Lundi 19 avril 2021

Santé

Tuberculose : la menace est toujours réelle

01/04/2017 1

Vendredi 24 mars, le Burundi s’est joint au monde entier pour célébrer la journée de lutte contre cette maladie. Mais force est de constater que de nouveaux cas d’infection ne cessent d’être enregistrés.

Les patients souffrant de la tuberculose dans une des salles de médecine interne de l’hôpital Prince Régent Charles.
Les patients souffrant de la tuberculose dans une des salles de médecine interne de l’hôpital Prince Régent Charles.

Environ 7.662 cas de malades de la tuberculose ont été diagnostiqués en 2016. Parmi lesquels plus de 4000 cas de couples « maudits », c’est-à-dire co-infectés au VIH/SIDA et à la tuberculose.

« Une situation pas du tout inquiétante, surtout pas mortelle quand le patient est directement mis sous observance rapide », indique Dr Berchmans Ntihebuwayo, directeur adjoint de l’hôpital de Kabezi (Bujumbura rural).

Une toux persistante de plus de deux semaines, des poussées de fièvre, de l’inappétence sont parmi les premiers signes cliniques de la tuberculose. La personne qui en souffre est tenue vite de se faire examiner au centre de santé le plus proche. Et dans pareil cas, elle est conseillée de se dépister également le VIH/SIDA pour plus de précautions.

« C’est compréhensible que cela conduise à des complications parfois mortelles, si le patient en question est déjà infecté du VIH. Car à ce moment ses défenses immunitaires sont rouges. Sachez-le bien, il n’y a pas de maladie plus opportune que la tuberculose », explique Dr Ntihebuwayo.

Le dépistage au VIH/SIDA, une nécessité

Le protocole médical exige que dorénavant, avec le consentement du patient, après l’examen du crachat, celui-ci fasse un dépistage volontaire du VIH. La mesure a déjà produit ses effets positifs. Dr Ntihebawuyo fait remarquer que nombre de patients n’auraient jamais su leur état sérologique avant le dépistage. Et d’ajouter aussitôt : « Désormais le taux d’hospitalisation des personnes co-infectées chute sensiblement parce qu’il est facile de traiter chaque malade, connaissant par exemple le nombre de ses anticorps(CD4), et le médicament à lui administrer en fonction de l’évolution de sa maladie.»

Il observe que dans nombre de cas, ce sont les plus démunis qui souffrent de la tuberculose. Une assistance alimentaire permanente des partenaires oeuvrant dans le domaine est donc nécessaire. « Quand on ne mange pas à satiété, il y a des risques de rechute. »

L’alcoolisme et le tabagisme figurent parmi les causes de la tuberculose, fait savoir Dr Ntihebuwayo, qui conseille d’avoir une hygiène de vie saine. « Si on n’en prend pas bien soin, notre corps est cible de toutes sortes de germes pathogènes, dont le bacille de Koch, itinérant dans l’air, attendant la baisse de garde de nos défenses immunitaires. »

Et face à la pullulation de nouvelles formes de tuberculose résistantes aux antibiotiques, il se veut rassurant : « On n’a pas raison de s’inquiéter. Le centre national de Kibumbu (Mwaro) luttant contre ce type de tuberculose est suffisamment outillé et son personnel qualifié. La preuve en est le taux des malades qui guérissent, près de 90%.»

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Salmia iradukunda

    Abarundi ntibafise ababajejwe bababaye. Aho mugihugu, ugwaruka rwokoreye igihugu , abantu bagshobora gufungura neza, kuva heza no kubaho neza. Kwigishwa amacakubiri, gusambura, kwica no kunyaga abanyagihugu , kuva imburakimazi ukarya ukoreye inabi abandi nivyo bishirwa imbere mu igihugu cacu, dufuye tukiriko , gukira biricari lire ntitubeshane.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La grande muette invitée à redorer son image écornée

Ce ne sont pas des « faits divers ». Quelle mouche a piqué la grande « muette » ? L’armée burundaise occupe rarement les colonnes d’Iwacu. Elle s’exprime peu d’ailleurs. Mais jusqu’ici, la grande muette burundaise était relativement reconnue et (…)

Online Users

Total 1 187 users online