Mardi 21 septembre 2021

Les billets d'Antoine Kaburahe

Billet – Des lâches

26/05/2021 12
Billet – Des lâches

Par Antoine Kaburahe

Ce qui s’est passé hier porte un nom : « terrorisme ». Un terrorisme « aveugle ». D’ailleurs , il n’existe pas un terrorisme « éclairé ». Rien, aucune cause ne peut justifier que l’on s’en prenne à des personnes innocentes , de simples citoyens qui attendent leurs bus de retour d’une journée de labeur. Au Burundi, ou ailleurs, hier, aujourd’hui et demain, rien ne peut justifier le terrorisme comme celui de ce mardi soir à Bujumbura. Des scènes qui renvoient aux années noires de notre histoire.

Souhaitons que des enquêtes soient menées rapidement pour identifier les responsables et les traduire devant la justice, afin de les confondre devant les Burundais. Car ceux qui ont tué hier méritent le châtiment et notre mépris. Ce ne sont pas des « guerriers », des « héros » ou des « combattants de la liberté. » Ce sont des lâches qui s’en prennent à une population sans défense. Les « héros sont ceux qui font la paix et la construisent », disait Nelson Mandela.
Dans ces heures difficiles, souhaitons-nous de garder la tête froide, la sérénité, l’unité, la compassion envers les victimes et les blessés. Si les terroristes instillent la peur et la méfiance dans la population, ils auront gagné. Ils ne doivent pas, ils ne peuvent pas gagner.

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. Kibinakanwa

    Une autre attaque aveugle au centre commercial de Muramvya.
    Même modus operandi.
    Où allons nous?
    Triste et Triste

  2. Bundes

    C’est comme le temps des bombes en provenance de Bujumbura rural, mitrailler les enfants à Buta et d’autres barbaries aux quelles ont a assisté donc turabimenyereye

    • Yani

      Vous cachez à peine votre jubilation.

  3. Magara

    Merci Antoine pour ce billet. Absolument édifiant. Je l’ai déjà écrit et je le réitère, peu importe la justesse d’un combat à mener, RIEN, ABSOLUMENT RIEN NE PEUT JUSTIFIER LE RECOURS AU TERRORISME COMME MODUS OPERANDI POUR LE FAIRE ABOUTIR. En même temps, au delà des grenades, pourquoi s’abstenir de faire preuve de courage, et de penser qu’il y a peut-être un message subliminal derrière cet acte, quelque peu ignoble qu’il soit? Ceux qui lancent des grenade lancent peu-être également un appel. Au delà de l’émotion, de la révulsion et de la condamnation somme toute assez légitimes, il s’agit pour l’autorité politique de donner un peu plus d’air à l’espace politique et de permettre à ceux de nos compatriotes qui le désirent de retourner sans contrainte et sans risque au bercail. Je l’ai écrit et je le réitère, LA RÉPUBLIQUE DOIT POUVOIR SE MONTRER MAGNANIME ENVERS TOUS SES ENFANTS. L’exil est un naufrage, seuls ceux qui ne l’ont pas encore vécu peuvent en douter

  4. ntare minott

    En kirundi, on dit que “wiba uhetse ukaba uriko wigisha uwuri mu mugongo”. Ce sanglant spectacle n’est pas un fruit du hasard.
    Depuis quelques années, chez nous pour accéder au pouvoir tu dois être le plus violent et le plus impitoyable de tous. Ainsi on a grandi sous les jets de grenades, de pose de mines antichar en ville, de massacres des déplacés, de sanglantes embuscades, exécutions extrajudiciaires, de cas de disparutions, etc… Les responsables de tous ces crimes se la coulent douce sans inquiétude jusqu’aujourd’hui.
    Ainsi rien ne m’étonnerait qu’il y’ait d’autres aujourd’hui qui s’inspirent d’eux pour assouvir leur soif de pouvoir vu que c’est payant et sans conséquences.
    Ceux qui maudissaient les boulots de Buta en 1997, se sont-ils abstenus de collaborer avec ces boulots une fois au pouvoir?
    Que le Seigneur aie pitié de nous!

    • BarekeBavuge

      Que vous avez raison, mon cher Ntare.
      Je me demande toujours ce que nous avons fait au BON DIEU DES JUIFS.
      OUI vous avez terriblement raison, unfortunately.

    • Doni

      C’est donc que vous cautionner cette barbarie minott?!
      Merci de votre message Mr Kaburahe…

      • ntare minott

        Je ne cautionne rien du tout. Au contraire je ne suis qu’un triste spectateur désarmé face à ce spectacle barbare.
        Et à mon avis, ceux qui cautionnent cette barbarie sont parcontre ceux-là qui ont récemment voté contre une résolution de l’ONU visant à prevenir qu’il y’ait d’autres genocides.
        Mon cher Doni, y’a-t-il plus meilleure caution à ce genre de barbarie quelle celle-là?

  5. Jean

    Bien vu Antoine. Le commanditaire de ses attaques ignobles est tellement lâche qu’il ne peut même pas les revendiquer. Sans oublier que tôt ou tard il sera démasquer et.. pourquoi on a banni la peine de mort?

    • roger crettol

      [ Les « héros sont ceux qui font la paix et la construisent », disait Nelson Mandela. ]

      Le fond du problème, c’est bien qu’il y a trop de facilité à succomber à la violence, au Burundi. Alors rétablir la peine de mort, avec une justice qui est ce qu’elle est en ce moment … pas le bon choix, à mon avis.

    • John Paul

      Don’t even mention death penalty. You would be having thousands and thousands on death row because Burundians are sarcastic and enjoy the shedding of innocent blood.

    • SAKUBU

      “Rétablir la peine de mort” : ce serait toujours ôter la VIE même si c’est la VIE d’un criminel et/ou d’un assassin or la VIE est SACRÉE. Il existe d’autres sanctions appropriées qu’ôter une VIE. “Les héros sont ceux qui font la paix”.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 551 users online