Samedi 27 février 2021

Politique

Suppression des institutions anti-corruption : l’Olucome parle de régression

11/12/2020 Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Suppression des institutions anti-corruption : l’Olucome parle de régression
Suppression des institutions anti-corruption : l’Olucome parle de régression
Gabriel Rufyiri : « Il fallait reformer ces institutions de lutte contre la corruption au lieu de les supprimer ou transférer leurs compétences ailleurs »

La Cour spéciale et la Brigade spéciale anti-corruption viennent d’être supprimées par le Conseil des ministres ce jeudi 10 décembre. Pour l’Olucome, même si ces institutions n’étaient que ’’des épouvantails’’, leur suppression marque une marche en arrière en matière de lutte contre la corruption.

« En vue de décentraliser les institutions judiciaires anti-corruption auprès de la population, les attributions de la Cour spéciale anti-corruption sont désormais placées au sein des parquets généraux et les Cours d’appels », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Prosper Ntahorwamiye, dans son communiqué sur les décisions du Conseil des ministres tenu ce 10 décembre.

D’après lui, même si le ministère de la Bonne gouvernance qui était chargé des institutions anti-corruption n’existe plus, le gouvernement burundais a continué de faire la lutte contre la corruption, sa préoccupation.

Dans son communiqué, le porte-parole du gouvernement a également annoncé la suppression de la Brigade spéciale anti-corruption. D’après lui, les attributions de cette brigade sont désormais dans les mains de la Police judiciaire.

« Pour éradiquer la pratique de la corruption, les services chargés de mener des enquêtes sur la corruption sont d’une grande importance. C’est pour cela que la Brigade spéciale anti-corruption, chargée de mener ces enquêtes doit être reformée », a-t-il également fait savoir.

L’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, Olucome en sigle, fustige cette décision prise par le Conseil des ministres.

Pour Gabriel Rufyiri, président de cet organe, la suppression de la Cour spéciale et la Brigade spéciale anti-corruption, montre que le Burundi est encore loin en matière de lutte contre la corruption.

« Même si on ne cesse pas de dire que les institutions anti-corruption sont des sortes d’épouvantails et je le redis encore une fois même aujourd’hui, il fallait revoir la réforme de ces instances en mettant en place une seule Cour capable de juger toute personne à commencer par les autorités ».

Le président de l’Olucome indique avec insistance que la décision du Conseil des ministres prouve que les promesses des dirigeants ne restent que dans les paroles.

Il fait savoir que l’Olucome va adresser une correspondance au Conseil des Nations Unies de lutte contre la corruption pour plaider contre la suppression de ces institutions spéciales anti-corruption.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 991 users online