Dimanche 20 juin 2021

Société

Suspension des examens en réseaux, une mesure applaudie

11/06/2021 1
Suspension des examens en réseaux, une mesure applaudie
Des élèves pendant la récréation

Les élèves et les éducateurs de Bujumbura se réjouissent aujourd’hui d’une ordonnance ministérielle de suppression des évaluations communes. Il est de même pour les parents.

« Nous faisons souvent des tests sur un programme non encore vu en classe », lâche un élève de la 7ème année de l’Ecole Fondamentale du Bassin 2 à Buyenzi.

Rencontré à cette école, lui et ses trois camarades témoignent avoir reçu une note ne dépassant pas 40 % chacun au dernier trimestre.

« Nous saluons cette mesure ».

Faute d’une excellente note, continuent-ils, la plupart d’entre nous étaient sur le point d’abandonner l’école. « Il y a même ceux qui ont déjà abandonné l’école », insistent-ils.

Maintenant, concluent-ils, nous voulons fournir tant d’efforts afin d’obtenir au moins la note qui pourra nous permettre d’être acceptés pour le redoublement.

Certains enseignants interrogés en mairie de Bujumbura n’y vont pas par quatre chemins. « Nous ne savons pas comment exprimer notre joie. Tu t’imagines combien c’est gênant d’enseigner des enfants que tu ne vas pas évaluer ».

Ces derniers disent ne pas savoir d’où est venu ce système d’évaluation. « Un système, qui n’est régi par aucune loi, comment peut-il être s’appliqué presque dans tout le pays », s’interrogent-ils.

Innocente (pseudo), une mère de quatre élèves se réjouit de cette mesure. Elle affirme que ses enfants s’accommodaient mal à ce genre d’évaluation. « Mes deux filles ont lamentablement échoué au premier et au second trimestre », renchérit-elle. D’après lui, il serait possible si les écoles disposaient des mêmes moyens et des enseignants.

Un directeur d’une école qui a requis l’anonymat dit admirer la méthode d’évaluations communes. Pourtant, il déplore sa mauvaise mise en application « Le système d’évaluations communes en soit était vraiment bonne, mais elle a été précipitée. Ses initiateurs ont néanmoins oublié que nos certains de nos enfants étudient dans des conditions difficiles, différentes.» Pour que ce système devienne applicable, propose ce responsable, le gouvernement doit soutenir les écoles de la même manière.

Pr François Habyarimana, le ministre de l’Education Nationale de la Recherche Scientifique demande, dans sa correspondance, les directeurs provinciaux de suspendre les évaluations communes. Dans cette même correspondance, le ministre précise qu’aucun cadre légal ne régit pas les examens faits en réseau.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Vumiliya

    Hahaha turabizi les écoles privées nibo baryohewe cane, bayorera amanota abana hanyuma amafaranga bakegeranya et les conséquences sont désastreuses.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. Lever l’équivoque

En vue de faire face à la propagation de la Covid-19 par des gens en provenance de l’extérieur, le gouvernement avait fermé des frontières terrestres et maritimes, même si certaines sont restées poreuses. Une quarantaine obligatoire de quatre jours pour (…)

Online Users

Total 1 136 users online