Vendredi 19 avril 2024

Société

Région Ouest/Cibitoke : La RN 5 en passe d’être impraticable au niveau de Nyamitanga

29/01/2024 Commentaires fermés sur Région Ouest/Cibitoke : La RN 5 en passe d’être impraticable au niveau de Nyamitanga
Région Ouest/Cibitoke : La RN 5 en passe d’être impraticable au niveau de Nyamitanga
Un des habitants de Nyamitanga demandent une assistance d’urgence

La circulation est presque paralysée au niveau de la localité appelée Nyamitanga sur la Route nationale numéro 5 (RN5) qui relie la capitale économique Bujumbura et la province de Cibitoke. D’intenses pluies qui s’abattent sur la localité en sont à l’origine. Malheureusement, rien n’est fait pour le moment afin de désamorcer la situation. L’administration provinciale envisage d’approcher les partenaires potentiels.

La RN 5 Bujumbura-Rugombo-Ruhwa a une distance de 82 km. La circulation est momentanément bloquée au niveau de la 4e transversale Nyamitanga à une quarantaine de kilomètres de la capitale économique Bujumbura.

Arrivé sur place le mardi 22 janvier 2024, notre constat est que les véhicules en provenance de Bujumbura vers Cibitoke et vice-versa, font la queue pour se frayer un petit passage. Des tas de boue causés par des eaux de ruissellement à partir des montagnes surplombant la route empêchent sporadiquement la circulation des biens et des personnes sur cette route. « Chaque fois, les passagers sont obligés d’attendre un long temps pour permettre aux machines bulldozers de dégager la route », témoigne avec peur une commerçante de tomate.

D’après ses dires, le préjudice est énorme car les tomates et les autres marchandises comme les mangues pourrissent vite. Il faut donc qu’on les écoule rapidement. Un utilisateur du tronçon en mauvais état qui provient de la commune Bukinanyana qui a l’habitude de faire ce trajet indique qu’une telle situation ne favorise pas le climat des affaires.

Ce père d’une fratrie de six enfants engagés dans le commerce des bananes fait savoir qu’il est souvent obligé de loger dans des hôtels à cause de ce mauvais état de la route.

Plus de cent cinquante maisons déjà détruites

Du côté de la population locale, c’est la peur puisque les pluies diluviennes n’endommagent pas uniquement la RN5. Selon un octogénaire rencontré sur place, pendant la nuit et par peur d’être emporté par des eaux de ruissellement qui, à la fin, se déversent dans la rivière Rusizi, certains habitants sont contraints de quitter leurs ménages pour chercher refuge ailleurs.

Pour preuves, insiste-t-il, plus de trois cent cinquante maisons sont déjà détruites suite aux pluies diluviennes et au moins une centaine d’autres sont en passe de le devenir. Ces habitants demandent aux instances publiques de procéder à la réhabilitation de cette route avec des digues et caniveaux qui pourront drainer efficacement les eaux des pluies loin de la route et de leurs habitations.

Lever les fonds

Devant cette situation presque endémique, l’administration semble être dépassée malgré quelques initiatives en cours. Le gouverneur de Cibitoke Carême Bizoza annonce déjà avoir entamé des contacts avec certains partenaires publics et privés œuvrant dans le domaine de la réhabilitation des routes endommagées par les eaux de ruissèlement. Il demande la patience aux usagers de cette route en leur rassurant que cette question est bien connue par les instances supérieures.

Un ingénieur qui a participé aux travaux de la récente réhabilitation de cette route y va avec ses petites analyses et suggestions. De l’avis de ce technicien, des fonds devraient être levés dans l’immédiat pour éviter la destruction à grande échelle de cette route d’une très grande utilité.

Surtout qu’il s’agit d’une route très fréquentée et qui relie les trois pays de la Communauté économique des pays des Grands lacs (CEPGL), à savoir le Burundi, la République démocratique du Congo et le Rwanda. Elle joue donc un rôle économique et politique important pour les trois Etats.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 443 users online