Mardi 09 mars 2021

International

Un think tank des jeunes pour les Grands Lacs

22/01/2018 Egide Nikiza 4

Ils font des réflexions et mènent des études sur des politiques publiques consacrées à la promotion des marchés libres dans la région des Grands-Lacs africains. Ils promeuvent des initiatives entrepreneuriales des jeunes.

Les participants en train de suivre la présentation

Eux, ce sont les jeunes réunis au sein du ’’Centre For Development and Enterprises Great Lakes’’. Ils sont Burundais, Congolais et Rwandais. Ils travaillent en réseautage pour le développement de leur région.

Selon eux, il est difficile de concrétiser leur objectif tant que les principes d’une société libre et de marché libre ne sont pas vulgarisés. Ceux-là constituent un canal vers la prospérité. Ils cultivent la responsabilité des gens.

Ce vendredi 19 janvier, à Bujumbura, ils échangeaient notamment sur les obstacles auxquels l’entrepreneuriat fait face dans la région. Tous conviennent que les gouvernements ne peuvent plus donner du travail à tout le monde.

«Cependant, par le biais de petites et moyennes entreprises, il est possible de construire des économies dynamiques», a-t-il indiqué Aimable Manirakiza, président de ce groupe de réflexion constitué en majorité de jeunes.

Et aussitôt de lâcher : «Ces entreprises ne peuvent pas durer quand les gouvernements garde une main mise sur elles». Ce jeune nourri aux mamelles libertaires ne refuse pas tout de même le droit de regard de l’Etat sur le fonctionnement des entreprises : «Seulement, le contrôle doit être limité».

Il insiste sur l’innovation et l’originalité des initiatives : «L’entrepreneuriat suppose l’amélioration. Il ne faut pas que nous entreprenions ce qui existe déjà». Cela pour être concurrentiel sur le marché.

Le changement par la recherche scientifique

Pour atteindre un bon nombre de gens, cette organisation privilégie la voie de l’écriture, sans toutefois ignorer d’autres voies dont la tenue des conférences et des séminaires.

M. Manirakiza confie que son organisation soutiendra les travaux de recherche dont la pertinence sera témoignée par le comité scientifique de ce Think tank.

Il tient à souligner qu’ils sont politiquement non partisans : «Nous ne sommes ni de l’opposition ni de la mouvance présidentielle. Nous voulons seulement contribuer par des travaux de recherche». C’est sur base des résultats de leurs études que les autorités sauront ce qu’il faut faire pour améliorer le train-train des habitants de la région.

Un site pour la publication des travaux a été créé. Landry Korineza, Burundais, indique que ce moyen permettra aux jeunes des trois pays de donner leur contribution à la lutte contre les barrières de la prospérité et d’opportunité dans la région des Grands- Lacs : «Les autorités pourront s’en inspirer parce que nous écrirons sur base de nos observations dans la société».

Les travaux de cette organisation porte essentiellement sur le libre-échange, le marché libre, la propriété privée, la liberté individuelle.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Joas

    L’idée est louable. Cependant, vous devez savoir que vous avez besoin d’un environnement favorable à ces activités. Ainsi le thinl-tank devrait travailler sur le concept stratégique “Sécurité” pour améliorer les conditions du “doing bisiness”. Encore une fois louable initiative.

    • Gacece

      @Joas
      Quel rabat-joie! « […] Cependant, vous devez savoir que vous avez besoin d’un environnement favorable à ces activités.[….] »
      Que reprochez-vous à l’environnement (qu’on voit) où ils sont en train d’exercer ces activités?

      Et que voulez-vous dire par votre concept stratégique « sécurité »? Vous venez de l’inventer?

      • Joas

        @Gacece
        Si vous ne comprenez pas, vous n’êtes pas obligés de dire n’importe quoi. J’ai l’impression qu’à force de dire n’importe quoi, vous vous sentez autorisés de censurer les autres. Je ne l’invente pas car il existe déjà mai il a tord d’être ignoré par votre Majesté!

        • Gacece

          @Joas
          Vous venez de l’inventer… en tout cas pour ces jeunes-là. Parce que voyez-vous, il y a des gens qui sont censés s’occuper de « concepts stratégiques sécurité ». Et c’est l’armée, la police et autres agents de la paix et/ou de sécurité.

          Et si on pousse un peu plus loin votre suggestion, seriez-vous en train de les pousser à former une armée, une police ou de se convertir en agents de paix et/ou sécurité… pour améliorer les conditions du « doing business »!

          Enfin, si vous voulez mon avis sur sa Majesté (si c’est comme cela que vous le percevez, tant mieux pour vous), il ne va pas vous ignorer. Surtout si vous avez de si importants projets. Il va vous accueillir avec tous les égards que vous méritez.

          Portez-vous bien!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A qui profite l’adhésion de la RDC à l’EAC ?

« Un seul peuple, une seule destinée ». C’est la devise de la Communauté d’Afrique de l’Est plus connue sous son acronyme anglais d’EAC (East African Community). Lors du 21ème Sommet par vidéoconférence samedi 27 février, les Chefs d’Etat de (…)

Online Users

Total 1 005 users online