http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Justice

Innocent Muhozi rentre libre après une audition de 5 heures

Auditionné de 9h à 14h, ce 22 mai, par le substitut du procureur général de la République, Innocent Muhozi sort libre. Serein, il a répondu aux questions des journalistes.

Innocent Muhozi à sa sortie d’une audience qui a duré 5 heures

Innocent Muhozi à sa sortie d’une audience qui a duré 5 heures

« L’audition concernait le message lu par le Général-Major Godefroid Niyombare le 13 mai dernier sur les ondes de la Radio-Télé Renaissance. Le substitut voulait savoir s’il y a un lien particulier avec ceux qui ont organisé la tentative de coup d’Etat », indique Innocent Muhozi, directeur de la Radio-Télé renaissance à sa sortie d’une audience qui a duré plus de 5 heures.

Beaucoup de questions lui ont été posées et il affirme y avoir répondu en intégralité et qu’après c’est à la justice d’apprécier. Il explique qu’il n’y avait pas d’accusations spécifiques mais seulement des questions très précises sur le processus menant à la diffusion du message. Si c’était lui-même ou la Télé Renaissance qui a diffusé le message. « Manifestement c’est la diffusion qui pose problème. L’audition s’est bien passée, il n’y a rien eu d’irréguliers mais il faut attendre pour voir la suite.»L’enquête continue et M .Muhozi note qu’ils ont diffusé le message essentiellement pour des raisons professionnelles. « Nous ne nous sommes même pas posé la question.»
Il ajoute que même s’ils n’ont pas été les premiers à diffuser le message, ceux qui l’ont fait avant ont également fait leur travail. Si j’avais peur, précise-t-il, je ne serais pas venu ici, mais je m’inquiète parce que je pourrais être en train de faire autre chose, dormir tranquillement sans être soupçonné de ceci ou de cela. « Dans ce pays qui peut dire qu’il est tranquille avec tout ce qui se passe ? »

Signalons que vers 11h, deux pick-up (camionnette double cabine) ont tenté d’arrêter un journaliste mais il a par après été relâché. Aucun autre rendez-vous n’a été fixé mais les enquêtes continuent.

  1   Vos commentaires
  1. Ntahoturi

    Il y a désormais un VOCABULAIRE QUI TUE ET QUI DÉSINFORME

    Désormais, en ce qui concerne l’actualité au Burundi, il ne faudrait plus parler de  » Tentative de coup d’état », mais de  » Coup d’état fomenté par l’État lui-même « .

    S’il vous plaît, cessez, cessons de spéculer ; cessez, cessons de céder à la lâcheté ; cessez, cessons de nos décourager ; affrontons la réalité en face et appelons les choses par leurs noms.

    Informons l’opinion nationale et internationale pour dénoncer le montage de  » coup d’état « .

    S’il vous plaît, ne parlez plus de  » Coup d’état « , mais de  » Simulacre de coup d’état « , de  » Montage de coup d’état  » ou de  » Coup d’état par l’État lui-même « .

    Objectif :

    Que les médias nationaux (ceux encore fonctionnels – au moins les médias écrits) et les médias étrangers cessent d’utiliser un vocabulaire faux et morbide, un vocabulaire qui désinforme les Burundais et le monde entier. Que les hommes politiques et les médias cessent de parler comme s’il y a eu tentative de coup d’état ! Faisons tout pour faire comprendre à tous qu’il n’y a eu qu’un montage de coup d’état visant arrêter les manifestations et là faire taire les manifestants. Une seule visée dans ce montage : éliminer à compte-goutte et à feu doux tous les opposants politiques, mâter les opposants au 3è mandat, ainsi que tous les ténors de la société civile et des médias indépendants.

    Si cette étape n’est pas encore franchie, nous n’allons nulle part, on va traîner en esclavage pendant encore d’autres décennies. Des vies humaines continueront à tomber sans que personne ne sache ou ne bouge, surtout que les médias indépendants sont détruits, et que les représentants de l’opposition ou de la société civile sont, ou bien en clandestinité, ou bien déjà exécutés sans que personne ne le sache. Enterrés comme des chiens ….. !

    Arnaud Ntahoturi

Publicité