Vendredi 23 février 2024

Environnement

Station d’épuration des eaux usées de Buterere : menace pour la santé des riverains

26/02/2019 Commentaires fermés sur Station d’épuration des eaux usées de Buterere : menace pour la santé des riverains
Station d’épuration des eaux usées de Buterere : menace pour la santé des riverains
Prosper Muyuku (à droite) : «La station d’épuration de Buterere est une grande latrine. Occuper cette espace, c’est habiter dans la latrine »

La proximité de la station d’épuration des eaux usées de Buterere expose les riverains aux risques biologiques et chimiques. «La station d’épuration de Buterere est une grande latrine. Occuper cet espace, c’est habiter dans une latrine», a fait savoir Prosper Muyuku, chef du service hygiène et assainissement au ministère de la santé.

C’était ce lundi 25 février lors d’un café de presse organisé par le ministère en charge de l’environnement. Il portait sur l’impact négatif de la station d’épuration des eaux usées de Buterere sur la santé de la population habitant dans ce périmètre.

D’après lui, elle mène une aventure « suicidaire ». 38% des déchets issus des ménages de la capitale sont desservis à cet endroit. «Ils provoquent la dégradation de la qualité de la santé. Ils causent des infections, des maladies diarrhéiques, des intoxications du système du corps, etc».

M. Muyuku appelle les familles occupant cet espace à le quitter pour leur bien. Il conseille aux autorités d’établir et de faire respecter un périmètre de la station d’épuration des eaux usées de Buterere. Il leur recommande également de clôturer cet espace afin d’y empêcher l’accès à toute personne étrangère.

De son côté, Déo-Guide Rurema, ministre en charge de l’environnement, insiste sur le devoir de l’Etat de protéger sa population. «Nous avons commencé la sensibilisation pour que ces gens comprennent le danger que représente cette station sur la santé».

Pour lui, les autorités qui ont distribué ces parcelles, sont connues et l’ont fait par abus de pouvoir. « Après l’établissement des responsabilités de ces autorités, les détenteurs des documents malgré que faux seront rétablis dans leurs droits. Ceux qui n’en ont pas doivent partir sans rien demander », a-t-il insisté.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 624 users online