; certains y croient, d’autres n’y croient pas. Il y a de grosses interrogations dans l’esprit de la population.
    Figurez-vous : si le SNR procédait à l’arrestation de toutes les personnes qui en parlent, on n’aurait tout simplement pas assez de places dans les maisons d’arrêt. D’où il ne faut pas se tromper de cible.
    Si c’est une rumeur ou un fake news, il faut remonter à la personne ou groupe de personnes qui l’ont inventé et connaître leur motivation. Est-ce que cette journaliste fait partie du laboratoire à la base de la fabrication de cette histoire ? Si oui, l’arrestation aurait un sens. Si non, c’est une arrestation « pour exemple », c’est-à-dire qu’on arrête n’importe quelle personne pour donner un signal aux autres qu’ils risquent la prison s’ils parlent. Cela fait plutôt partie de la dissuasion /intimidation que de la justice.
    Il faut savoir que les états comme les individus sont actuellement confrontés à une masse sans cesse croissante des fake news. Le Burundi et les burundais ne font pas exception. Je ne pense pas que les arrestations aléatoires des personnes qui parlent de ces choses-là soient une réelle solution.
    La solution, c’est d’abord informer, démentir et tranquilliser. Et savoir qu’à la longue la vérité finit toujours par prendre le dessus sur le mensonge.

  2. Anonyme

    L’information intéressante serait le développement de cette info au sujet de laquelle Vous dites : « Sandra aurait fait des commentaires sur des informations en rapport avec une distribution présumée de machettes aux jeunes Imbonerakure à travers tout le pays », révèlent plusieurs sources contactées à Ngozi dont des journalistes.

    Faites-nous davantage peur ou tranquillisez-nous.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 3 038 users online