Samedi 04 février 2023

Économie

Saison culturale A 2023 : La production agricole escomptée inquiète

02/11/2022 3
Saison culturale A 2023 : La production agricole escomptée inquiète
Pour la saison culturale A 2023, la production agricole attendue est préoccupante

Selon le Conseil national pour la liberté (CNL), les conditions de production agricole restent préoccupantes en dépit des déclarations de bonnes intentions des plus hautes autorités. Selon OCHA, les acteurs de la sécurité alimentaire ont estimé que, pour la période d’octobre à décembre 2022, 1,4 million de personnes seront en situation d’insécurité alimentaire, dont 50.640 en phase d’urgence.

D’après le CNL, la réunion de Gitega du 17 octobre 2022 organisé par le Premier ministre pour évaluer l’état d’avancement des préparatifs de la saison culturale A 2023 a révélé qu’il y a de graves irrégularités en matière de qualité, de disponibilité et de fourniture des intrants agricoles. S’agissant de l’engrais chimique, poursuit cette formation politique, les agriculteurs sont tenus de payer les avances pour les fertilisants FOMI et passent une saison à une autre sans obtenir la quantité commandée. « Dans l’entretemps, l’accroissement des prix des denrées alimentaires témoignent que l’offre est de loin inférieure à la demande et que de plus en plus le pouvoir d’achat des citoyens dégringole sans cesse. »

Pour le CNL, il est urgent de prendre des dispositions appropriées pour redresser la situation et redéfinir la politique agricole. « One peut pas continuer à prétendre accorder le monopole de fourniture de l’engrais minéral à une entreprise qui n’est pas en mesure de satisfaire à la demande des agriculteurs. Par ailleurs, d’aucuns commencent à mettre en doute la qualité des fertilisants produits par l’entreprise FOMI. »

Le CNL demande au gouvernement de subventionner davantage le secteur agricole pour soulager le fardeau de la population et penser à la modernisation des outils et équipements aratoires ainsi que la disponibilité des moyens financiers pour stimuler l’augmentation de la production agricole.

L’OCHA tire la sonnette d’alarme

Selon le rapport de situation du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), datant de septembre 2022, les acteurs de la sécurité alimentaire ont estimé que, pour la période d’octobre à décembre 2022, 1,4 million de personnes (12 % de la population du Burundi) seront en situation d’insécurité alimentaire, dont 50.640 en phase d’urgence. « En dépit d’une amélioration relative de la situation d’octobre à décembre 2022 comparée à la même période en 2021 (1,44 millions personnes), la situation de la sécurité alimentaire nécessite une surveillance dans les zones de moyens d’existence, de dépression de l’Est et du Nord ainsi que les localités affectées par les aléas climatiques dans la plaine de l’Imbo. De plus, certains indicateurs tels que les prix sur le marché, l’accès aux intrants agricoles et l’évolution pluviométrique de la saison 2023A sont aussi à surveiller. »

Déjà, met en garde OCHA, certaines stations météorologiques annoncent pour la période de septembre à décembre 2022, une situation pluviométrique en dessous de la moyenne. « Malgré ces prévisions, les tendances au Burundi montrent pour certaines provinces qu’il y aura au même moment une pluviométrie excédentaire et déficitaire avec impact sur les cultures et la sécurité alimentaire des ménages. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Majigo

    Avez vous vu la photo en illustration?
    Il est incensé voire criminel de cultiver sur des pentes pareilles sans aménagement anti érosif adéquat. Toute la terre arable file en Egypte ou dans le fin fonds du Lac Tanganyika (Erosion et lessivage)

  2. Majigo

    Question: Est il permis d’importer d’autres engrais au Burundi?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Allo ? Econet Wireless ? Ne raccrochez pas

« La téléphonie mobile, facteur de développement. » Au moins dans deux ateliers, les professionnels des compagnies de téléphonie mobile démontraient noir sur blanc le lien entre sa pénétration et la croissance économique. Entre autres avantages : investissements directs, rentrées fiscales, inclusion financière, (…)

Online Users

Total 3 597 users online