Vendredi 15 octobre 2021

Politique

Après une période d’accalmie, l’intolérance politique se réinstalle au nord

14/08/2021 et Commentaires fermés sur Après une période d’accalmie, l’intolérance politique se réinstalle au nord
Après une période d’accalmie, l’intolérance politique se réinstalle au nord
Une permanence du CNL détruite

Emprisonnements, destruction d’une permanence, passage à tabac, … les Inyankamugayo, militants du Congrès national pour la liberté (CNL) des provinces Kirundo et Ngozi dénoncent une montée de l’intolérance politique ces derniers temps après une période d’accalmie. Ils demandent aux autorités administratives et policières d’être impartiales.

Népomuscène Ndungutse, responsable du CNL sur la colline Gahosha en commune Gitobe de la province Kirundo et Ernest Mbazumutima, responsable de ce même parti dans la même commune de Gitobe, sont incarcérés depuis le 5 août 2021 au chef-lieu de la province Kirundo.
« Nous ne sommes pas au courant des chefs d’accusation. Ce sont des arrestations arbitraires. Ils doivent être libérer », réclament les proches des prévenus.

C’est aussi ce que souhaitent les responsables du CNL en province Kirundo. « Les accusations sont infondées. Ces sont des arrestations abusives ».

Selon une source à Gitobe, une fouille-perquisition a été opérée sur la colline Gahosha chez un certain Serges, un rapatrié du Camp de Mahama au Rwanda. « Il était soupçonné de possession d’armes. Mais il avait déjà pris la poudre d’escampette ».

Par après, le chef de colline Gahosha ainsi que des Imbonerakure ont arrêté Népomuscène Ndungutse l’accusant de complicité avec ce Serges. « C’est faux car ce Serges n’est pas un militant du CNL et ils ne se connaissent même pas », indiquent les voisins de Népomuscène. Il est conduit manu militari au chef-lieu de la commune.

Le représentant communal subit le même sort

« Lorsque le représentant communal a vu Népo aux mains des Imbonerakure, au début de la matinée, il est allé s’enquérir de la situation auprès de l’administrateur communal qui l’informe qu’il a été arrêté pour des raisons d’enquête. Ernest a laissé la police faire son travail », confie un habitant de Gitobe.

Alors qu’il rentrait chez lui aux environs de 20 heures, poursuit une autre source, Ernest Mbazumutima a été suivi par le chef de colline qui avait arrêté Népomuscène. Il lui fait savoir que l’administrateur communal veut le voir. Le représentant communal du CNL le suit sans se soucier de rien.

« Arrivé à la commune, Ernest y a trouvé le commissaire provincial, le responsable communal des Imbonerakure, l’administrateur communal, l’OPJ ainsi que Népo. Des questions ont fusé : Quel genre de travail tu exerces ? Connais-tu Serges ? As-tu fui le pays ? Est-ce que tu sais le nombre d’Ex-Fab qui se trouvent à Gitobe ? Connais-tu le nombre des militants du CNL dans la commune Gitobe ? »

Des questions qui ont laissé perplexes les Inyankamugayo de Gitobe. « Pourquoi toutes ces questions ? Quel est le lien entre le CNL et les Ex-FAB ? Il y a quelque chose qui se cache derrière ces arrestations. Ernest ne vit même pas sur la colline Gahosha. Il était venu demander ce qui se passe comme tout responsable politique. »

D’après les témoins, le commissaire provincial lui a demandé ses téléphones portables et il a répondu qu’ils sont à la maison. « Il est parti avec l’OPJ les prendre chez lui à bord d’une moto. A leur retour, il a été embarqué en direction du chef-lieu de la province ».

Interrogée, l’administrateur de la commune de Gitobe, Georgine Dusabe, indique qu’ils ont été appréhendés dans le cadre d’une enquête. Selon elle, des tracts ont été trouvés chez Serges. « Les tracts renseignaient sur les actes de terrorisme prévus contre notre commune. Il y avait une liste et les numéros de téléphone des personnes à assassiner. Mais, on n’a pas trouvé d’armes ».

L’administrateur communal reconnaît qu’elle avait discuté, dans la matinée, de ce cas avec Ernest Mbazumutima. « Quand on lui a demandé ses téléphones portables, il a hésité à les donner. Il a alors été suspecté de complicité ».

Emprisonnements à Kiremba et destruction d’une permanence à Ruhororo

En commune Kiremba de la province Ngozi, les Inyankamugayo dénoncent les violations dont ils sont victimes. « Par exemple, les Imbonerakure de la colline Musanga ont interdit un membre du conseil communal du nom de Gratien Nzeyimana de remettre les pieds sur sa colline natale parce qu’il est militant du CNL », indique un des responsables communaux du CNL.

Selon lui, ils sont aussi victimes de menaces. « D’après eux, il n’y aura plus en 2025 un responsable du CNL dans le pays. On menace également les élus collinaires de les remplacer avec les militants du Cndd-Fdd ».

D’après les Inyankamugayo, les Imbonerakure ont tendu, le 3 juillet dernier, une embuscade sur la colline Ruyumpu aux militants du CNL qui revenaient d’une fête. « Ils ont été battus. Le chef de colline Ruyumpu, un Inyankamugayo, a voulu intervenir et lui aussi a été battu ».

Le lendemain, poursuit une source, ils ont voulu porter plainte mais ils n’ont pas été reçus. « Par contre, le chef de colline Ruyumpu, Pierre Mpawenimana, a été jeté en prison. Il a été même transféré à la prison de Ngozi. Il a été relâché quelques jours après. C’était un moyen détourné pour le remplacer. C’est ce qui est arrivé au chef de colline Ciri. Il a été emprisonné, le 9 juillet dernier, mais il a été relâché. Il a été remplacé par un militant du Cndd-Fdd au poste de chef de colline ».

Les militants du CNL évoquent aussi le cas de Simon Manariyo, conseiller communal et responsable communal des jeunes du CNL, qui a été emprisonné, le 8 juillet dernier, sur ordre de l’administrateur communal.

Il a été relâché le lendemain. « Les arrestations et les intimidations se sont intensifiées depuis le mois d’avril de cette année. Dans ses réunions, le responsable communal du Cndd-Fdd, Viateur Rivuzimana, menace constamment les Inyankamugayo en disant qu’il va nous envoyer quelque part. On se pose des questions sur cet endroit où il va nous envoyer. » Iwacu a essayé de joindre l’administrateur de la commune Kiremba, Pascal Sebigo, sans succès.

La permanence de Ruhororo vandalisée

En commune de Ruhororo de la province de Ngozi, la permanence du parti du CNL sur la colline Gitamo a été détruite. C’était dans la nuit du 6 août 2021. Les portes ont été arrachées et emportées, les chaises cassées.

Les Inyankamugayo accusent les Imbonerakure d’être derrière cet acte avec la complicité des administratifs à la base. Ils citent même les noms des présumés auteurs : Vigile, Nganyira, Donatien, …

« Le chef de colline Gitamo habite à 100 m de la permanence et le chef de cellule habite à 10 m. Il y a aussi un voisin qui habite à 2 m. Et même le responsable communal du Cndd-Fdd habite à quelques mètres. Est-ce qu’on peut dire que personne n’a rien entendu ? » D’après ces Inyankamugayo, les autorités administratives et policières n’ont pas daigné arriver sur terrain.
Ce n’est pas la première fois que cette permanence soit vandalisée. « La première fois, c’était le 23 mai 2020 après les premières élections. Les portes ont été arrachées et les écrits effacés. On a reconstruit de nouveau. La deuxième fois, c’était le 1 juillet 2021. Ils ont fait la même chose. Ils ont emporté les portes. Ils ont cassé les chaises qui se trouvaient à l’intérieur. Ils ont aussi emporté les tôles qui étaient dedans ».

L’administrateur communal, le chef de poste et l’OPJ sont arrivés sur terrain mais ils n’ont rien fait. « L’OPJ a émis des convocations contre le chef de colline et les voisins mais les Imbonerakure les ont empêchés de comparaître ».

Interrogé sur ces accusations, le secrétaire communal du Cndd-Fdd s’est fendu d’une réponse : « Allez demander à ceux qui ont fait les enquêtes. » Contactée, l’administrateur communal, Mamerthe Birukundi, a décroché mais elle est restée muette après avoir entendu notre identité et notre question. Recontactée, elle n’a plus décroché.

CNL

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 088 users online