Samedi 04 février 2023

Économie

Une montée exponentielle des prix des pièces de rechange pour les véhicules

13/09/2021 Commentaires fermés sur Une montée exponentielle des prix des pièces de rechange pour les véhicules
Une montée exponentielle des prix des pièces de rechange pour les véhicules
Des pièces de rechange étalées sur un stand dans la zone de Buyenzi

Ces derniers mois, les prix des pièces de rechange pour les véhicules se sont envolés. Manque de devises et la pandémie de la covid-19 sont parmi les raisons invoquées par les grossistes.

Dans la zone Buyenzi, les commerçants des pièces de rechange attendent des clients, ils ne se pressent pas mais ces vendeurs savent qu’ils sont incontournables, ils savent qu’ils vont finir par demander timidement les prix, marchander et se convenir sur un prix raisonnable des pièces de rechanges exposées. Leurs prix ont augmenté.

Elles sont de différentes sortes : klaxons, batteries, huile à moteur, amortisseurs, essuie-glaces, …Cette flambée est très inquiétante selon les acheteurs.

Une des commerçantes interrogée affirment que les prix ne cessent d’augmenter et cette situation perdure depuis plus de 5 mois. Elle affirme que certains produits ne sont plus disponibles sur le marché : « Avant une batterie qui s’achetait à 150.000 francs burundais, s’achète actuellement à 200.000 francs burundais. Il y a même celles qu’on ne trouve nulle part comme la batterie de marque Incoe ».

Elle regrette également qu’un klaxon qui se vendait à 10.000 francs burundais, il y a quelques mois, est actuellement à 15.000 francs burundais. L’huile à moteur qui était à 175.000 francs burundais s’achète à 185.000 francs burundais.

Un importateur interrogé, nous a fait savoir que les prix des produits importés ont considérablement montée suite au manque de devises. « Nous ne faisons même plus de commande », insiste-t-il.

Un autre grossiste rencontré tout près de la Place de l’Indépendance témoigne que la pandémie de la covid-19 est la principale source et s’ajoute le manque de devises. « Les prix ont augmenté car les devises sont devenues rares. Quand par chance on en trouve sur le marché parallèle, un dollar américain s’achète à 3.400 francs burundais », ajoute-t-il.

Les clients rencontrés sur les lieux déplorent cette hausse des prix et demandent que le gouvernement agisse dans les plus brefs délais car cette situation peut se répercuter sur les tickets de transport d’un moment à l’autre. Pourtant, ils indiquent que malgré les prix exorbitants, ils sont obligés d’acheter.

Contacté, la porte-parole du ministère chargé du Commerce indique qu’elle n’a pas encore d’informations sur cette hausse des prix des pièces de rechange et assure qu’il n’y a pas manque de devises pour les importateurs.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Allo ? Econet Wireless ? Ne raccrochez pas

« La téléphonie mobile, facteur de développement. » Au moins dans deux ateliers, les professionnels des compagnies de téléphonie mobile démontraient noir sur blanc le lien entre sa pénétration et la croissance économique. Entre autres avantages : investissements directs, rentrées fiscales, inclusion financière, (…)

Online Users

Total 3 382 users online