Santé

Grève au CNPK : les malades mentaux désespérés

22/02/2018 Chanelle Irabaruta 0

Au premier jour de la grève du Syndicat national du personnel (Synapa) soignant au Centre neuropsychiatrique de Kamenge (CNPK), les patients se disent affectés, pénalisés par cet arrêt de travail. Ce mercredi 21 février, ils affirmaient avoir perdu l’espoir.

Un groupe de membres du Synapa au CNPK en grève

«Je n’ai pas eu de médicaments pour mon enfant qui souffre de l’épilepsie. Pourtant, les médecins nous en avaient prescrit», se lamente une femme désemparée.

Un homme originaire de Ngara à Bubanza témoigne qu’en l’absence de ses médicaments, il passe des nuits blanches. Il craint une rechute: «Dans une semaine, au cas où je n’aurais pas encore pris mes médicaments, la maladie montera d’un cran».

Les patients demandent à la direction de ce centre de trouver un terrain d’entente avec les syndicalistes. Autrement, ils ne savent pas à quel saint se vouer. «La direction nous ordonne de rentrer mais, je crains que mon enfant ne devienne agressif s’il ne prend pas ses comprimés », s’indigne une femme rencontrée au CNPK ce mercredi.

Adolphe Niyongere, président de ce syndicat, affirme qu’ils sont organisés pour la gestion des cas d’urgence. «Nous assurons le service minimum». Au cas où les trois jours s’achèveraient sans que la direction n’ait trouvé de solutions, il appartiendra au comité de prendre des mesures.

Hyppolyte Manirakiza, directeur du CNPK, affirme ne pas comprendre la démarche de ces syndicalistes. Il soutient que leurs arguments sont basés sur des allégations mensongères. Il leur rappelle qu’ils sont responsables avant tout de la santé des patients.

Pour rappel, les membres du syndicat Synapa au CNPK reprochent à la direction de ce centre notamment la confiscation de la prime basée sur le financement des performances et le dysfonctionnement du cadre permanent.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Ils proviennent d’une même organisation, s’adressent au même pays. Pourtant, ils portent un regard tellement différent sur la situation burundaise. Le 9 août, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Michel Kafando, a brossé un tableau très positif, presque immaculé, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

362 utilisateurs en ligne