Dimanche 26 juin 2022

Société

Une fabrique d’incultes

17/06/2022 1
Une fabrique d’incultes

L’école n’est pas un incubateur d’une idéologie politique, mais un espace pour faire réfléchir, confronter les idées, fournir aux élèves les outils idoines pour faire face à la complexité du monde et du réel… Le système éducatif burundais laisse les apprenants dans l’impossibilité de construire une réflexion à force d’alimenter leur appétence au facile dans les limites de l’apprentissage du français niveau bac à sable, d’avoir l’opportunité d’entrer dans des sujets, de remettre en cause leurs opinions et préjugés et de mettre en perspective.

Ledit système fait fi de ce qui devrait rester quand on a tout oublié : l’esprit critique et la curiosité épistémique. Par un effet de vases communicants, apprendre des choses difficiles aiguise l’esprit critique, lequel cultive le désir de savoir en ouvrant de nouveaux champs de réflexion dans lesquels l’esprit critique s’exercera.

Une filière littéraire avec un bagage scientifique, et une filière scientifique étoffée par les lettres, la philosophie, l’histoire et la géographie, des préalables à la réalisation du thème de ces Etats Généraux de l’Education : « bâtir un système éducatif performant pour un meilleur avenir au Burundi. » Le dire précède l’agir… En aucun cas le premier terme n’est substituable au second ou n’a un pouvoir performatif – pensée magique -, à moins de revendiquer une nature divine.

Plus un individu est inculte, plus, sans filtre du raisonnement critique, il devient une éponge absorbant tous les obscurantismes (religieux, politique, etc.), fait l’objet de manipulations politiciennes. Hier, l’inculture relevait du choix, aujourd’hui, elle est programmée.

Cette réforme du système éducatif burundais déversera à une échelle industrielle des lauréats inemployables sur le marché du travail. A plus forte raison au niveau régional ou international, car dépourvus des outils intellectuels nécessaires pour lutter à armes égales dans une concurrence féroce. Une flambée des cas de banditisme est à craindre comme réponse au déclassement. Voire, ils auront recours à l’usage de la force à l’encontre de boucs-émissaires, avec son corollaire de xénophobie à mesure que l’intégration économique régionale progressera.

Un tel système éducatif rend l’accès au savoir de plus en plus difficile, élitiste, et risque de mener à l’abrutissement de tout un peuple… Il sera privé de sa capacité de penser, de juger et in fine d’agir.

Guibert Mbonimpa

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Singirankabo

    « …A plus forte raison au niveau régional ou international, car dépourvus des outils intellectuels nécessaires pour lutter à armes égales dans une concurrence féroce… ».
    Une concurrence féroce !!! Il y en a qui se croyait bien « intellectuels » chez nous et qui n’ont rien trouvé comme travail sous d’autres cieux ! Ceux qui y sont arrivés ont dû mettre leur « intellectualisme » à jour. Et ceux qui ont compris qu’il fallait militer pour retrouver du travail chez eux sont retournés et on les a vus à l’œuvre. Et on se plaint de la corruption ?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un projet de loi. Des questions sans réponses

Des arguments ont été avancés pour motiver un tel projet de loi portant sur la nouvelle délimitation. Entre autres la mise en œuvre de la politique nationale de décentralisation, l’harmonisation avec les organisations administratives des pays de la sous-région, une (…)

Online Users

Total 1 544 users online