Mercredi 22 septembre 2021

Société

Un enfant sauvé par les réseaux sociaux

05/11/2020 Commentaires fermés sur Un enfant sauvé par les réseaux sociaux
Un enfant sauvé par les réseaux sociaux
Les cicatrices de l'enfant torturé par sa belle mère

Dès mardi 3 novembre, les images glaçantes ont enflammé les réseaux sociaux. Une femme frappe méthodiquement un petit garçon de moins de 5 ans avec une verge. Le petit a descendu sa pauvre culotte et présente ses fesses à la femme qui frappe, ignorant les larmes et les supplications de l’enfant. « Seul Dieu peut te sauver», dit la femme avec haine. Elle tape toujours. Dans la vidéo, on entend des personnes qui demandent à la femme d’arrêter. En vain. Mais, parmi les témoins, une personne filme la scène.C’est d’ailleurs ce qui va sauver le petit garçon.
La vidéo est choquante. Rapidement, une recherche est lancée. La femme est identifiée et interpellée ce mercredi 4 novembre à Uwinterekwa, zone Gihosha dans la mairie de Bujumbura.

Elle s’appelle Evelyne Niyonsenga, 30 ans. On apprendra que c’est la belle mère du petit garçon. L’enfant a vécu un calvaire depuis août dernier. Sa mère vit à Muyinga, au nord du pays et l’a envoyé chez son père, un militaire”, a indiqué Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique dans une conférence de presse tenue ce mercredi à la police judiciaire, après l’arrestation de la tortionnaire.La police parle de « maltraitance aiguë. ”

Selon Pierre Nkurikiye, Evelyne Niyonsenga va être jugée par les instances habilitées et sera punie conformément à la Loi.

D’après le porte-parole du ministère de la Sécurité publique, la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme se charge désormais de la protection de l’enfant dont le corps présente des cicatrices sur le dos et les fesses. La police appelle toute personne témoin des scènes pareilles de « toujours dénoncer ces criminels. »

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 130 users online