Société

Le désespoir des enseignants

16/03/2018 Clarisse Shaka 4
Le désespoir des enseignants
Des enseignants redéployés devant les bureaux du ministère de l’Education.

Certains professeurs, pères de famille, se désespèrent de ne pas avoir touché leur salaire, depuis décembre. Le Directeur provincial de l’Enseignement mairie tranquillise.

A l’origine du désespoir de certains enseignants, un redéploiement au niveau national remontant à août 2017. En novembre, le ministère de l’Education demande, dans une correspondance, au ministre de la Fonction publique de suspendre les traitements des enseignants « qui n’ont pas exécuté leurs affectations après le redéploiement ».

Or, certains enseignants avaient fait recours, avec succès. C’est le cas de L.M., enseignant sur un établissement de la capitale. Il avait été redéployé dans une commune située à une vingtaine de km de la mairie. Après avoir obtenu gain de cause, il s’est vu affecter sur un autre établissement de la mairie.

Début janvier, il constate, à sa grande surprise, que son compte est vide. Pas de salaire du mois de décembre. Il assure que c’est le cas pour la plupart des enseignants qui ont fait recours.

Après avoir demandé des explications au ministère de l’Education, L.M. apprend qu’il est sur la liste des enseignants qui ont déserté après redéploiement. « Comment est-ce possible ? Je ne me suis pas absenté un seul jour durant tout le trimestre. »

En dressant la liste des déserteurs, estime cet enseignant, il est clair que le ministère n’a pas considéré les recours.

Une vie d’enfer

Père de trois enfants, L.M. confie qu’il mène aujourd’hui une vie « misérable ». Il n’arrive plus à nourrir sa famille, à payer le loyer. Chaque matin, confie-t-il, il doit s’endetter auprès d’un boutiquier de son quartier pour ne fût-ce qu’un kg de riz et de haricot. « C’est ridicule, il me voit me présenter au travail tous les jours. »

Il s’alarme que son bailleur est sur le point de saisir la justice, puisqu’il vient de passer trois mois sans payer son loyer. A ce rythme, il craint de ne plus être capable de se présenter au travail, faute de moyens de transport. De surcroît, il confie avoir deux crédits bancaires.

L.M. fait savoir qu’ils ont confié leur cas au Directeur provincial de l’enseignement(DPE). Ce dernier a plaidé en leur faveur auprès du ministère de l’Education. « Toujours pas de réponse. » Il déplore surtout le silence du ministère face à leurs plaintes. Il les renvoie au DPE qui « règle au ralenti la question faute de temps, parfois. »

Contacté, le DPE, Patrice Twabonyimana, assure que les cas d’enseignants privés injustement de leur salaire ont été régularisés au début de ce mois. Mais il souligne qu’il y a quelques enseignants oubliés : « J’espère qu’ils vont être régularisés d’ici peu. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Yes les enseignants ont compris que les elections sont en principe financees par des citoyens patriotes qui aiment leur Pays. Tu nous amenes des cas isoles et/ou erreurs.

  2. Gacece

    @Eternel Gacece
    Fautes professionnelles! Pas responsable, ni de ces fautes, ni de qui que ce soit!… Ils ne sont pas mes amis.

  3. Eternel Gacece

    Gacece, svp, hanura tes amis bikebuke.

  4. Mafero

    Je ne peux m’imaginer que ce ministère soit parmi les premiers à déposer des millions et des millions de BIF sur le compte des éléctions alors qu’il ne parvient pas à payer ses fonctionnaires depuis 2017.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Ils proviennent d’une même organisation, s’adressent au même pays. Pourtant, ils portent un regard tellement différent sur la situation burundaise. Le 9 août, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Michel Kafando, a brossé un tableau très positif, presque immaculé, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

619 utilisateurs en ligne