http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Sécurité

Bwiza : trois personnes tuées dont un officier de police

Selon des sources sur place, ce triple assassinat a été commis à la 6ème avenue au numéro 89 ce lundi 18 janvier en fin d’après-midi par un homme armé sur motocyclette.

Plusieurs policiers de la brigade anti-émeute se sont rendus sur les lieux du crime à bord de leurs pick-up. Leur déploiement sur cette avenue a créé une panique. La police affirme que les enquêtes ont déjà commencées pour identifier les auteurs de ce forfait.

L’officier assassiné s’appelle OPPI Anicet Dusabumuremyi, il est connu sous le nom de Maroha, il était avec Protais Ndikuriyo, directeur général chargé des ressources humaines au ministère de l’Education, et un avocat, Me Emmanuel Nduwimana. Cette information est confirmée par le porte-parole de la police, OPPI Pierre Nkurikiye.

Il n’y a pas encore de confirmation de la part de la police pour un autre officier qui aurait été tué ainsi ses 2 AT (agent de transmission) ce même lundi vers 20 heures du soir à Ngagara Q 4. Des sources sur place nous indiquent que cet officier rendait visite à un ami quand des inconnus ont ouvert le feu.

  10   Vos commentaires
  1. Kadogi

    I think Burundians need to think twice. Whatever thing you intend to do after eliminating your fellows, you will never succeed. Today you can say you have police or army, but by the day they will be discredited, they will be defeated whether you want or not. The example is in Rwanda, Hutus were many and are still many and had a very strong army and police since 60s until 1994. But you saw what happened to them. By the time they started killing tutsis in 1994, they were discredited by the international community and failed to maintain power due to the genocide they perpetrated. I would advise you guys hutus and tutsis, sit together stop killing each other. A very wrong misconception, don’t say hutus are enemies to Tutsis those are politicians’ interests and speculations. And don’t expect solution from international communities.

  2. Nkurumbi

    A la veille des négociations d’Arusha en 2000, la clique qui régnait en maitre a tout fait pour supprimer un à un les sans échecs, les hommes de troupes et les officiers qu’ils avaient envoyé dans des crimes de meurtre.
    Et quand je regarde les arrestations des tristement célèbres Rwembe, Ndombolo, et les assassinats ciblés, etc…. je remarque que le temps de supprimer les élements genant est en cours.

    Gare à vous cher compatriote

  3. ntsimbiyabandi

    Quand il y a commission d’attentat contre les biens et les gens en France et dans les pays qui lui sont alliés, on parle de terrorisme et tous les moyens doivent être utilisés pour traquer et neutraliser l’ennemi.
    Quand des criminels lancent des grenades et tirent sur des gens dans des lieux publics ou de loisirs au Burundi, on parle d’héroïsme. L’Etat ne doit pas agir sinon il est poursuivi pour crimes graves comme le génocide, les viols. Les Bailleurs et les parrains de ces insurgés, qui sont la plupart du temps les donneurs de leçons en droits de l’homme et en démocratie, se frottent les mains. Or des gens meurent massacrés par les ennemis de la démocratie qu’ils sont depuis 1961. Peuple burundais, vous avez le droit de vous défendre et passer outre le diktat des impérialistes : la légitime défense est de la loi naturelle, non écrite et immuable. « Elle n’existe d’aujourd’hui ni d’hier mais de toujours, personne ne sait quand elle est apparue ». N’aie pas peur donc de veiller, de surveiller, pour que les citoyens et tous ceux qui habitent chez toi se reposent, se récréent dans la joie et dans la paix.

  4. kindros

    Na bado akari inyuma karahinda! Nyabuna mwa ba DD emera ibiganiro vy´amahoro kuko murabona ko mu misi iri imbere match itakuwa dur mutapigwa sana!!!

    • On verra qui va pleurer demain. De toutes les façons partout au monde on ne dialogue pas avec des terroristes. Si vous avez de la force populaire, il faudra commencer une rébellion. Sinon, un terroriste est capable d’assassiner des populations innocentes, mais, en aucun cas, il ne peut être associer ni au dialogue ni au partage du pouvoir. La population Burundaise vous attend aux élections de 2020

      • Kadogi

        Il y aura personne qui va pleurer le premier ou le dernier. Un burundais qui meure qu’il soit hutu ou Tutsi c une perte au pays. Il faut plutot trouver une solution durable pour qu’il n’y est plus de victimes. Toi qui dit ca demain tu peux etre victime et ca sera fini pour toi. Et je pense que jusqu’a maintenant toutes les ethnies confondues meurent. Qui en profite? Ou qui perd? Les pro Peter et les Cos meurent egalement. Ou est ce qu’on va arriver avec ca?

  5. BUSORONGO

    Uruhigi buca ruhindukira mutangare.
    Normalement tout homme sense yama yisigariza akanyuma.
    ariko uko mugoma mutera mwica aba polisi menya neza ko kwisi hari inzego zugaye: igisoda, igipolisi na gatolika. Abari muri izo nzego ni bamwe kuva hasi gushika hejuru.
    Aho aba polisi bose bazokwiyumvamo danger nabarya bake bafatwa bakaburana ntibazongera kuboneka.
    Nkuko bihora biba ahandi mbere no mubihugu biteye imbere uwuzofatwa wese azogwa mwihagarikwa ryiwe. Ico gihe hari intungane zizohagwa ariko benshi mutumwa bazohasigara. Kandi ntanakimwe cemeza ko nababatuma bazosigara.
    Garuka tube abantu bigishoboka!

    • Meurlsaut

      A Busorongo prophête de la mort pour les innocents,la mort toi auusi ne t,épargnera pas.Wait and see.

      • Jean-Marie Ngendahayo Jean-Marie Ngendahayo

        A qui de droit,
        Je trouve que le site IWACU se laisse aller à publier des commentaires qui ne respectent en rien sa « Charte des Utilisateurs ». Que ce soient les commentaires des opposants au régime, que ce soient ceux qui le défendent leurs opinions outrepassent les valeurs de respect de la dignité humaine. Ce n’est pas parce que le pays connaît un effondrement morale que tous nous devons oublier les valeurs universelles liées au respect de la vie et à celui des morts innocents ou non.

        Jean-Marie Ngendahayo

        NOTE DE LA REDACTION

        Cher M. Ngendahayo. Merci pour le clin d’oeil, je vais transmettre votre remarque aux modérateurs du forum. Nous allons accroître notre vigilance dans la publication des commentaires, mais on doit aussi permettre aux gens de laisser « parler leurs coeurs », dans le respect de l’autre bien sûr.
        Antoine Kaburahe

        • Jean Bigirimana

          Je suis entierement d’accord avec toi Antoine. Seulement a lire certaines insipidites comme quelqu’un qui appelle des gens a s’entretuer, je trouve que ce n’est plus « laisser parler leurs coeurs », car de coeur, ils n’ont que le muscle.

Publicité