http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Agriculture

3 milliards de Fbu pour produire du sucre sans calories au Burundi

C’est à partir de la stevia introduite dans la province Mwaro, par l’usine théicole PROTHEM et Kingboon Ltd International, entreprise chinoise. Le coût d’investissement s’élève à 3.000.250.000 Fbu.

Une pépinière des plants de la stevia à Kigarama, commune Ndava, province Mwaro ©Iwacu

Une pépinière des plants de la stevia à Kigarama, commune Ndava, province Mwaro ©Iwacu

« C’est pour avoir une plante supplémentaire d’exportation que nous avons introduit pour la 1ère fois au Burundi la stevia, une plante originaire de Paraguay en Amérique Latine », indique Epitace Bayaganakandi, initiateur dudit projet. A Mwaro, il est prévu de planter une superficie de plus ou moins 1.000 ha pour plus ou moins 3.600 tonnes de feuilles sèches à exporter. Une production à atteindre selon M.Bayaganakandi au mois de juin 2014. Favorable dans les zones de température située entre 15° et 35 °, cette plante est très productrice. Son rendement varie entre 3 tonnes et 3,75 tonnes par ha, d’après l’initiateur du projet. Ce qui permettra à chaque ménage qui parvient à cultiver 15 ares de la stevia à avoir un revenu d’un million de francs burundais par an.

Dans la seule province de Mwaro, zone pilote, M. Bayaganakandi estime qu’il y aura au moins 20 milles ménages bénéficiaires.
Pour l’économie nationale, ce projet est d’une grande importance. M.Bayaganakandi souligne qu’avec le début de la production, il injectera annuellement dans l’économie de la province une masse salariale de près de 400 millions de Fbu. Ce qui permettra à la population de faire soigner leurs enfants, de les scolariser et d’améliorer leur habitation. Une idée soutenue par Simon, un habitant de la colline Rutyazo, commune Kayokwe, province Mwaro. Il ne doute pas qu’avec cette plante, ajoutée aux théiers, il pourra tripler voire quadrupler son revenu annuel.

Une plante médicinale

D’après Fabien Gahungu, chef de projet STEVCO (Stevia company) à Mwaro, les extraits de la stevia sont 300 fois plus sucrés que le sucre ordinaire. Et ses dérivés n’ont pas d’impact négatif sur la santé, sur le glucose sanguin. Par exemple, explique-t-il, le steviol, (le sucre résultant de la stevia) contribue à la réduction de la tension artérielle, le diabète et l’obésité. Il contribue dans la prévention des caries, aide dans la digestion et dans la stimulation intellectuelle, l’action anti-séborrhéique, qui signifie selon M.Gahungu que ce produit aide à freiner certaines maladies de la peau et facilite son rajeunissement, etc.

C’est dans la province de Mwaro, commune Ndava, colline Fota que des pépinières de la stévia sont installées. Sur une étendue de 1,12 ha, 107.000 plants seront produits. Ce projet est l’initiative du Prothem et Kingboon Ltd International une entreprise d’origine chinoise.
Epitace Bayaganakandi, initiateur du projet Stevco au Burundi ©Iwacu

Epitace Bayaganakandi, initiateur du projet Stevco au Burundi ©Iwacu

Qu’en est-il de la transformation ?

Dans l’avenir, STEVCO compte transformer les feuilles sèches de la stevia. Une usine de transformation est en construction pour un montant de six millions de dollars américains, y compris l’achat et l’installation de l’équipement.
Epitace Bayaganakandi indique que pour le moment, c’est la phase de la vulgarisation des plants de la stevia. Ils sont donnés gratuitement mais il rappelle aux nécessiteux de réserver des terres fertiles en vue d’avoir une bonne production. Et de préciser : « La récolte se fait chaque deux mois après la plantation (entre quatre et cinq fois par an) alors que la multiplication des plants prend seulement trois mois ».

Une extension en perspectives

Après la province Mwaro, pilote, dès 2015, le projet stevia s’étendra selon Epitace Bayaganakandi sur toutes les provinces théicoles. Il s’agit de Bururi, Bujumbura rural, Muramvya, Kayanza, Cibitoke, Bubanza, Gitega et Makamba. D’après lui, la couverture nationale permettra l’accès au projet à près de 300.000 ménages et la création de 2.000 emplois permanents et 100.000 emplois temporaires.
C’est dans le marais situé entre les collines Kigarama, (commune Ndava), Rutyazo (commune Kayokwe) et Gatsinga (commune Ndava) qu’un centre de multiplication des plants de la stevia est installé. Il faut noter aussi que le Burundi va être le 4ème pays à introduire cette plante après le Maroc, le Mozambique et le Kenya. Et ces derniers exportent les feuilles sèches. Ils n’ont pas des usines de transformation.

  26   Vos commentaires
  1. gakima

    Bravo Bayaga. None bizoshoboka ko mbana aba dd. bagomba kuKUBIKA KU MUSAGA
    Il s’agit d’un faucon rare. Il faut l’admettre. Ailleurs de telles gens sont respectées et protégées

  2. Vuvuzela

    Tureke gufata ikivunga!! Bayaganakandi canke Sinunguruza signifient « tous les Banyamwaro »? Pas du tout.

    La meme chose, quand des Imbonerakure perdus ou indiciplines font le bordel, nous crions aux DDs, tous les Imbonerakure, etc. Quand tel de Matana est promu pour ses qualites d’homme ou de femme, nous crions au….munyabururi. Cendajuru ironse Bucumi, tukaduka ngo Cankuzo niyo itwara!!

    Garukire aho.

    Felicitations a ce Monsieur. Fetes comme lui et soyez regionalistes; pourvu que vous l’aurez fait.

  3. Rubambo

    CHAPEAU

  4. Terimbere

    Le probleme que j’ai avec ce projet, c’est justement ce Juin 2014!
    Un autre juin!
    Le mois de Juin n’est pas tres fertile pour notre pays!
    Nous nous souviendrons de ce million FBU par menage!!
    Je dois reconnaitre que la pauvrete au Burundi resulte du fait qu’on n’a jamais eu un President Militaire de Mwaro! On aurait enterre la pauvrete!
    Ces gens sont doues du business!
    Ubuzima burabandanya naho baturiye isoko!
    J’aime bcp ce monsieur, toutes ses oeuvres commencent toujours chez lui! Ceci est le cote positif du regionnalisme et d’autres devraient suivre son exemple! Le travail et non l’exclusion!
    Bonne chance mon Colonel!

    • JB

      Tu exagères. Urazi individualisme y´abanyamwaro? Nubava ku musozi umwe ntibamenyana. Hanyuma umbalire ico Sinunguruza yakoreye i Mwaro. Mugabo ngo yarubatse agasengero imbere y´inzu iwe.
      Nay´ahandiho, aba nyamwaro barakwiriye kw´ikebuka. Nta kawa bagira, nta mabuye yagaciro bagira, ibizuku navyo leta yimba ijana mugisoda ntaco vyafashije abanyagihugu.
      Ntibagira amazi meza, ntibaba heza, etc.

      Nibakumbure bakanure barafise umugabo abaha akalorero.

      • Terimbere

        Ariko bafise ubwenge kandi barafashanya!
        Nawe aho uherereye, gira uko, urabe ko uburundi butunguka!
        Amacakubiri nayo, ugombe uyakureho!
        Uyo mushingantahe afise ama talents, kubona izina ry’iwe rigihagaze aho!
        Mbe abandi ba ministres canke aba colonels bagiye hehe?!?!
        Bagiye hehe?
        Burundi bw’imburakimazi!
        Courage mon colonel!!

  5. Nisawa mwibagiye ibigega vyurya ba GAZA yasize!(igihiga no inyuma ya cotebu) bena buyuya nibo babiriye n imwibukuke abadaza baphiriye ibuganda murabaza icabishe ….reka rero gushimira abasuma

  6. Joa

    Cher Nganji,

    Il existe des business ou la guarantie de reussite n’est jamais 40%, certains meme echouent completement.
    Nibisanzwe, si we wenyene amaze gutangura project sans succes. Il faut plutot avoir le courage de recommencer encore, et never give up! Iyo pessimisme yawe nizeye ko idahagaze ku kindi. Cet home est entreprenant au moins. Merite- t-il un prix du president? Oui, s’il prend la carte DD seulement!

  7. Kaminuza

    Nuwogushigikira ntagire intambayi nto nto administratif zomudécouragea!!!

  8. Muhirwe

    Njanye nawe!Abandi baguma baduza ingumu gusa bagomba uwo bakubita!

  9. Comme d’autres l’ont déjà exprimé, Bravo Mr Bayaganakandi. vous êtes un homme capable de penser pour le pays. en créant une usine, vous donnez du travail à la population. Si tous les DD qui sont en train de piller le pays pouvaient au moins vous imiter. b
    Bravo mille fois.

  10. coup de chapeau à toi grand frère!!!
    voila un bon exemple d’un politicien à suivre, des actions ensuite des poroles, et non l’inverse.
    Malheur à celui qui attend les avocats et la viande des chiens du Pouvoir DD !!!!!!!!

  11. bitariho

    Uwomuntu avuze ngo Bayaga yarambuye ses bottes ninde?? Reka kwibesha ingona iyo ihumirije iba ibona harya arabona akajagari aba dd mukora!! Mais bravo Bayaga urasuvye Petero et son équipe bateye amavoka none ubu abarundi bishwe na kwashi ariko rero ntusye bwose wibuke yuko Imwaro imbonerakure zuzuye iyomirima yawe barayiturira nkomuri 93

  12. Jereve

    Même s’il ne faut pas attendre des miracles de ce projet, c’est beaucoup mieux que les discours politiques stériles qu’on nous sert au quotidien.

  13. ali

    UWO MUGAMBI NTAWUNDI ATARI UMU SODA YAKORANYE NA BUYOYA UREKE ABO BA DD NIMBONERAKURE BIRIGWA BATEZAKADURUVAYO GUSA

  14. Mpitabavuma

    Au moins une petite lueur d’éspoir. Reconnaissons quand même que sans la paix et la sécurité dans tous les sens du terme, on ne peut pas s’aventurer à investir des sommes aussi importantes. Que le gouvernement fournisse encore plus d’éfforts pour que ceux qui hésitent en core se bousculent à la porte du burundi pour investir et créer de l’emploi. Merci E. Bayaganakandi.

    Ps: 1000000fbu / an càd moins de 84000fbu/mois pour 15 ares reste peu. Je ne sais pas ce qu’on peut faire avec cette somme pour tout un ménage. Il faut augmenter à la juste valeur. 15 ares c’est pas rien. Beaucoup de millions/mois en apport immobilier.

  15. Mwaro

    Bravo Mr Bayaganakandi

  16. Gerry

    Komera mutama Bayaganakandi, Uburundi burakeneye cane gose abantu nka wewe bakunda Igihugu n’abanyagihugu!! Nanje nzogushigikiza igisabisho muntu w’Imana!! Komera

  17. Nganji

    Un projet excellent mais qui malheureusement risque de ne pas durer. Mon pessimisme se base sur d’autres projets de ce monsieur dans la passe. Malheureusement il est extremement productif lorque la vie politique chauffe. Des que cette periode passe ses idees se refroidissent avec une vitesse exponentielle.

    • JB

      None iyo projet wibazako ayitanguye kuko la vie politique chauffe? L´usine à thé fonctionne à la satisfaction de beaucoup d´agriculteurs et de l´État (je suppose). Ahubwo, il faut l´encourager pour que le succre de la stévia soit produit au Burundi et d´exporter les produits finis au lieu des feuilles brutes.
      Personnellement, mon inquiètude réside dans la pénurie d´énergie et les tracasseries administatives comme ibiturire n´ibindi.

  18. Déogratias

    « Ce qui permettra à chaque ménage qui parvient à cultiver 15 ares de la stevia à avoir un revenu d’un million de francs burundais par an. » C’est à peu près 84000 Fbi par mois, à méditer.

  19. Kirinyota

    C’est pas mal ça. Bamwe bashaka gusoroma ivyo batarimye barabira kuri uwo mushingantahe.

  20. Est-ce que c’est cultivable dans la province de Ruyigi? cette homme est fort.

    • Divy

      Haha… Le régionalisme commence à poser problème!!! Juste une blague mais oui, karabaye vous avez raison, il est très fort ce monsieur. Merci à lui, le peuple y gagnera quelque chose! Prions pour que ça se réalise.

  21. Barekebavuge

    Voilà un homme qui sait de quoi les Burundais et le Burundi a besoin. Il a enlevé complètement sa tenue de combat pour chausser les bottes d’un meilleur agro-alimentaire. Le champion des avocatiers qui ne produisent rien pendant dix ans devrait copier ou même tricher ce bel exemple. Que cherche-t-il chez les sales imbonerakure portant des tenues militaires en lambeaux? Pour faire peur à qui? Pour passer 100 ans au pouvoir? Imitez Bayaganakandi, soyez imaginatifs et mangez à la sueur de ton front, monsieur PN. Le pouvoir corromp, surtout quand on veut s’y accrocher à tout prix.

    • ndarusanze

      Mbe burya burya wewe ntiwoba urwaye mu mutwe? Ariko kabisa urabona ukuntu wahahamutse gushika naho uvuga amajambo nk’ayo? Jewe noguhanura ko wosimbira kumu Psychotherapeute nimba iyo iwacu ariho mu vy’ukuri yabinonosoye, kuko ugeze ahanyerera kabisa. Ukaba ufise uburyo wewe ubwawe rangura imigambi uheze wikize n’umuryango wawe nimba mu vy’ukuri uwufise. Nayo kuja mu vyo guta ishavu kuri naka na naka ataningaruka bimugirako ntaco bimaze, wewe niwe uriko wica cerveau yawe en faisant travailler les surrenales qui secrètent plus d’adrenaline et de noradrenaline qui te tuent à petit feu.

Publicité