Vendredi 23 février 2024

Environnement

Rumonge : Les cultivateurs s’alarment de la réapparition de la mosaïque

20/03/2019 Commentaires fermés sur Rumonge : Les cultivateurs s’alarment de la réapparition de la mosaïque
Rumonge : Les cultivateurs s’alarment de la réapparition de la mosaïque
Un champ de manioc affecté par la mosaïque à Kigwena, commune et province Rumonge.

La mosaïque africaine de manioc refait surface dans plusieurs coins de la province Rumonge. Désemparés, les agriculteurs demandent une nouvelle semence plus résistante.

A Karonda, à Kigwena, vue de loin, les étendues de champs de manioc sont verdoyantes. De près, on remarque que les feuilles sont petites, déformées, enroulées et presque décolorées.

« C’est la mosaïque qui revient. On ne sait plus à quel saint se vouer », lance Léontine, une agricultrice de Kigwena, à Rumonge. Cette mère de quatre enfants indique que cette maladie sévit depuis plusieurs mois.

Emmanuel Mbonimpa, cultivateur et vétérinaire de la colline Nyakuguma, confirme : « C’est aujourd’hui généralisé dans notre région. » Il lie cette recrudescence à la mobilité des gens à cause de la crise, source de la circulation des semences incontrôlées. Il explique qu’avec les efforts des associations agricoles, notamment la multiplication des semences, la mosaïque était sur le point d’être éradiquée. « Mais aujourd’hui les agriculteurs viennent de plusieurs localités et amènent leurs propres semences. Aucun contrôle n’est fait pour voir si ces dernières ne sont pas affectées. » Il évoque aussi des semences en provenance de la RDC ou de la Tanzanie.

L’administration confirme aussi cette recrudescence de la mosaïque africaine de manioc. Yolande Ntihabose, chef de la zone Kigwena, signale que la situation est inquiétante : « Même les semences dites résistantes à cette pathologie ne sont pas épargnées.» Ce qui influe négativement sur sa production, alors qu’il est très prisé dans l’Imbo. « Le manioc constitue une des principales denrées alimentaires pour plus de 85% de la population. Sa pâte et ses feuilles sont consommées.»

Au marché, les conséquences sont visibles. Evangeline Kamikazi, une autre agricultrice de Cabara (Rumonge), fait savoir qu’1 kg de farine de manioc se vend à 600BIF au lieu de 400BIF auparavant. Une pièce de chikwange moyen (ubuswage) de 200BIF naguère s’achète 500BIF.

Urgence d’une nouvelle semence

« Qu’on nous trouve une nouvelle semence capable de résister à cette maladie. Sinon, nous allons mourir de faim », alerte Mme Kamikazi. Idem pour Mme Ntihabose qui ajoute que cela permettrait aux agriculteurs de Rumonge d’augmenter la production. « J’ai entendu qu’à Makamba, il y a une nouvelle semence très productive en cours de multiplication. Qu’on fasse de même ici. »

Côté ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Environnement, un cadre contacté tranquillise ces agriculteurs : « Des recherches sont en cours pour trouver d’autres semences susceptibles de résister à cette pathologie.»

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Quid de la mosaïque africaine de manioc ?

Elle se manifeste au niveau des feuilles, affecte les racines et toute la plante. Elle se caractérise par la présence de taches dominées par un coloris vert clair à jaunâtre sur le limbe foliaire marqué par une boursoufflure et une déformation. Au stade avancé, toute la feuille se déforme, s'enroule, se décolore et se distingue par une petite taille. Après, le plant de manioc se rabougrit avec une taille réduite, le diamètre de la tige devient plus petit. Les tubercules deviennent moins nombreux, le volume qui les caractérise diminue avec pour conséquence une baisse importante du rendement. Les principales stratégies de lutte consistent à réduire l'incidence de la pathologie en utilisant les variétés résistantes et en prélevant des boutures non contaminées pour toutes les nouvelles plantations. On doit également enlever et détruire des plants infectés.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 646 users online