Société

Trafic humain : « Plus de vigilance à l’endroit des jeunes pendant ces vacances »

30/07/2019 Clarisse Shaka Commentaires fermés sur Trafic humain : « Plus de vigilance à l’endroit des jeunes pendant ces vacances »
Trafic humain : « Plus de vigilance à l’endroit des jeunes pendant ces vacances »
Deux femmes victimes de la traite des êtres humains après leur retour au Burundi

406 Burundais victimes du trafic humain ont été dénombrés par la Fenadeb (Fédération des associations engagées dans le domaine de l’enfance au Burundi) en 2018. 132 ont été réintégrés dans leurs familles par l’association Solidarité de la jeunesse pour la paix et l’enfance (SOJPAE) depuis mars 2018 jusqu’aujourd’hui.

C’est à l’occasion de la journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d’êtres humains que ces organisations donnent l’état des lieux du trafic humain au Burundi.

Le président de la SOJPAE, David Ninganza, affirme que la plupart de ces victimes proviennent des pays du Golfe. Elles sont de deux catégories : les jeunes femmes parties à l’insu de leurs maris et les mineurs, manipulés, à la quête d’un « bon travail ».

Ce défenseur des droits humains confie que le « recrutement » de ces victimes s’opère sur leurs collines, par des personnes qui les connaissent bien. « Des complices ciblent des personnes facilement manipulables. »

M. Ninganza indique que la réintégration des victimes qui sont de retour est difficile car parties à l’insu de leurs familles. Il dit qu’il faut convaincre ces dernières de les accueillir.

Il affirme que le mouvement de départ continue. Selon lui, il est difficile d’éradiquer le trafic humain dans un pays où la pauvreté et le chômage battent leur plein.

Il propose quelques solutions : la sensibilisation de toutes les communautés sur l’existence de la traite humaine au Burundi. La vigilance des autorités qui livrent les documents de voyage, surtout les administratifs communaux. Il faut une police spécialisée dans la lutte contre la traite humaine.

Le coordinateur de la Fenadeb, Isidore Nteturuye, appelle les parents à être plus vigilants pendant cette période de vacances. Désœuvrés, les jeunes sont plus exposés.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 189 users online