Vendredi 15 octobre 2021

Politique

Sénat : les anciens chefs d’Etat, exit

18/06/2018 Commentaires fermés sur Sénat : les anciens chefs d’Etat, exit
Sénat : les anciens chefs d’Etat, exit
Anicet Niyongabo (à droite) : «Il n'y a plus de places réservées aux anciens présidents».

Les anciens présidents de la République du Burundi n’ont plus le droit de siéger à la Chambre haute du Parlement. Telle est l’une des dispositions du nouveau règlement d’ordre intérieur du Sénat adopté ce lundi 18 juin lors d’une session ordinaire. L’objectif est de l’adapter à la nouvelle Constitution du 7 juin 2018.

Le 2ème vice-président du Sénat, Anicet Niyongabo fait savoir que le règlement d’ordre intérieur de la Chambre haute du Parlement est considéré comme une loi organique, elle doit être conforme à la Constitution.

Pour ce, il n’y a plus de places réservées aux anciens chefs d’Etat. «Comme vous l’avez remarqué au cours de cette session, les sièges des anciens présidents n’existent plus». Effectivement, ces anciens chefs de l’Exécutif, sénateurs à vie, selon l’ancienne Constitution, n’ont pas siégé.

Le 2ème vice-président du Sénat indique également que le règlement d’ordre intérieur du sénat doit s’adapter aux règlements de la Communauté Est Africaine. «Les dispositions en rapport avec la loi budgétaire doivent également s’y conformer».

Selon lui, au niveau de l’EAC, la loi budgétaire entre en vigueur le 1er juillet de chaque année et se termine au 30 juin de l’année suivante. «Au Burundi la loi budgétaire était votée et entrait en vigueur le 1er janvier de chaque année pour prendre fin le 31 décembre de la même année», a-t-il rappelé.

L’Honorable Niyongabo souligne que bientôt le règlement interne sera acheminé à la Cour constitutionnelle pour vérifier si elle est conforme à la Constitution. « Si c’est le cas, il va immédiatement entrer en vigueur».

Le sénat a adopté à l’unanimité ce règlement d’ordre intérieur adapté à la nouvelle Constitution.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 016 users online