Jeudi 29 septembre 2022

Politique

Russie-Burundi : promesse de livraison de carburant, de médicaments et de fertilisants

10/05/2022 10
Russie-Burundi : promesse de livraison de carburant, de médicaments et de fertilisants
Valery Mikhaylov : « Nous sommes en train de résoudre les problèmes logistiques causés par les sanctions des Occidentaux afin de livrer le carburant au Burundi »

« La Russie, renforçant les liens étroits et amicaux avec le Burundi, travaille actuellement sur la résolution des problèmes logistiques liés à la guerre en Ukraine pour activer la livraison éventuelle de fertilisants, du carburant et de médicaments », a évoqué Valery Mikhaylov, ambassadeur de la Fédération de Russie au Burundi, lors de la célébration du 77e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce 9 mai.

Il explique que la livraison d’une aide de médicaments au Burundi sera possible dans les meilleurs délais, sans toutefois préciser la quantité : « A partir de la semaine prochaine, on va préparer la visite de la délégation russe qui va venir au Burundi pour discuter de l’appui médical. Nous allons faire le tout possible pour accélérer ce processus ».

En ce qui concerne la livraison du carburant au Burundi, l’ambassadeur de la Russie fait savoir qu’il y a un problème de transport : « Les bateaux qui doivent quitter les ports russes pour la livraison du carburant au Burundi en passant par le port de Dar-Es-Salaam ont rencontré des problèmes. Nous sommes en train de résoudre les problèmes logistiques causés par les sanctions des Occidentaux afin de livrer le carburant au Burundi ».

Et de confier que le gouvernement russe serait en train de chercher des entreprises et des raffineries russes qui peuvent s’en occuper le plus vite possible.

L’ambassadeur Valery Mikhaylov soutient que la pénurie de carburant, de fertilisants et de produits alimentaires a été causé par les sanctions de l’Occident, pas par l’invasion de son pays en Ukraine.
Selon lui, les sanctions imposées contre la Russie par l’Occident frappent le reste du monde notamment l’Afrique. Et de rappeler que ces sanctions ont touché différents domaines notamment les systèmes financiers, les produits alimentaires et énergétiques.

Forum des lecteurs d'Iwacu

10 réactions
  1. Claypton

    L’ UA devrait avoir autorité pour ce genre de positionnement et non les états pour leur éviter les pressions de diverses puissances et sa position devait être la suivante :
    1/ Condemnation sans réserve de l’agression Russe sur l’Ukraine.
    2/ Condemnation des sanctions sur la Russie qui ont des répercussions sur le pouvoir d’Achat en Afrique ( Energie , Blé etc…)

  2. Stan Siyomana

    1. Vous écrivez: »L’ambassadeur Valery Mikhaylov soutient que la pénurie de carburant, de fertilisants et de produits alimentaires a été causé par les sanctions de l’Occident, pas par l’invasion de son pays en Ukraine… »
    2.Mon commentaire
    A). Pour les exportations de l’Ukraine, c’est cette INVASION PAR LA RUSSIE qui vient tout gâcher (et pas les sanctions de l’Occident contre la Russie).
    « In 2020, Ukraine exported a total of $52.7B, making it the number 46 exporter in the world. During the last five reported years the exports of Ukraine have changed by $10.7B from $42B in 2015 to $52.7B in 2020.
    The most recent exports are led by Seed Oils ($5.32B), Corn ($4.89B), Wheat ($4.61B), Iron Ore ($4.27B), and Semi-Finished Iron ($3.03B). The most common destination for the exports of Ukraine are China ($7.26B), Poland ($3.26B), Russia ($2.97B), Turkey ($2.5B), and Egypt ($2.39B)… »
    https://oec.world/en/profile/country/ukr
    « In 2020, Ukraine exported $4.61B in Wheat, making it the 5th largest exporter of Wheat in the world. At the same year, Wheat was the 3rd most exported product in Ukraine. The main destination of Wheat exports from Ukraine are: Egypt ($1.22B), Indonesia ($544M), Pakistan ($496M), Bangladesh ($295M), and Lebanon ($239M).
    The fastest growing export markets for Wheat of Ukraine between 2019 and 2020 were Pakistan ($496M), Lebanon ($84.5M), and Vietnam ($53.8M)… »
    https://oec.world/en/profile/bilateral-product/wheat/reporter/ukr

    B). « Fed Vice Chair Lael Brainard warned the Russia-Ukraine war is a particular risk for financial institutions trading in commodities, speaking in a statement accompanying the Fed’s latest financial stability report on Monday.
    « Russia’s unprovoked war in Ukraine has sparked large price movements and margin calls in commodities markets, and highlighted a potential channel through which large financial institutions could be exposed to contagion, » she said… »
    https://www.businessinsider.in/stock-market/news/the-fed-says-wild-swings-in-commodities-markets-are-ramping-up-the-risk-of-contagion-that-could-hit-global-banks-hard/

    • Stan Siyomana

      « Commodity price dynamics since the invasion
      Russia is a major global exporter of oil, natural gas, and certain metals . The invasion and sanctions disrupted supplies of some commodities . Although Russian energy exports have generally kept fl owing, market participants are highly concerned with future prospects . In addition, both Russia and Ukraine are major exporters of grain, and the ongoing war as well as sanctions on Belarus’s fertilizer exports are seen as likely to disrupt future production of grain and other agricultural commodities .
      In this environment, prices for many commodities have risen sharply, on net, and fluctuated dramatically in response to geopolitical developments… »
      https://www.federalreserve.gov/publications/files/financial-stability-report-20220509.pdf

  3. Ngorane

    Mbega ico Japan yatwemereye coco ni gute? Ko gitevye?Ico ca Russia coco mwumva ari solution durable? UBurundi turakenye naho tutavyemera

    • Stan Siyomana

      @Ngorane
      Twizere ko aha abarundi bazohigira icirwa gikomeye bakamenya ko uwudakurikiza intwaro ibereye/bonne gouvernance, uwiba ubutunzi bw’igihugu bose bahanwa bimwe biboneka kuko amabi bakora atuma igihugu kitashobora guhangana n’ingorane nk’izi z’uyu musi.
      Kandi no mu myaka iri imbere, ntituzi izindi ngorane ziziyadukiza.

  4. Jereve

    La guerre en Ukraine a des conséquences lourdement désastreuses dans les pays d’Afrique. Alors que cette dernière n’y est pour rien dans ce conflit, c’est pourtant elle qui en souffre le plus des pénuries et famines. Elle est en quelque sorte une victime collatérale, et c’est à mon avis un argument valable qui devait pousser l’Union Africaine, plus que tous les acteurs occidentaux, à approcher les présidents Poutine et Zelensky pour les convaincre ou du moins les encourager à s’ouvrir aux négociations pacifiques. Ne faisant pas partie au conflit, l’Afrique peut jouer la médiation, et en même temps plaider pour la normalisation de ses approvisionnements.

    • Stan Siyomana

      @Jereve
      1. Vous écrivez: »Ne faisant pas partie au conflit, l’Afrique peut jouer la médiation… »
      2. Mon commentaire
      Comme l’Union africaine essaie d’appliquer la « règle d’intrangibilité des frontières » sur le continent africain, elle devrait condamner (vigoureusement?) l’invasion russe en Ukraine.
      Avec la dissolution de l’Union soviétique le 25 décembre 1991, l’Ukraine a droit à l’intégralité/souveraineté de son territoire national.
      « La règle de l’intangibilité des frontières est un principe de droit international très important dans la définition actuelle des frontières des Etats africains….
      En ce qui concerne l’Afrique, ce principe a trouvé son droit de cité à l’issue du sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine (actuelle Union Africaine) qui s’est tenue au Caire en juillet 1964. Il a trouvé naissance dans la résolution A.H.G./16-1 du 21 juillet 1964 qui proclamait « que tous les Etats membres (de l’OUA) s’engagent à respecter les frontières existant au moment où ils ont accédé à l’indépendance ». Cette résolution mettait fin à toute question relative aux revendications territoriales qui pouvaient surgir à la fin de l’ère coloniale… »
      https://www.lafriquedesidees.org/intangibilite-frontieres-afrique-panafricanisme-equation-quasi-irreductible/?msclkid=065c330ed15011ecbbea752aed615105

    • Stan Siyomana

      @Jereve
      « Les répercussions de la guerre pourraient être plus durables que celles des chocs précédents, et ce pour au moins deux raisons.
      Premièrement, il est moins facile aujourd’hui de remplacer les produits énergétiques les plus affectés par d’autres sources fossiles, car les augmentations de prix ont été généralisées à tous les combustibles. Deuxièmement, par un effet boule de neige, la hausse des cours de certains produits de base entraîne d’autres augmentations : les prix élevés du gaz naturel ont ainsi fait grimper ceux des engrais, ce qui a exercé une pression à la hausse sur les prix agricoles.
      En outre, les réponses politiques ont jusqu’à présent privilégié les réductions d’impôts et les subventions — qui aggravent souvent les insuffisances de l’offre et les pressions sur les prix —, au détriment de mesures à long terme visant à réduire la demande et à favoriser d’autres sources d’approvisionnement… »
      https://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2022/04/26/food-and-energy-price-shocks-from-ukraine-war

  5. Manisha

    « …« La Russie, renforçant les liens étroits et amicaux avec le Burundi, travaille actuellement sur la résolution des problèmes logistiques liés à la guerre en Ukraine pour activer la livraison éventuelle de fertilisants, du carburant et de médicaments », a évoqué Valery Mikhaylov. »
    Le langage diplomatique est souvent dans les détails : « …pour activer la livraison éventuelle… » !
    Eventuelle m’inquiète.

    • Stan Siyomana

      @Manisha
      Murumva ko hagikenewe ko abarusiya babanza kwigerera i Burundi kuvugana n’indongozi z’igihugu. Ibi bintu bishobora kuba ivy’imuhana bizoza imvura ihise.
      N’iyo twoba twari mu bihe bisanzwe, guhindura imihora ibidandazwa vyamakungu bicamwo/ logistiques ntivyoroshe na buhoro.
      Kuko nko mu mwaka wa 2020, igitoro c’Uburundi (aho tudafise raffinerie) NTICAVA MU BURUSIYA, mugabo ahanini cava Arabie Saoudite na Emirats Arabes Unis.
      «  Burundi imports Refined Petroleum primarily from: Saudi Arabia ($88.8M), United Arab Emirates ($26.3M), Singapore ($3.61M), India ($2.79M), and China ($759k).
      The fastest growing import markets in Refined Petroleum for Burundi between 2019 and 2020 were Singapore ($3.18M), India ($1.8M), and China ($699k)… »
      https://oec.world/en/profile/bilateral-product/refined-petroleum/reporter/bdi
      « In 2020, Russia exported $48B in Refined Petroleum, making it the 2nd largest exporter of Refined Petroleum in the world. At the same year, Refined Petroleum was the 2nd most exported product in Russia. The main destination of Refined Petroleum exports from Russia are: Netherlands ($6.79B), United States ($4.62B), France ($2.92B), Turkey ($2.49B), and Germany ($2.22B).
      The fastest growing export markets for Refined Petroleum of Russia between 2019 and 2020 were France ($1.48B), Gibraltar ($470M), and Ukraine ($439M)… »
      https://oec.world/en/profile/bilateral-product/refined-petroleum/reporter/rus

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 2 410 users online