Vendredi 02 décembre 2022

Société

Uvira : Taxis-motos burundais indésirables

Uvira : Taxis-motos burundais indésirables
Un conducteur de mototaxi burundais désemparé

C’est la galère pour la plupart de conducteurs de motos-taxis burundais établis à Uvira dans la province du Sud-Kivu l’Est de la RDC après la mesure réduisant leur espace de circulation à Bujumbura. Les autorités congolaises leur ont signifié qu’ils ne sont pas autorisés à exercer leur métier sur leur territoire.

Le motif avancé est que ces conducteurs de motos-taxis n’ont pas de permis de conduire congolais : « Ces Burundais sont nombreux, est-ce qu’ils ont des permis de conduire ? Ils n’en ont pas. Sommes-nous autorisés, à les délivrer ici à Uvira. Non nous ne sommes pas habilités pour le faire au niveau de notre ville d’Uvira. Nous ne pouvons pas autoriser ces Burundais à exercer ce métier alors qu’ils n’ont pas de permis de conduire délivrés par les autorités congolaises compétentes », a fait savoir Théophile Mazenze, responsable de l’organe chargé du transport à Uvira.

Sur l’ensemble de conducteurs de motos-taxis œuvrant dans cette ville d’Uvira située à moins de 30 km à l’Ouest de Bujumbura, les Burundais représentent plus de 60%, ce qui constitue une menace aux yeux des motos-taxis congolais. « Quand le nombre de conducteurs de motos-taxis étrangers devient supérieur aux nationaux, il faut faire attention », a-t-il laissé entendre.

Selon des sources dignes de foi contactées à Uvira, la situation de ces Burundais est intenable, ils ne savent plus à quel saint se vouer. Des conducteurs de motos-taxis burundais contactés à Uvira parlent de ’’concurrence déloyale’’. Selon ces derniers, leurs confrères congolais se sont arrangés pour les casser.
Ces derniers sont formels : « Sans permis de conduire congolais, pas de boulot, et il ne faut pas tenter toute action pouvant perturber la tranquillité et la sécurité dans notre ville », ont averti les conducteurs de motos-taxis congolais exerçant à Uvira.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Mivurugo

    CEPGL, EAC, utopie ?

    • Stan Siyomana

      @Mivurugo
      Je crois que nous devrions rompre avec la solidarité négative quand nos compatriotes burundais vont violer les lois dans d’autres pays.
      L’article dit:« Le motif avancé est que ces conducteurs de motos-taxis n’ont pas de permis de conduire congolais… »
      Je m’imagine que les articles qui gouvernent la CEPGL ou l’EAC autorisent les Burundais de se rendre dans les pays voisins sur leurs motos (comme visiteurs/touristes par exemple).
      Je serais surpris s’il y avait à Bujumbura des congolais, ougandais, sud-soudanais, rwandais kenyans ou tanzaniens qui arrivent avec leurs engins et commencent à faire du taxi sans l’autorisation du gouvernement burundais.

      • Mafero

        Je crois avoir entendu que d’autres groupes se sont rendus dans cette partie du Congo ces derniers jours, sur commande ou pas. Mais peut-etre leurs business different.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Vaciller mais avancer

Pour un journaliste, savoir que son travail est accessible à ses auditeurs, ses lecteurs ou téléspectateurs est très important. Pendant plus de cinq ans, on nous lisait comme par effraction. Pour rappel, depuis le 10 octobre 2017, les lecteurs d’Iwacu (…)

Online Users

Total 1 600 users online