Samedi 20 juillet 2024

Société

Région/Centre Gitega: Des transformateurs qui ne servent pas la population

Région/Centre Gitega: Des transformateurs qui ne servent pas la population
Un transformateur de courant situé à 10 mètres des bars et restaurants sans électricité.

La population de la localité de Mugutu communément appelée Kwibati affirme qu’elle est discriminée dans la distribution d’électricité. Elle vit dans le noir malgré les transformateurs et les lignes électriques qui passent au-dessus de leurs maisons.

Mugutu est l’une des localités plus ou moins peuplées en dehors du centre-ville de Gitega. Elle est le réservoir des travailleurs et des petits commerçants qui travaillent la journée en ville et rentrent le soir. Située sur la route Gitega-Karusi, à 5 km du centre-ville, le trafic et les activités commerciales y sont intenses pendant la journée. Le soir, l’obscurité y règne. Les boutiques, les bistrots et les maisons d’habitation ferment par manque d’électricité.

Ironie du sort, à moins d’un kilomètre, 3 transformateurs électriques sont branchés sur cette ligne à haute tension venant du central hydro-électrique de Ruvyironza. Le plus proche est à 10 mètres de leurs maisons mais il n’alimente que la communauté des sœurs ouvrières de Mugutu. Le reste de la population de Kwibati ne voit que la lumière venant des maisons de ces religieuses.

« C’est très irritant de voir que ce transformateur ne nous sert à rien. Il y a aussi deux autres non loin d’ici et nous avons maintes fois demandé à la Regideso de nous donner de l’électricité. C’est toujours la même réponse : ces transformateurs sont privés », se plaint un habitant de Mugutu.

« Qu’est ce qui manque pour faire le raccordement sur ces transformateurs ? Nous avons des moyens pour payer les câbles et les compteurs, mais personne ne veut nous entendre », déplore Fabien. Selon lui, il y a deux poids deux mesures dans la distribution de l’électricité. Les habitants mettent en cause la Régie de production et de distribution de l’eau et d’électricité (Regideso).

« Il y a opacité dans la distribution et le raccordement du matériel »

Dans cette localité, la population indique que l’énergie devait constituer un moteur pour le développement économique. Elle est nécessaire pour la création d’emploi, elle faciliterait le commerce et les services et simplifierait les systèmes de communication.

Les femmes et les enfants souffrent le plus du difficile accès à l’énergie. « Comme nous n’avons pas d’électricité, nos enfants ne peuvent pas réviser leurs cours. Même les écoles ne sont pas éclairées alors qu’ailleurs leurs semblables ont tout le temps pour faire les cours du soir », pointe, Marianne une mère de trois enfants.

Pour eux il y’a de l’opacité dans les raccordements et distribution du matériel électrique. « Les communautés religieuses sont-elles plusimportantes que les écoles et le reste de la population ? », se demandent-ils. Pour ces habitants, l’électricité est nécessaire pour permettre des activités économiques notamment la mise en place de petites fabriques, les salons de coiffure, les moulins.
« Quelqu’un a voulu installer un centre de santé et une pharmacie mais il a laissé tomber son projet. Selon lui, en raison de l’absence de courant électrique, le réfrigérateur et certains appareils ne peuvent pas fonctionner », explique Diomède. Nous avons essayé de contacter par téléphone les services de communication à la Regideso, en vain.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Stan Siyomana

    Le faible taux d’electrification serait presque le meme (10-12%) au Burundi et en Republique Democratique du Congo (RDC).
    Le Burundi pourrait s’inspirer du Fonds Mwida (d’environ 500 millions de dollars americains) de l’Agence Nationale de l’Electrification et des Services Energetiques en milieux Rural et periurbain (ANSER). L’Etat congolais pourra subventionner le prix de l’electricite jusqu’a 20-30% pour que les investisseurs puissent avoir assez de clients.
    https://www.youtube.com/watch?v=gmWQh33RCpA
    https://www.youtube.com/watch?v=EofTqYDFEeA

  2. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:«  Comme nous n’avons pas d’électricité, nos enfants ne peuvent pas réviser leurs cours. Même les écoles ne sont pas éclairées alors qu’ailleurs leurs semblables ont tout le temps pour faire les cours du soir », pointe, Marianne une mère de trois enfants… »
    2. Mon commentaire
    Je ne suis pas un expert dans le domaine de l’energie, mon humble opinion est que RETA MVYEYI RETA NKOZI aura des difficultes a realiser son programme d’electrification de tout le pays sans RECOURIR A L’ENERGIE SOLAIRE qui ne requiert pas de couteux poteaux et longs fils electriques (pour la transmission du courant jusqu’aux maisons dispersees sur les mille collines du Burundi).
    Je me demande s’il y a quelque progres depuis le 4 octobre 2022 quand la compagnie ENSMART a promis de produire 500 megawatts d’energie solaire en une annee.
    (Voir « The ENSMART company wants to supply Burundi with solar energy », http://www.mae.gov.bi).

  3. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« C’est toujours la même réponse : ces transformateurs sont privés », se plaint un habitant de Mugutu…
    3 transformateurs électriques sont branchés sur cette ligne à haute tension venant du central hydro-électrique de Ruvyironza… »
    2. Mon commentaire
    Il se pourrait que ces transformateurs SOIENT REELLEMENT PRIVES et appartiennent a Songa Energy.
    « Une centrale électrique sur la rivière Ruvyironza
    À 30 km de la province de Bururi, Songa Energy veut construire une deuxième centrale hydroélectrique, sur la rivière Ruvyironza…
    La centrale au fil de l’eau affichera une capacité de 1,65 MW. L’électricité produite sera injectée dans le réseau de la province de Gitega… »
    https://www.afrik21.africa/burundi-bujumbura-approuve-la-construction-de-2-centrales-hydroelectriques-en-ppp/

  4. Mafero

    Mais qui sabote les efforts de developpement au Burundi? Mugutu n’est pas loin de la Centrale Ruvyironza (Regideso), une petite centrale qui alimente Mugera (prive), une centrale alimentee en energie solaire a Mubuga (en conflit avec…), une autre centrale hydroelectrique sur la Nyabaha non loin de Mubuga etc, etc… Non plus ce n’est pas loin de Mutoyi, Gishora, le sacre siege des tambours (si nous considerons sa position…)
    Ma conclusion est celle-ci: « Si Gitega est eclairee, pourquoi pas Mugutu? »

    • Stan Siyomana

      @Mafero
      En 2021 je crois, Monsieur Antoine Kabura, directeur de l’Agence de Promotion des Investissements-API (= actuellement Agence de Developpement du Burundi-ADB) disait qu’en general, le Burundi avait environ 150 sites sur ses rivieres ou l’on pourrait produire jusqu’a 1700 megawatts d’electricite.
      Mais malheureusement, seulement 30 megawatts etaient disponibles.
      https://www.songaenergy.com/

    • Stan Siyomana

      @Mafero
      Personnellement, je crois que ce serait du jamais vu dans le monde, si dans un pays comme le Burundi qui produit a peine 50 megawatts d’electricite, une « zone periurbaine » comme Mugutu pouvait avoir de l’electricite au meme moment que Gitega (la capitale politique).

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 3 087 users online