Vendredi 03 décembre 2021

Économie

Système de Ponzi : Rêve ou mirage ?

09/11/2021 7
Système de Ponzi : Rêve ou mirage ?
Charles Ponzi, Italien immigré aux États-Unis et créateur d’un système pyramidal qui porte son nom dans les années 1920.

Nombre de personnes laissent actuellement séduire par un nouveau mode d’investissement permettant de gagner de l’argent par l’entrée de nouveaux membres dans un circuit court, communément appelé pyramide de Ponzi. Un système que plusieurs qualifient de frauduleux, dont un économiste.

« J’ai connu ce système d’investissement par le canal d’un ami d’enfance vivant à Kampala. Au début, j’étais sceptique mais par après quand j’ai vu le confort de vie que ça offrait à ceux qui se lançaient dedans, j’ai été séduit », témoigne T.A., un jeune homme de 27 ans. Le jeune homme a  étudié, il détient même un diplôme de licence, mais cela n’a pas empêché qu’il se fasse avoir. Il raconte  les ressorts de son nouveau ‘’business’’ : «La première des choses, c’est de trouver une somme de cinq cent mille BIF que tu places dans un compte en ligne à toi géré par notre structure. Celle-ci servira à bénéficier d’un badge d’adhésion au sein de notre affaire.»

Une somme dont le jeune homme nous confie avoir obtenu en vendant la seule vache de la famille originaire de Ngozi. Et aussi quelques « emprunts » à des amis.

Par la suite, toujours selon T.A., le nouveau membre part à la quête de deux autres membres pour lesquels il percevra pour chacun une commission de 100.000 BIF. Les nouveaux adhérents, à leur tour, s’ils dénichent chacun deux autres membres, permettront au membre qui les a intégrés de bénéficier de la même somme qu’eux-mêmes percevront à leur tour et ainsi de suite. La chaîne est censée continuer indéfiniment.

Des rêves plein la tête

A écouter T.A., l’instruction scolaire n’a plus aucune utilité, il ne tarit pas d’éloges envers ce business : « Nos professeurs ne nous ont jamais appris à gagner notre vie de façon autonome. Car, une fois sorti de l’école, on a que l’idée d’aller se faire embaucher ici ou là alors même que les emplois salariaux tarissent.»

Pour lui, ce nouveau ‘’business’’ lui permettra la réalisation de ses rêves. « Je prévoyais de m’acheter une parcelle ici en mairie de Bujumbura d’ici 2023 ». Un graal pour le jeune homme, anciennement réfugié en Tanzanie.  Il se voit déjà philanthrope  avec la création d’un orphelinat en 2025.

La désillusion

G.T. est une vendeuse de douceurs dans un quartier sud de Bujumbura. « Au départ, c’est parti d’un groupe né sur WhatsApp et que j’ai intégré par le canal d’amis. La formule était simple et consistait en un slogan : ‘’Gagnez rapidement de l’argent’’.»

Très vite, G.T. sera amenée à débourser une somme de 12.000 BIF sur un compte Lumicash fourni par les tenants de ce ‘’business’’ avec le devoir d’intégrer deux autres membres. « Quand tu intégrais l’affaire, tu étais placé au quatrième niveau. C’était au fil des personnes qui allaient rentrer après toi, par ton canal direct ou par le canal de gens que tu avais réussi à intégrer dans le premier temps, que tu avançais en grade jusqu’à atteindre le premier niveau te permettant de bénéficier d’une commission de 80.000 BIF ».

Pour maximiser ses chances de gagner encore plus d’argent, elle ouvre trois autres comptes Lumicash. « A peine venais-je d’ouvrir mon troisième compte que j’appris que le business a brutalement pris fin sans qu’on ait reçu aucune explication», confiera-t-elle. Entretemps, nous apprend la vendeuse de sucreries qui dit avoir perdu pas moins de 80.000 BIF, les concepteurs de « Gagnez rapidement de l’argent » avaient pris la poudre d’escampette. « Nous ne les avons plus revus », témoigne la jeune dame avec tristesse.


Eclairage / Prosper Niyoboke : « On a affaire à une arnaque »

L’économiste met en garde contre un système qui évolue dans un cadre non régulé et présentant un danger pour ses investisseurs.

C’est quoi la pyramide de Ponzi ?

C’est un système d’investissement qui permet de gagner de l’argent avec les fonds de nouveaux membres. Le problème, c’est que quand la carence de nouveaux membres survient, la chaîne formée se rompt brutalement et les membres présents depuis peu dans ce circuit vont  perdre tout leur argent investi. C’est le cas notamment dans l’affaire Bernard Madoff qui a défrayé la chronique dans de nombreux médias internationaux il y a quelques années. On a donc affaire à une véritable arnaque.

Pourquoi beaucoup de jeunes burundais se laissent-ils facilement séduire par ce système ?

Il y a à la base un tissu socio-économique défavorable. Auquel s’ajoute une inculture en matière d’investissement. Donc, face à un manque d’alternatives d’investissement, beaucoup de jeunes se laissent facilement manipuler par des promesses d’argent facile.

Que devraient faire les pouvoirs publics pour endiguer ce phénomène ?

Sensibiliser les gens sur les dangers à investir dans des cadres non régulés et n’ayant aucun statut juridique reconnu. Cela permettra de protéger les éventuels perdants dans un tel système.

Il faudrait aussi que les gens soient sensibilisés à la gestion des risques et qu’ils soient amenés à investir dans une affaire réelle et non pas fictive. Il faut qu’il y ait également une meilleure orientation de cette tranche de la population aspirant à l’entrepreneuriat de la part des pouvoirs publics.

Propos recueillis par Alphonse Yikeze

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Matiba

    Dernièrement le 1er Ministre Bunyoni yarahanuye ati ivyo vya crowd1 bureke ni ubusuma intumva zishiramwo amafaranga aca aherayo ! Une leçon!!

  2. JEAN

    Ce système a fait d’énormes ravages dans les communautés d’immigrés africains vivant en occident! J’en suis témoin pour m’avoir fait pas mal d’ennemis en essayant de dissuader des personnes de ne pas jeter l’argent par la fenêtre au profit des initiateurs dudit système! Certains ont placé à plusieurs reprises des sommes avoisinant les 1000 euros!

    • Alain Nzeyimana

      Il y a à la base un tissu socio-économique défavorable. Auquel s’ajoute une inculture en matière d’investissement. Donc, face à un manque d’alternatives d’investissement, beaucoup de jeunes se laissent facilement manipuler par des promesses d’argent facile.

      Je pense que plutot tout le monde est attiré par l’appât du gain et le fait qu’on vous promet de pouvoir multiplier par 8 la mise. Quelque part en amérique du Nord, dans la communauté burundaise, cette escrorie continue de faire rage. On ne dira pas que les membres de cette communauté ont un tissu socio-économique défavorable, manque d’éducation ou le manque de connaissance en matière d’investissement , mais j’en connais qui ont investi dans la pyramide de ponzi 5000$ pour recevoir un retour sur investissement de 40000$. Ils ont alors recruté directement leurs conjoints (conjointes) et enfants. Il y en a qui ont perdu beaucoup de milliers de dollars.
      Les gens doivent savoir que tôt ou tard , la pyramide s’écroule. On manque de nouveaux membres. ceux qui encaissent sont ceux qui ont parti le stratagème.

      Malheureusement des gens y croient, y croient de vrai. Des gens de bonne foi. Même si aux yeux de la loi, tout le monde est coupable.

  3. Jereve

    Que deviennent ces nouveaux Madoff à la sauce burundaise? Cet article nous apprend qu’il y en a un qui a ouvert un compte chez Lumicach, et dont le business a brutalement pris fin, engloutissant les économies des milliers de « pigeons » tombés dans le panneau. Je suppose que Lumicach a noté et gardé toutes les coordonnées du malfrat pour permettre à la police ou à la justice de lui mettre la main au collet. Les pouvoirs publics ont un double devoir: celui d’éduquer, éclairer sa population; et celui de punir ces délinquants en col blanc.

  4. Alexis

    Qui dit SYSTEME PONZI dit justement  » Investissements » imaginaires , fictifs et donc frauduleux

    Les gagnants sont toujours les concepteurs de ces affaires frauduleuses et le reste perdra l’argent ( soon or later )

  5. Yan

    Akamari karabujijwe; ivyo bintu birakwiye kuranduranwa n’imizi

  6. King

    Ces histoires d’escroquérie on en a marre!! C’est Crowd1 et d’autres similaires!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 4 398 users online