Jeudi 18 juillet 2024

Économie

CFCIB | Sommet d’affaires Nigeria-Burundi : les opportunités d’affaires à l’horizon

07/10/2022 Commentaires fermés sur CFCIB | Sommet d’affaires Nigeria-Burundi : les opportunités d’affaires à l’horizon
CFCIB | Sommet d’affaires Nigeria-Burundi : les opportunités d’affaires à l’horizon
Le président de la République ; le représentant de la délégation nigériane et la ministre du commerce lors de l’inauguration de la première édition du sommet d’affaires

Le Burundi a abrité le premier sommet d’affaire Nigeria-Burundi organisé par le ministère du commerce, du transport, de l’industrie et du tourisme avec l’ambassade de la République Fédérale du Nigeria au Burundi et la chambre Fédérale de commerce au Burundi (CFCIB) du 27 au 29 septembre. Ce sommet vise à renforcer la coopération bilatérale de ces pays à travers les investissements.

« Je vous garantis après 6 ans le Burundi et le Nigeria ne seront plus pareils », a lâché le représentant de la délégation nigériane Akinremi Bolaji.

Sous le Haut Patronage d’ Evariste Ndayishimiye, Président de la République du Burundi, avec la participation du Premier Ministre de la République du Burundi; le Ministère du Commerce, des Transports et du Tourisme, l’Ambassade de la République Fédérale du Nigeria au Burundi et la Chambre Fédérale de Commerce et d’Industrie du Burundi (CFCIB), ont organisé, du 27 au 29 septembre 2022, la première édition du sommet d’affaires Nigeria-Burundi sous le thème « Le développement économique à travers les investissements du secteur privé africain ».

Olivier Suguru « la CFCIB invite les hommes et les femmes d’affaires de venir investir au Burundi »
C’est une opportunité qui est offerte aux opérateurs économiques burundais pour pouvoir informer ceux du Nigeria sur les opportunités d’investissement : « Et nous l’avons saisie. C’est le moment donc d’amener des investisseurs dans le secteur de l’industrie. Aussi dans le secteur minier ou nous avons beaucoup de ressources naturelles qui sont moins exploitées. Et nous sommes confiants que nous allons réussir », a indiqué Olivier Suguru, président de la Chambre Fédérale de Commerce et d’Industrie du Burundi.

Même son de cloche pour la ministre en charge du commerce. Madame Marie Chantal Nijmbere affirme que ce forum offre au Burundi une opportunité favorisant l’investissement afin d’exploiter le potentiel dont regorgent le Burundi et le Nigeria.

Des présentations enrichissantes

Après les cérémonies d’ouverture, les participants au sommet ont suivi trois présentations sur le climat des affaires au Burundi et le rôle des PME dans l’économie ; le rôle des PME dans l’économie et sur comment produire et consommer les produits africains. Et ces présentations ont fait objet d’échanges en plénière et ont tourné autour des thématiques notamment sur les potentialités burundaises dans le domaine industriel ; les projets en cours de réalisation et à réaliser dans lesquels le Nigeria pourrait investir comme les infrastructures d’appui au développement comme les barrages, les routes, le chemin de fer Tanzanie-Burundi-RDC, l’extension de l’aéroport international, l’agro-alimentaire, … Ainsi que sur l’enseignement en général et particulièrement les TIC.

« C’est important de remarquer ce besoin de renforcer les relations commerciales entre nos deux pays. Pour qu’on se focalise sur les secteurs variés notamment l’agriculture, l’industrie et autres. Nous avons des hommes et femmes d’affaires qui veulent investir dans l’éducation et dans la fabrication des ciments », a fait savoir l’ambassadeur du Nigeria au Burundi Elijah Onyeagba.

« Une porte des affaires s’ouvre »

Les hommes d’affaires nigérians et burundais jubilent. Ils indiquent que les portes viennent de s’ouvrir pour eux, afin de se partager des expériences et des produits. Ils souhaitent que la deuxième édition ait lieu le plutôt possible.

« Ce sommet d’affaires a été bénéfique pour nous les nigérians et aussi une bonne occasion pour rencontrer et faire connaissance avec les hommes d’affaires burundais. Et heureusement certains d’entre eux sont des hauts cadres. Et je garde espoir que nos deux pays pourront faire mieux, et même aller au-delà de ce sommet pour nos business », a-t-il démêlé.

Un autre homme d’affaires burundais rétorque : « Nous les hommes d’affaires burundais, cherchons toujours de nouveaux marchés. Et le Nigeria sera un grand marché pour nous afin que nous puissions exporter nos produits. Il ajoute aussi que ce genre d’événements rassemble plusieurs entrepreneurs. Et cela leur permet de se partager des connaissances. »

« Ayons l’esprit à travailler en groupe »

Le représentant de la délégation nigériane Akinremi Bolaji officier supérieur au ministère des Affaires étrangères du Nigéria, chargé de la gestion des affaires internationales et des liens économiques dans les pays où le Nigéria a des ambassades a aussi pris part à ce sommet ainsi que des hommes d’affaires de ces deux pays.
Akinremi Bolaji a promis d’amener aussi des investisseurs étrangers œuvrant au Nigeria afin qu’ils puissent contribuer au développement du Burundi.

Les participants pendant l’octroi des certificats
La deuxième journée du sommet d’affaire Nigeria-Burundi a été marquée par le partage des expériences, toujours sous le thème le développement économique à travers les investissements du secteur privé africain.

« Ayons l’esprit à travailler en groupe. Il faut qu’il y ait des échanges de nos produits », a sollicité un homme d’affaires nigérian pendant les exposés.

Le président de la République Evariste Ndayishimiye, a indiqué dans son discours, que ce sommet d’affaires appelle à prendre des engagements ambitieux pour briser le statu quo en vue de développer des partenariats d’investissements solides et durables entre les pays africains.

Signalons que cette première édition du sommet d’affaires Nigeria-Burundi a pris fin ce 29 septembre. La ministre du commerce et la délégation nigériane ont octroyé des certificats aux participants burundais et nigérians.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 138 users online