Editorial

Le piège

28-11-2014

Antoine KaburaheAyant bien tiré la leçon de leur retrait du processus électoral en 2010, aujourd’hui, les leaders de l’opposition clament sur tous les tons qu’ils participeront aux élections. Excellente nouvelle car, à ce jour, on paie encore les conséquences de cette décision immature qui nous a plongé dans un monopartisme de fait.

Mais, paradoxalement, cette assurance de participer aux élections cautionne un processus électoral dont ils dénoncent, chaque jour les travers : une Ceni jugée partiale, le manque d’inclusion et de dialogue, la liste des griefs est longue comme un jour sans pain.

Ainsi, on avance vers les élections malgré les graves lacunes dénoncées par l’opposition, avec le risque de déboucher sur des élections qui ne seront ni libres ni équitables.

A la fin, l’opposition n’aura que deux choix terribles : soit accepter en l’état les résultats d’un processus dans lequel elle aura quand même participé ou… refuser le scrutin. Si elle opte pour le refus, elle portera la responsabilité de toutes les violences qui pourraient en découler.

L’opposition est donc piégée. La Ceni, elle, reste butée. Elle campe sur sa position, cette lecture stricte de la loi refusant quelques « entorses utiles », pour reprendre cette belle formule d’un diplomate à Bujumbura…
Espérons que la Ceni va (enfin) pouvoir entendre tous ces cris et conduire un processus juste et équitable pour tous.

  6   Vos commentaires
  1. avatar nivyo

    Decision immature, merci Antoine d’avoir dit le mot juste.

    Et Bamvuginyumvira, leonce, et mugwengezo disent des trucs contradictoires… Ce qui les decredibilisent.

    Rwasa vient de dire qu’il ira en tant qu’independant aux elections. C’est assez difficile de depenser de millions dans une campagne etant comme independant.

    Si s’etait Bayaganakandi j’allais comprendre car il est non seulement fortune mais aussi tout Mwaro l’admire.

    Et Rwasa ? Je peux vous assurer que a Ngozi, sa province natale il n’est pas si aime que dans Bujumbura rural. Or, depuis 2011, lors du discours de Peter dans Bujumbura rural sur la securite, les dd ont insufles dans l’esprit des Bujumbura ruraliens le desirs d’etre gouverne par des natifs de Bujumbura rural. Si maintenant les dd, Frodebu, Fnl-miburo lui opposent des natifs de Bujumbura Rural en 2015 ses chances vont etre assez considerablement reduites. vous verrez quand la campagne vas commencer les slogans des dd.

    L’une des constantes qui determinent si un presidentiable aura du succes au burundi, c’est le soutien que les natifs de la localite d’ou il est ne lui donnent. Abanyabururi soutiennent fermement leurs presidentiables. N’abanyamwaro. Les barimiro sont trop fiers de soutenir Domitien, Peter,… De sorte que Leonce, meme si il est plus intelligent que la moyenne dans le frodebu, j’ai toujours entendu dans les cabarets les barimiro jurer qu’ils n’accepterons jamais d’etre gouverne par un mubo.

    Et ca les fdd le savent…

  2. avatar Theus nahaga

    pour que la CENI change d’avis, il lui faudrait en avoir un qui lui soit propre. Nous en sommes loin pour l’instant, la CENI dépend trop de la présidence. Personne dans en son sein n’est assez courageux et assez intelligent pour déjouer les manoeuvres de la présidence et du gouvernement. Peut-être que les partis d’opposition seront assez malins pour essayer d’entre à Kigobe même au terme d’une élection faussée et essayer de conquérir une visibilité et une respectabilité qui pourraient dans l’avenir interpeler les électeurs burundais dans les élections à venir, mais cela est une autre histoire

  3. avatar Burka

    Et si cette Coalition gagnait les élections, elle va les remettre en cause quand on sait que même les postes sont déjà partagées. Bon soit!
    Mais le grand défi c’est qu’ils ne sont pas écouté. Et à mon avis ADC a déjà réalisé cette sourde oreille. Et alors que doit elle faire? Elle doit réfléchir en tout cas la route vers la victoire est semée d’embuches. La meilleure façon serait de nous présenter un projet de société? Nous avons certes besoin de changement, mais pas seulement des hommes, beaucoup plus des projets de société.

    Burka

  4. avatar Wazamani

    Décision immature??? Le mot est lourd, très lourd. Il n’a pas été bien pesé dans ton style habituel, monsieur Kaburahe. Avec tes capacités d’investigation, nous attendons que tu nous publie les résultats des PV ayant sanctionné le scrutin de mai 2010. De là, nous pourrons juger si la décision d’arrêter la course électorale prise par les partis d’opposition était mature ou immature, responsable ou irresponsable.

    • avatar duciryaninukuri

      Par contre moi je suis de l’avis d’Antoine car essaye toi-même de dissocier 2010 et ce qu’est le climat politique aujourd’hui tu verras bien que tout trouve sa source là. il ne faut pas avoir peur de dire la vérité telle qu’elle est même si parfois elle ne plait pas celui qu’on aime.
      Je crois qu’ aujourd’hui ce qu’il y a à faire c’est premièrement d’éviter des erreurs pareil et deuxièmement de comprendre qu’il n’existe aucun miracle venant de choix politiques si les cœurs des citoyens, les relations et les façons de faire ne s’alignent pas dans la même ligne de vision que ce qu’on croit fermement et qu’on veut voir ou obliger les autres à faire.
      Quand j’écoute à la radio ou lit combien les fronçais sont déçus par un gouvernement résultat d’un vote fait par eux-même, je pense à ce qui peut réellement sauver notre pays et franchement à part des idées je cherche encore et ma soif de n’est pas assouvie.
      Est-ce râler tout le temps contre tout: des fois avec raison d’autres fois sans raison?
      Est-ce simplement remplacer ceux qui détiennent les rennes du pouvoir?
      Est-ce se salir mutuellement jusqu’à se dire alors qui a maintenant gagner ce jeu ?
      Est-ce adhérer tous à un même parti politique?
      La ligne est longue et je risque d’entendre lors des campagnes de propagande prochain des discours de ce genres.

      Je ne suis pas contre tout ce que je viens d’aligner mais ce serait très simple et je pourrais me convertir en politique moi-même pour servir à cette cause bien que je ne l’aime pas tout en la suivant de près comme citoyen patriote. Je crois qu’il nous faut au delà des défis d’abord mettre de côté la précipitation et toute attente miraculeuse et chercher par une étude sérieuse la vérité, l’âme du votant burundais sans exception pour comprendre les vrais raison qui poussent à faire tel vote pour s’y aligner si elles sont de poids bon gré malgré ou pour les démystifier si elles ne sont pas de taille.
      Voilà la voix efficace du futur changement : tout le reste ne présage rien de bien pour personne que ce soit l’auteur gagnant ou perdant ou le visé perdant ou gagnant. Le comble et je ne suis pas prophète croyez-m’en c’est encore d’année de misère pour nous tous au profit d’une parti de burundais..

  5. avatar Mutima

    Il y a ce qu’on dit qu’on va faire, et il y a ce qu’on fait. Il y a souvent des signaux observables qui permettent de prédire comment une personne ou un groupe de personnes va réagir dans une situation donnée.

    Je ne vais pas étaler mes observations ici, mais tout porte à croire que les leaders des partis de l’ADC ont choisi à l’avance de ne pas participer aux êlections!… Ou du moins à s’assurer que celles-ci ne se déroulent pas comme prévu!

    Ceci est dicté par le fait qu’ils envoient des messages paradoxaux à leurs partisans : «La CENI est monocolore, on ne va pas accepter ses décisions, mais on va quand même en élections!»

    Quelle contradiction! Au moment venu, ils (l’ADC) vont tout larguer et, comme en 2010, ils vont dire que les élections ont été fraudées! Et voilà le cycle de violences qui s’invitera dans l’équation!

    Les faits renseignent plus que les paroles! Et jusqu’à preuve du contraire, l’ADC a prévu de perturber, aux yeux du monde, les élections de 2015! Peu importe comment!…

    Dernière réflexion : je ne sais pas ce que Minani vient faire dans l’équation Rwasa + Nditije = Victoire, mais il devrait à tout prix se dissocier de ce mariage que je qualifierais de «fuite en avant» ou de « buée de sauvetage» au vu et au su de la succession d’événements qui se sont déclenchés avec le boycott des élections de 2010! Ce jeu dépasse amplement Minani et il serait temps qu’il en prenne conscience!… Sauf si bien sûr il se croit au courant… ou plus malin!…

    Nditije n’a jamais quitté l’UPRONA! Et Rwasa n’a jamais quitté l’IKIBIRI! Tout le reste n’est qu’une poudre aux yeux, un écran de fumée… qui cache un feu en gestation!…

    Comprendra qui comprendra!

Publicité