Jeudi 30 mai 2024

Société

Affaire Bunyoni : de mal en pis

19/10/2023 12
Affaire Bunyoni : de mal en pis
L’addition se corse

Avec un nouveau chef d’accusation de tentative d’assassinat du chef de l’Etat, le dossier de l’ex-Premier ministre incarcéré à la prison de Gitega se corse. Cette allégation a été évoquée pour la première fois par le représentant du ministère public, un argument-massue pour justifier les raisons de son maintien en détention préventive.

Lors de sa comparution en appel devant la Cour suprême pour statuer sur son maintien en détention préventive, le Général Alain Guillaume Bunyoni et sa défense se sont vu refuser toute demande allant dans le sens d’une libération provisoire. La détention préventive a donc été requise.

Dans son argumentaire ou raisons l’ayant conduit à interjeter appel, l’ancien Premier ministre a notamment désapprouvé le fait que la Cour suprême, au premier degré, n’ait pas pris en compte le contenu de son certificat médical.

Selon sa défense, il s’est avéré que les médicaments prescrits n’étaient pas efficaces, ce qui a aggravé sa maladie : le diabète très avancé de type 2. Et ce n’est pas tout, il y a également la situation carcérale. Sa défense la trouve ’’incompatible avec son état de santé’’.

Elle se dit inquiète au vu ’’de ses mauvaises conditions carcérales du client’’. D’après des sources dignes de foi, l’ex Premier ministre est loin des autres détenus, isolé dans une cellule. Pour y accéder, indiquent ces sources, il faut franchir trois portes et chacune a deux cadenas.

Dans les arguments avancés, la défense parle aussi d’un refus, du premier siège de se prononcer sur la caution de 300 millions de BIF proposée par Alain Guillaume Bunyoni.

Pour la défense, ses biens notamment son patrimoine immobilier saisi, auraient pu constituer une garantie pour bénéficier d’une liberté provisoire.

Pour le ministère public, l’ancien Premier ministre ne peut pas bénéficier de liberté provisoire d’autant qu’il est poursuivi pour de graves infractions. C’est notamment la tentative d’assassinat du chef de l’État et l’atteinte à la sécurité intérieure de l’État, des crimes passibles de plus de 20 ans de réclusion criminelle.

Le ministère public a demandé aux juges du siège constitué de maintenir le Général Alain Guillaume Bunyoni en détention préventive. Et l’affaire a été mise en délibéré.

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. Gacece

    On l’a attrapé en train d’essayer de se faire la malle (s’enfuir). Il veux une seconde « chance » pour la tentative!

    Cela étant dit, il devrait avoir droit à un suivi médical régulier et adéquat.
    La prison n’est pas censé être une résidence luxueuse, sinon cela ne serait pas une punition.

  2. Nkurunziza Jessie

    Mu giswahili bavuga ngo Kula kulipa.Umwe wese yishura ivyo yakoze.Nul ne peut échapper à la justice divine même pas Bunyoni.

  3. James

    Depuis 2005, Bunyoni était parmi les ténors du pouvoir DD. Avec ses amis, ils faisaient la terreur. Aujourd’hui, il se lamente de « ses mauvaises conditions carcérales »
    20 ans au pouvoir, Bunyoni a eu la chance d’améliorer les conditions carcérales des prisonniers. Il a maintenu un système injuste qu’utilisait contre ses opposants. Il a volé, détourné des millions des dollars, laissant les pauvres burundais mourir de faim. C’est bizarre comment ces gens-là oublient facilement que le même système injuste qu’ils utilisent contre les autres sera utilisé contre eux un jour.

    « D’après des sources dignes de foi, l’ex Premier ministre est loin des autres détenus, isolé dans une cellule. Pour y accéder, indiquent ces sources, il faut franchir trois portes et chacune a deux cadenas. »

    Ni des millions des dollars volés, ses collègues avec qui il travaillait pour malmener les Burundais, aucun, personne ne peut l’aider aujourd’hui. Il est seul, Isolé.

    A vous tous qui êtes au pouvoir, n’oubliez pas que chacun aura son tour chez le coiffeur. Construisez le Burundi où vous et vos enfants auront un futur meilleur.

    Kadege, Hussain Radjabu, Manassé, Bikomagu, Adolphe, Nkurunziza, Bunyoni… ils vous disent quelque chose?

    Différentes personnes, un même système! Vous pouvez les changer ou vous pouvez attendre votre tour!

    • Jereve

      Il y a une blague qui a circulé sur certains réseaux sociaux des burundais. Elle raconte qu’un certain Président a décidé d’augmenter le budget des prisons pour améliorer le quotidien des bagnards. Mais en même temps, contre toute logique, il a décidé de diminuer le budget du ministère de l’éducation nationale. Et quand on lui a demandé de s’expliquer, il a tout simplement dit qu’il a plus de chance de finir en prison qu’à l’école.

      • Bosco

        Merci pour le sense d’humour. Ceci dit, je me dis que les prisons burundaises sont bourrées des gens qui ont été torturés, puis emprisonnés injustement par rien d’autre que l’ancien ministre de l’intérieur. Peut être on a besoin de trois portes pour protéger Mr Bunyoni de son passé. D’où le besoin de trois portes. La vie peut vraiment être ironique!

    • Inarunyonga

      De là ou ces personnalités sont, elles lui envoient un chaleureux bonjour.
      Sieur Bunyoni appréciera certainement.
      C est rien, mais je le dis ici. J ai été bouscoulée une fois dans un magasin, lorsqu il est entré dans un magasin.

      • Laurent

        Ah oui? Dis donc pour quelqu’un qui est venu du maquis, il a vite pris les goûts du luxe vip trop vite. C’est claire que cette histoire n’allait pas bien finir.

        J’espère qu’un jour nous aurons touts les details de dont il est accusé, surtout ce qu’ils ont trouvé dans les containers et sous les piscines, etc..

        J’espère que le tribunal pourra éclairer tous les zones grises de la provenance de sa richesse si vite après le camping dans le maquis.

        Etait il tjrs sur la liste des gens des gens sanctionnés par les USA? Car je ne sais pas comment l’autre de la BRB a pu se trouver dans une piscine de branchiment d’argent! J’ai du mal à ne pas voir: Alain G Bunyoni-Dieudonné Murengerantwari-Sylvestre Niyonsaba dans le même dossier.

        J’ai vu que le Burundi est devenu une plaque tournante de la cocaine. On sait très bien que rarement ceci se passe sans qu’il ait de grand policier ripoux.

  4. Jereve

    C’est le procès d’un homme seul accusé de crimes qu’il est impossible de commettre en solitaire. Comploter de renverser un gouvernement implique nécessairement qu’il y a des conjurés (ou complices). On ne les voit nul part devant la justice, ou du moins on n’en parle pas. Et la tentative d’assassinat du chef de l’Etat, je vois mal Bunyoni tout seul au coin de la rue avec un pistolet ou un poignard en attendant de sauter sur le président à la première occasion. Non, là aussi il doit y avoir des complices qui planifiaient et un homme de main préparé pour cela. On n’entend pas parler de ceux-là. Quant aux crimes économiques, là aussi il est impossible d’amasser de gigantesques richesses sans la facilitation d’un réseau puissant. Le réseau est passé sous silence.
    Ceci est une opinion que je me suis forgée à partir des éléments contenus uniquement dans cet article d’Iwacu. Que ceux qui ont plus d’information nous éclairent.

    • Richy

      il est avec 7 coaccusés

      • Oui ils sont 7: uwamahoro, uwamahoro, uwamahoro, uwamahoro, uwamahoro, uwamahoro et uwamahoro. Voilà la liste exhaustive

  5. Gito

    Quelle hypocrisie,
    Tout homme a droit à une justice équitable et bénéficie de la presumption d’innocence.
    1) Tentantive d’assassiner le président: None yamwica wenyene?
    Il y a des gens assassinés où on soupconne sa main. Pourquoi ne pas déterrer ces cas?
    2) Sa richesse pharaonique est connue. Vyavuye hehe?
    pardon. au Burundi la loi exigeant les dignitaires à déclarer leurs biens est juste une « blague ».
    Il y a de fortes chances que mon commentaire acerbe ne soit pas publié.

  6. Kazungu

    Hier loup ,parmis les loups.
    Ainsi, il comprendras que la tyranie n ‘a pas d’amis.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 2 124 users online