Jeudi 25 avril 2024

Société

Burundi/Médias : IPI plaide pour la libération des quatre journalistes d’Iwacu

30/07/2020 Commentaires fermés sur Burundi/Médias : IPI plaide pour la libération des quatre journalistes d’Iwacu
Burundi/Médias : IPI plaide pour la libération des quatre journalistes d’Iwacu
Les quatre journalistes d’Iwacu ont été arrêtés à Musigati le 22 octobre 2019

Dans une lettre adressée au président de la République, ce 28 juillet, l’Institut International de la Presse (IPI) s’inquiète du rétrécissement de l’espace médiatique au Burundi et demande la libération de quatre journalistes d’Iwacu arrêté pour avoir fait leur travail.

Ce réseau mondial des rédacteurs en Chef, des dirigeants des médias et de journalistes seniors, crée en 1950 à l’Université Columbia de New York, pour défendre la liberté de la presse et promouvoir un journalisme de qualité, fait savoir que ces quatre journalistes d’Iwacu ont été punis pour avoir fait leur travail et exercé leur droit à la liberté d’expression.

« Les citoyens burundais ont le droit d’être informés sur ce qui se passe dans leur pays », s’indigne Ravi R. Prasad, directeur en charge du plaidoyer au sein de l’IPI.

Il signale également qu’en étouffant la liberté de la presse et en imposant des restrictions aux médias, non seulement les citoyens se voient refuser leurs droits, mais aussi, cela équivaut également à la censure. « Au fil des ans, les organisations médiatiques du pays ont été muselées et l’espace réservé au journalisme critique s’est rétréci », regrette-t-il.

L’IPI demande au président de la République d’intervenir immédiatement et d’ordonner la libération des journalistes d’Iwacu en leur accordant l’amnistie.

Cet institut demande également une ouverture d’une enquête sur la disparition de Jean Bigirimana, porté disparu, il y a 4 ans dans des circonstances non élucidées. « Nous espérons vivement que, sous votre leadership, les médias pourront fonctionner de manière indépendante en tant que quatrième pilier de la démocratie », souhaite M. Ravi.

Et d’ajouter : « Ils pourront aussi contribuer au processus de construction de la nation tout en fournissant, non seulement, des informations aux citoyens, mais aussi, en jouant également le rôle de chien de garde en disant la vérité ».

Signalons que les quatre journalistes d’Iwacu, Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana et Terence Mpozenzi viennent de passer plus de neuf mois, dans la prison de Bubanza.

Accusés de « tentative impossible de complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat » par le tribunal de Grande instance de Bubanza, ces quatre journalistes ont été condamnés à deux ans et six mois de prison.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 042 users online