Mercredi 29 mai 2024

Société

La journaliste Sandra Muhoza à la prison centrale de Mpimba

19/04/2024 Commentaires fermés sur La journaliste Sandra Muhoza à la prison centrale de Mpimba
La journaliste Sandra Muhoza à la prison centrale de Mpimba
Sandra Muhoza a passé 3 jours au SNR

Selon ses proches, la correspondante du journal en ligne La Nova, Sandra Muhoza arrêtée à Ngozi samedi 13 avril 2024 et détenue par le Service national de renseignements, est entrée dans la soirée de ce jeudi 18 avril à la prison centrale de Mpimba à Bujumbura.

Selon des sources dignes de foi, elle n’est pas encore condamnée mais elle a été placée sous mandat en attendant l’instruction de l’affaire. D’après ces mêmes sources, ce sont les échanges et commentaires faits dans le groupe WhatsApp, « Burundi Médias », constitués de journalistes et d’autres communicants proches du pouvoir, où cette journaliste s’est exprimée sur l’information faisant état de distribution présumée de machettes dans certaines localités du pays, qui sont à la base de son calvaire.

Des sources proches de la défense de cette journaliste se disent inquiets et craignent de voir leur cliente poursuivie pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ». Et là, il y a risque d’une peine de « servitude pénale d’un an à trois ans et d’une amende de cinquante mille à deux cent mille francs burundais ou d’une de ces peines seulement ».

Ces sources parlent également de l’« aversion raciale ». Il s’agit de l’article 266 de Code pénal : « Quiconque a manifesté de l’aversion ou de la haine raciale ou ethnique ou aurait incité ou encouragé, ou commis un acte de nature à provoquer cette aversion ou cette haine, est puni d’une servitude pénale de six mois à deux ans et d’une amende de dix mille à cent mille francs burundais ou d’une de ces peines seulement ».

Signalons que sous la houlette de la Maison de la presse, des organisations des professionnels des médias burundais plaident pour la libération de cette correspondante du journal en ligne La Nova afin de continuer à exercer son métier.

Ces organisations « interpellent les journalistes burundais à être solidaires et à mettre en avant leur confraternité et faire valoir leur professionnalisme ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 2 557 users online