Mardi 21 septembre 2021

Société

Trafic d’êtres humains : la société « Culinary training agency Burundi » (CTAB) radiée

26/01/2021 Commentaires fermés sur Trafic d’êtres humains : la société « Culinary training agency Burundi » (CTAB) radiée
Trafic d’êtres humains : la société « Culinary training agency Burundi » (CTAB) radiée
Siège de la société «Culinary Training Agency Burundi ».

Le ministère de la Fonction publique a radié la société « Culinary training agency Burundi » dont le siège était une cache de 101 femmes victimes de trafic d’êtres humains en partance pour les pays du Golfe.

« La société Culinary training agency Burundi (CTAB), une agence d’emplois privés, est radiée. Toutes les autres agences, bureaux ou services d’emplois privés sont suspendus jusqu’à nouvel ordre», peut-on lire dans cette ordonnance signé le 22 janvier par Domine Banyankimbona, Ministre de la Fonction publique.

Pour justifier cette radiation, la ministre accuse la CTAB d’avoir largement dévié de ses missions que lui confère la loi lorsqu’elle était en train de faciliter l’embauche de plus d’une centaine de Burundaises découvertes en cache dans son bureau dans des conditions inhumaines en date du 14 décembre 2020.

Elle a dit avoir pris en compte les rapports faisant état de traitement inhumain et dégradant dont sont victimes les ressortissants burundais recrutés et placés à l’étranger. Elle a rappelé que la protection des Burundais est une responsabilité de l’Etat.

Pour rappel, la police a parlé de démantèlement d’un réseau de trafic d’êtres humains au quartier ‘’Miroir’’ dans la zone Buterere, le 14 décembre dernier. Au total 101 femmes ont été trouvées au siège de CTAB qui les préparait pour s’envoler vers les pays du Golf. Le lendemain, l’Observatoire national pour la lutte contre la criminalité transnationale (ONLCT) a indiqué qu’il y aurait beaucoup de maisons facilitant le trafic d’êtres humains à Bujumbura.

Pour Prime Mbarubukeye, président et représentant légal de de l’ONLCT, la radiation de CTAB et la suspension d’autres agences d’emplois privés est salutaire. « C’est une des stratégies parmi toute une panoplie d’autres pour contrecarrer le trafic des femmes et des filles à destination des pays du Golfe. C’est déjà un pas de géant franchi en matière de prévention et de lutte contre la traite des personnes au Burundi».

Iwacu a tenté de contacter les représentants de « Culinary training agency Burundi » et d’autres agences d’emploi privé pour réagir à cette mesure, en vain.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 131 users online