Vendredi 03 décembre 2021

Économie

Stabulation permanente : une loi décriée par les éleveurs

02/11/2021 1
Stabulation permanente : une loi décriée par les éleveurs

Des éleveurs se séparent de leurs bêtes, le prix du lait et de la viande augmentent. A quelques jours de la mise en vigueur de la loi sur l’élevage en stabulation permanente, les conséquences commencent déjà à se manifester.

« Nous avons vendu notre cheptel, car nous n’avions pas d’autres choix. Où allions-nous trouver de l’argent pour nourrir cinq à dix vaches ? », s’interrogent les éleveurs rencontrés dans la commune Mugongo-Manga de la province Bujumbura.
Ces derniers ne cachent pas leur mécontentement concernant la mise en application de la loi sur la stabulation permanente. Ils font savoir qu’il leur est impossible de trouver le fourrage pour plus de dix vaches. « La stabulation permanente est possible pour des éleveurs qui ont une ou deux vaches, imaginez-vous nourrir plus de dix vaches dans les étables ! Même cinq, c’est un casse-tête. »

Joseph Nduwayo, éleveur dans la commune Mukike, explique qu’il a des pâturages suffisant pour nourrir ses douze vaches. « Je ne comprends pas ! Pourquoi m’empêcher de laisser mes vaches errer dans mes champs ? Clôturer un champ de plus d’un hectare demande beaucoup de moyens, nous n’en avons pas ! » Il demande de revoir la loi et de prévoir des punitions uniquement envers ceux dont les vaches saccagent les champs d’autrui.

Selon lui, il n’y a pas de conflit entre les éleveurs et les agriculteurs : « Tous mes voisins ont des vaches. Si un éleveur a des vaches et ces dernières arrachent les plantes des voisins, ils s’entendent entre eux, sinon les notables interviennent et le différend est réglé. »

Les éleveurs de la commune Mukike ne savent plus à quel saint se vouer, car leurs vaches les aidaient à couvrir certains besoins liés à la scolarité des enfants et surtout en fumier. Ils indiquent que leurs terres ne sont pas fertiles comme celles de l’Imbo. « Si nous ne mettons pas du fumier, nous ne pouvons pas espérer une bonne récolte. »

Le prix du lait et de la viande commence à grimper

Fidèle Nduwayezu, agri-éleveuse dans la commune Mukike, est une veuve de cinq enfants dont deux font des universités privées. Ses vaches l’aidaient à payer la scolarité de ses enfants. Elle assure qu’elle ne voie pas comment ils vont continuer les études.

Elle raconte sa tristesse :« J’avais six vaches et au moins deux devraient mettre bas chaque année. Ces sont ces génisses que je vendais pour satisfaire les besoins scolaires de mes enfants. Avec cette loi, il ne me reste que deux vaches. Comment vais-je faire ? », se demande-t-elle.

Même inquiétude pour François Nduwimana, un autre éleveur de la commune Gisozi : « Faute de moyens, les enfants vont abandonner les écoles. Quelqu’un qui avait sept vaches, vendait une pour se préparer à la rentrée scolaire des enfants. Mais actuellement, on ne pourra pas vendre la seule qui nous reste. »

Les fournisseurs du lait ont déjà averti leurs clients qu’ils ne les approvisionneront plus. Dans une pâtisserie de la zone Rohero, le prix d’un litre de lait est passé de 1.800 BIF à 2.000 BIF. « Le lait sera bientôt un luxe », craint un client rencontré à cette pâtisserie.

J. N. achète les vaches à l’intérieur du pays pour les revendre à l’abattoir de Bujumbura. Il indique que ces derniers temps, les vaches étaient nombreuses dans différents marchés de l’intérieur du pays et à bon prix. Mais cela a changé dès le mois d’août et les vaches ne restent que dans les marchés de la région de Mugamba.

Selon lui, les conséquences commencent à se manifester. Il craint que le pire est à venir. « Un kilogramme de viande à l’abattoir s’achetait à 6.500 BIF, il y a trois mois, et il est actuellement à 8.000 BIF. »

Ainsi, le nombre de vaches abattues à l’abattoir de Bujumbura évolue en dents de scie. Mais depuis le mois d’août, il ne cesse de diminuer. Passant de 1.451 bovins abattus à 1.088 en septembre, soit une diminution de plus de30%.
Les petits ruminants abattus ont aussi diminué, passant de 3.658 au mois de janvier à 3.120 au mois de septembre, soit une diminution de 17,2%.



« Des conséquences désastreuses. »

Pr Patrice Ndimanya, de l’université du Burundi indique que l’élevage représente 25 % du PIB agricole et rapporte environ 440 milliards BIF par an. « C’est aussi une source de revenus facilitant le paiement des soins de santé et des frais de scolarité, une source de sécurité alimentaire et une source de revenus pour de nouveaux investissements. »
Selon lui, il n’y a pas de conflit entre éleveur et agriculteur, du fait que rares sont les Burundais qui n’associent pas les deux activités. Il précise que même s’il y aurait de conflit, ça devrait être traité comme d’autres contentieux, car les lois existent.

« Les autres contentieux, dont les conflits fonciers, qui sont les plus fréquents avec des conséquences dramatiques. Pourtant, Ils sont réprimés avec des lois déjà existantes comme le Code pénal, le Code civil et les pratiques coutumiers. »
M. Ndimanya observe qu’il y a la demande de limiter les dégâts occasionnés par le vagabondage des animaux, mais trouve qu’une loi spécifique n’était pas nécessaire. « Si les sanctions prévues dans le Code pénal et le Code civil ne sont pas dissuasives, elles doivent être renforcées », nuance-t-il.

Il souligne que cette situation est vécue différemment selon les régions et indique que le gouvernement devrait tenir compte de la diversité des régions. « Ces conflits s’observent surtout dans les zones densément peuplées, notamment dans les régions de Buyenzi, Kirimiro et Bweru. Dans l’Imbo aussi où la population est regroupée dans les paysannats et doit déplacer leurs bétails vers les zones de pâturages éloignées », précise-t-il.

M. Ndimanya estime que dans certaines régions, les ressources fourragères naturelles y poussent en quantité abondante et de bonne qualité. Les autres régions sont riches en résidus de récolte comme les bananeraies. « Ce qui n’est pas le cas dans la région de Mugamba. »

Ce professeur d’université explique que d’après une étude réalisée par l’ISABU (Institut des sciences agronomiques du Burundi), un éleveur de Mparambo ayant une vache et sa génisse devrait réserver aux cultures fourragères une superficie de 30 ares. Néanmoins, dans les conditions moins favorables de Mahwa, il ne faudrait pas moins de 75 ares.
Il précise en outre que si l’élevage extensif était moins rentable, les éleveurs auraient pratiqué la stabulation, « c’est le choix économique ». Il demande au gouvernement de revoir la décision de pratiquer la stabulation permanente, car les conséquences pourront être désastreuses.

Le ministère de l’élevage reste catégorique

Emmanuel Ndoricimpa, secrétaire permanent au ministère ayant l’élevage et l’agriculture dans ses attributions, est clair : « On ne peut pas solliciter une autre période à la dernière minute. La loi doit être respectée. » Il ajoute que le changement est difficile, « c’est un processus. »

Il reconnaît que certaines mesures prévues dans l’article 36 ne sont pas encore mises en application, notamment la mise en place des zones publiques d’élevage. Il signale que cela est dû à une forte pression démographique et à l’exiguïté des terres. « Nous demandons aux éleveurs d’identifier des places pour y mettre ces zones et venir auprès du ministère pour solliciter cette place. Nous leur attribuerons ces places. »


Trois questions à Me Emmanuel Nkengurutse, ancien sénateur.

« L’élevage en milieu rural risque de s’effondrer »

Me Emmanuel Nkengurutse : « une mise en application hâtive de cette loi conduira à l’effondrement du secteur de l’élevage. »

Comment appréciez-vous la loi sur la stabulation permanente ?

C’est une loi qui porte la réforme de l’élevage au Burundi. Comme telle, elle est porteuse d’une grande ambition nationale. Néanmoins, pour se concrétiser, cette ambition doit garder le cap et veiller à ce que ceux qui tirent les ressources et moyens d’accès à leurs droits fondamentaux, notamment le droit à l’alimentation, ne les perdent pas, mais plutôt les améliorent.

Qu’est-ce qui devrait être fait pour un bon rendement ?

L’article 36 donne une liste de mesures préalables pour accompagner la mise en application de la loi et qui doivent précéder le démarrage de ce mode d’élevage. Ceci veut dire que ces mesures doivent être mises en œuvre par le gouvernement avant que celui-ci n’impose aux éleveurs l’obligation de garder leurs bêtes dans les étables. En plus de cela, l’accès à l’eau potable doit être garanti aux éleveurs pour approvisionner les animaux.

Et au cas contraire… ?

Le contraire conduira à l’effondrement du secteur élevage en milieu rural et la perte des ressources et moyens d’accès aux droits fondamentaux des éleveurs et autres personnes vivant des activités connexes à l’élevage. L’État aura en conséquence violé les droits de ses citoyens en faveur desquels il a pourtant contracté des engagements juridiques internationaux de protection.

 


Article 36 de la loi sur la stabulation permanente

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Balame

    Zones publiques d’élevage.
    Y avez vous pensé une seule fois?
    Irréalisable

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 4 726 users online