Lundi 27 juin 2022

Société

Au ciel, Ginda va jouer à guichet fermé

17/06/2022 6
Au ciel, Ginda va jouer à guichet fermé
Le ’’gindisme’’ en action

La plupart des chanteurs et musiciens burundais, de l’ancienne génération de même que les nouvelles stars, connaissaient Ginda, cette étoile qui vient de s’éteindre. C’était une référence, sollicitée pour des arrangements musicaux par plusieurs groupes.

Georges Gilbert Ndakoze, un prince de sang, était avant tout guitariste et harmoniciste. Il trainait sa guitare un peu partout, et dans une de ses poches toujours  bombée, non pas par  son portefeuille, mais son harmonica qui ne le quittait jamais. « Si je n’étais  pas né au Burundi, j’aurais pu être une star », disait-il souvent avec son humour.
Ginda était un touche-à-tout : journaliste, producteur, arrangeur, compositeur, interprète et chanteur avec sa voix cassée, inimitable. Il avait sa façon unique de jouer à la guitare. Toujours à la recherche d’autres sonorités,  il adorait le chant à voix chuchotée accompagnant l’« inanga », la cithare traditionnelle burundaise. Il  savait reproduire le son de l’inanga avec une guitare. Une prouesse unique.

Bluesman dans l’âme jusqu’au bout des doigts, mais en même temps fondamentalement et culturellement burundais, Ginda s’amusait à jouer de l’« inanga » sur sa guitare en reproduisant les mêmes sonorités mais en y ajoutant sa touche personnelle : le ’’gindisme’’. Un concept qu’il n’est jamais parvenu à définir.

Mais dans les faits, il pouvait par exemple reproduire le rythme des tambours burundais par un jeu de distorsion sur sa guitare basse électrique. Et quelquefois, il se disait ’’musicologue’’. Excessif, créateur, il était foisonnant de rythmes et de virtuosités qu’il ne parvenait pas à reproduire dans un autre concert. « Ce sont des pièces uniques, des chefs-d’œuvre », disait-il. Et c’était vrai.

A l’origine du blues était l’« l’inanga »

Ginda était souvent invité par des groupes pour son savoir-faire, son jeu à la guitare atypique. Il racontait sans cesse qu’il a pris part à un grand festival de blues et qu’il avait été primé et sacré meilleur bluesman d’Afrique.

Et parmi les reprises de chansons que Ginda proposait, il y a un morceau qui l’avait propulsé sur la scène internationale, un blues pur mais rappelant l’«inanga» de ses grands-pères.

Et là Ginda expliquait , très sérieusement, que le blues des Noirs américains était ’’parti d’Afrique et plus précisément du Burundi’’ . Il le démontrait avec sa guitare en jouant du blues à l’américaine en faisant entendre certaines ressemblances avec la cithare burundaise, exécutées avec sa guitare.
Ce n’est pas tout comme atout de Ginda, il adorait tout ce qui est fusion ou rencontre entre les instruments traditionnels burundais et les instruments modernes.

Il expliquait à qui voulait l’entendre que l’avenir de la musique burundaise et africaine en général résidait dans ce métissage. « La guitare, le piano, la batterie, les violons, les contrebasses, … c’est pour les Occidentaux. Il nous faut, comme Africains, proposer d’autres sonorités, d’autres rythmes, d’autres manières de chanter, en passant dans un premier temps par une sorte de fusion bien dosée et par après imposer nos ’’kora’’, nos ’’nanga’’, nos tambours, nos ’’kembe’’, nos ’’sanza’’, nos ’’djembé’’, nos ’’ndingiti’’ (violon burundais), nos ’’miduri’’ (arc musical), …. Et je ne prêche pas dans le désert, il y a des artistes Africains qui ont déjà compris ».

Et si Ginda rencontre Buddy avec sa guitare basse, Bobo de Peace and Love, Member à la batterie, Emmanuel Nkeshimana avec son ’’muduri’’, l’icône de la musique burundaise Niki Dave avec sa guitare rythmique, Antime Baranshakaje, le célèbre tambourinaire burundais et d’autres stars de la musique burundaise comme Canjo Amisi qui nous ont bercés, le concert sera à guichet fermé là-bas au ciel. Repose en paix cher Ginda.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Louis-Marie Nindorera

    Joni Mitchell, auteure-compositrice-interprète canadienne, s’est rendue célèbre en gratouillant sa guitare jusqu’à en tirer des sons inédits, puis en leur accolant une pensée, des paroles aussi atypiques et magnétiques que son touché de guitare. Ginda me fait penser à elle. Il me mine de remords de ne pas avoir fait grand-chose – en 40 ans (!) – pour l’encourager à faire germer et fleurir sa graine. R.I.P.

  2. Nzima

    Ça sera du feu là Haut!
    On s’était convenu de faire une chanson ensemble, j’allais écrire les paroles et il devait se charger du reste.

    Un jour peut être!
    À Dieu Maestro

  3. richie

    le burundi, pays le plus pauvre de la terre alors que avant la perestroika le Burundi etait le miroir de l’Afrique centrale!
    Les artistes meurent pauvres, des leaders de pacotille nous racontent autre chose! Le pays rempli des batards de la rue, les pauvres de demains, fleau que kurunziza voulait balayer forever!

  4. Biyago

    « Bishwara amashurwe, bigasiga amahwa menshi »

  5. Gikoko

    Malheureusement l´artiste Ginda a vécu dans une véritable pauvreté comme Canjo Amissi autres. Que la terre lui soit légère !!

    • Yan

      Lui il était au moins prince! C’est déjà cela!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un projet de loi. Des questions sans réponses

Des arguments ont été avancés pour motiver un tel projet de loi portant sur la nouvelle délimitation. Entre autres la mise en œuvre de la politique nationale de décentralisation, l’harmonisation avec les organisations administratives des pays de la sous-région, une (…)

Online Users

Total 1 818 users online