Samedi 20 juillet 2024

Archives

Des numéros d’adresse supprimés pour se protéger

14/01/2016 7

Des habitants des quartiers contestataires, vivant dans une psychose d’insécurité, effacent leurs numéros d’adresse. Eclairage d’un psychologue.

Un numéro d’adresse effacé à la 12ème avenue dans le quartier Kinanira.
Un numéro d’adresse effacé à la 12ème avenue dans le quartier Kinanira.

A l’entrée de certaines avenues de la zone Musaga, les numéros d’adresse de certaines parcelles ont été effacés, souvent, avec une peinture rouge. A la 12ème avenue du quartier Kinanira, rares sont les parcelles qui ont encore leur numéro d’adresse visible.

«Les jeunes du parti au pouvoir rancardent la police, avec les adresses à l’appui, pour dénoncer ceux qui ont participé dans les manifestations », explique B.N., un jeune habitant à la 17 ème avenue. Il ajoute que depuis la fin des manifestations, les Imbonerakure et les anciens manifestants se regardent en chiens de faïence. «Brouiller nos adresses devient une nécessité.»

Après des arrestations – visiblement ciblées -, raconte un autre jeune rencontré à la 13ème avenue, beaucoup ont pris peur. Certains des jeunes qui restent dans ces quartiers préfèrent supprimer leurs numéros d’adresse.

Idem dans le quartier de Mutakura. De la 1ère à la 11ème avenue, des pancartes ont été déracinées. Ce phénomène a pris de l’ampleur avec la fin des manifestations, confie un jeune, habitant la 4 ème avenue. «Un jour, des forces de l’ordre ont demandé l’adresse d’un voisin, on ne l’a plus revu», raconte

I.N., habitant le même quartier. Suite à cet incident, ajoute-t-il, bon nombre de ménages ont fait disparaître leurs numéros d’adresse.

«La contagion d’émotions peut pousser à l’autodéfense…»

«Les personnes qui effacent leur adresse ressentent d’une certaine manière une insécurité fondée ou pas, ce qui les pousse à défendre leur territoire, » explique François Ntahorwamiye, psychologue à l’hôpital Prince Régent Charles. Ce dernier estime que la situation vécue par certains habitants des quartiers contestataires entraîne une certaine contagion d’émotions désagréables. « Cette contagion peut pousser à l’autodéfense ou engendrer d’autres violences.» Les gens qui ont peur, explique-t-il, ont tendance à être violent d’une manière ou d’une autre.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Une manifestation sans autorisation est un crime grave. Ex aux Etats Unis et/ou en France, des manifestations non autorisees doivent etre combattus par les agents de securite. Soyons serieux.

    • Mutima

      Que fait-on quand la manifestation est interdite par celui contre qui on manifeste ? Ça s’appelle RÉSISTENCE

    • Yves

      Imaginons un gouvernement peu soucieux des droits de l’homme et qui décideraient d’interdire toute manifestation (toute ressemblance avec un pays connu est fortuite ^^)… selon votre raisonnement, il ne serait plus possible de s’assembler librement, or c’est un droit fondamental reconnu par toutes les conventions internationales. Vous n’êtes pas en train de faire l’apologie d’un régime dictatorial n’est-ce pas ? 😉 cela vous ressemble si peu…

  2. KABADUGARITSE

    Tout semble mener à la destruction des structures de l’État administratif de nos collectivités et ce qui arrive n’est que la suite du comportement de certaines autorités. Est-ce que avoir participé à une manifestation donnerait lieu à l’arrestation des auteurs ou faudrait-il avoir commis un autre délit au cours de cette manifestation pour en être victime potentiel ?

    Pourtant sous d’autres cieux, le droit à manifester est un droit inscrit dans la Constitution!

    • Ali Rugira

      En occident, la manif doit être autorisée même si c’est un droit constitutionnel. Dans plusieurs pays, l’itinéraire doit aussi être indiqué.
      Mais effacer les numéros des maisons constituent je pense une violation des règlements municipaux. D’où la nécessité de ramener la paix partout. Les propriétaires de maisons dans les quartiers contestataires doivent aussi dénoncer les suspects.

    • Mariya Budangwa

      @ Karabadugaritse

      Comme tu le dis sous d’autres cieux le droit à manifester est un doit inscrit dans la Constitution oui, mais ce que tu oublies c’est que sous d’autres cieux ceux qui veulent manifester doivent demander l’autorisation, donner l’itinéraire et respecter les droits de ceux qui ne vont pas à la manifestation, leurs biens, la chose publique et se faire accompagner par la police est-ce que tout ça a été respecté? À toi de répondre à la question.

      • Burundi

        On venait de passer 10ans sans avoir le droit de manifester pacifiquement. Mais les partisans du pouvoir manifestent a chaque fois qu’ils le veulent sans meme informer les autorites. Comment est ce que vous internautes, proches du pouvoir, vous cotionnez une injustice notoire que vous avez vecue. C’est dommage parce que parmi vous il ya ceux qui savent ce que c’est l’injustice. Donc pour vous, soient vous soutenez l’injustice pourvu qu ‘elle s’ applique sur les autres. On appelle ca le cynisme, la tyranie et rasisme. Et vous envahissez chaque fois les eglises,. Dieu a horreur de la haine. Mais vous vous trompez, on n’est plus au 20e siecle, et permettre l’injustice alors que tu as le pouvoir d l’eviter c’est sacrifier la majorite (celle des contribuables qui vous font vivre par leurs taxes). Regarder plutot ce que gagne ton frere qui n’est pas politicien, ton cousin, ton ami, ton voisin et Chercher la justice equitable, L’Amour, la compassion et il n y aura plus de manifestations. Parce que selon N. M « La guerre et la paix sont faites par celui qui a les moyens. Si ils veulent la paix, ils la font mais si ils veulent la guerre c’est vice versa. Malheureusement, ca prend des decenies pour les Africains pou le savoir alors que actuellement meme une maitrise dure 12 mois de travail et de recherche. Merci

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 728 users online