Samedi 18 septembre 2021

Société

Voirie urbaine/Buyenzi : la rue ’’La Ruvubu’’ délabrée

02/08/2021 Commentaires fermés sur Voirie urbaine/Buyenzi : la rue ’’La Ruvubu’’ délabrée
Voirie urbaine/Buyenzi : la rue ’’La Ruvubu’’ délabrée
Le goudron a disparu

Depuis des mois, les usagers de la rue La Ruvubu se lamentent, elle est en piteux état et menace leur sécurité. Ces derniers affirment que cette route cause des accidents et des pertes matérielles. Ils demandent aux organes habilités de la réhabiliter pour faciliter la circulation.

Délabrée, le rue de la Ruvubu n’offre plus l’image d’une route naguère goudronnée. Parsemée de nids-de-poule partout, elle risque de devenir impraticable si rien n’est fait.
« Avec ces trous, la circulation semble être un peu compliquée sur cet axe », témoigne un transporteur de vélo. Selon lui, rouler sur cette voie, est un calvaire, c’est s’attirer des ennuis. « Chaque fois que je passe sur cet axe, au moins un objet de mon vélo s’endommage ».

Ce n’est pas lui seul qui se lamente

M.D, un conducteur de Tuk-Tuk rencontré à cet endroit témoigne : « Au début de ce mois, j’ai eu une crevaison de passage dans ces trous. N’eût été la femme de mon patron qui a tout assisté et qui m’a justifié, il m’aurait chassé ».
Selon lui, l’état pitoyable de cette rue constitue une source d’insécurité dans cette localité. « Un vélo peut renverser un piéton lorsqu’il est en train d’éviter ces nids de poule. Et c’est pareil pour les véhicules ou les Tuk-Tuk ».

Les réparateurs de vélo rencontrés près desdits trous affirment avoir assisté à une scène horrible la semaine dernière. « Une voiture venue en direction de la Brarudi a renversé un piéton dans ce fossé. Ce dernier a été blessé au niveau des genoux et dans des mains », confie un de ces derniers. Tous les réparateurs interrogés affirment que chaque jour des accidents se produisent à cet endroit.

Même son de cloche chez les riverains de cet axe. Ces derniers disent, cependant, ne pas comprendre pourquoi les routes goudronnées ces derniers jours s’abîment si vite. « Les rues goudronnées jadis était solides. Pourquoi celles d’aujourd’hui dure le temps d’une rosée », s’interrogent-ils.

Les passagers qui empruntent cette voie chaque jour sur vélo affirme vivre le calvaire. « Je suis tombé au milieu de ces-nids-de poule au mois de mai. En ce moment-là, il y avait encore des flaques d’eau », raconte B. N, un commerçant du marché de Ruvumera.

Ce dernier affirme que cet accident s’est produit lorsqu’il revenait du marché appelé ’’Kwa Siyoni’’. Pire encore, toutes les marchandises qu’il amenait se sont retrouvées trempées dans les flaques d’eau. Ce qui lui avait engendré des pertes.
Selon nos sources, le non-entretien des caniveaux est à l’origine de cette situation déplorable. « Suite aux caniveaux qui débordent pendant la saison pluvieuse, des eaux usés coulent ou stagnent dans la rue. Ce qui endommage progressivement cette voie ».

Les usagers et les riverains de cet axe appellent les pouvoir publics à réhabiliter cette voie combien importante. Iwacu a tenté de joindre le chef de la zone Buyenzi, mais son portable était éteint.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 224 users online