Mercredi 30 novembre 2022

Économie

Vers la maîtrise de la pénurie du carburant

06/10/2022 1
Vers la maîtrise de la pénurie du carburant
Plus de files d’attente devant les stations-service !

Après plusieurs mois de scènes de files d’attentes interminables de véhicules devant les stations-service à Bujumbura et à l’intérieur du pays suite à la pénurie du carburant, la tendance aujourd’hui est que ces spectacles désolants s’observent de moins en moins.

A 15 heures ce 5 octobre, il ne se remarque pas de files d’attente de voitures devant la station-service appelée Nigel située au marché dit Cotebu à Ngagara. « L’essence ou le mazout, ce n’est plus un problème dans notre station », lance fièrement un pompiste de cette station-service. D’après lui, chaque personne peut constater la pénurie du carburant est derrière nous.

A la station-service d’Interpetrol implantée à la gare du nord, des véhicules s’approvisionnent en carburant sans passer des heures et des heures à faire la queue. « Aujourd’hui ça marche plus au moins bien, on peut s’approvisionner sans qu’il y ait de problème », indique un chauffeur rencontré à la gare du nord.

Et c’est le même constat sur différentes stations situées sur le Boulevard Mwezi Gisabo. A la station-service Yakeim Oil Company, il n’y avait qu’un seul camion remorque en train de s’approvisionner en mazout. Quelques pompistes rencontrés à cette station affirment s’ennuyer déjà.

A la station-service Lybajas, il n’y a pas non plus de files comme d’habitude. Toutes les voitures sont servies, sans les bousculades d’il y a quelques semaines. « Le gouvernement a résolu le problème du carburant. Pourvu que ça dure », dit une femme qui venait de faire le plein.

En zone Rohero, la station-service située en face de l’ambassade de France au Burundi ne distribuait ce mercredi que du mazout. Un pompiste interrogé confie que l’essence venait de se terminer et qu’elle sera disponible sous peu.

A la station communément appelée « Pont Muha » située sur la RN3, il n’y avait pas de carburant ce mercredi mais les pompistes tenaient à tranquilliser : « Nous avons fait une commande. Le carburant sera servi dès jeudi matin ».

La plupart des conducteurs interrogés ne cachent pas leur satisfaction, ils poussent un ouf de soulagement : « Depuis le mois d’avril, c’est pour la première fois que ma voiture s’approvisionne en carburant sans passer sur la file d’attente ou sans aller à Buyenzi ».

Les passants approchés n’ont qu’un mot, un appel : « Il faut que la Regideso fournissent toutes les stations-service pour que le problème d’approvisionnement en carburant soit maîtrisé à cent pour cent ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Jereve

    C’est maintenant l’occasion de faire le point pour comprendre ce qui s’est passé ou ce qui se cache derrière les récentes pénuries. Et tirer des conclusions – à rendre publiques en toute transparence – pour éviter que la situations ne se reproduise.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 933 users online