Mercredi 12 mai 2021

Société

Région Bututsi et Mugamba : les éleveurs forcés de vendre leurs troupeaux à vil prix

21/04/2021 7
Région Bututsi et Mugamba : les éleveurs forcés de vendre leurs troupeaux à vil prix
Des troupeaux broutant sur la colline Kabivubira en commune Matana.

A moins de 6 mois de l’application effective de la loi sur la stabulation permanente du bétail, les éleveurs des régions Bututsi et Mugamba commencent à se débarrasser de leur cheptel. Parmi eux, ceux des communes Matana et Mugamba, en province Bururi, se plaignent d’une pratique impossible au regard de l’exiguïté des terres.

« Nous avons commencé à vendre notre cheptel pour abandonner l’élevage. Nous n’avons pas d’autres choix. La stabulation permanente est quasiment impossible dans cette région car nous avons des lopins de terres », indique la plupart des éleveurs des régions de Bututsi et Mugamba.

Il est 9h, lundi 12 avril. Nous sommes en commune Matana, province Bururi dans la région naturelle du Bututsi. Elle est frontalière avec la commune Mugamba qui se trouve dans la région naturelle du Mugamba. Elles sont constituées notamment de hautes terres. Leur climat permet de développer une économie paysanne bicéphale fondée sur l’agriculture et l’élevage. L’économie rurale du Bututsi et Mugamba est séculairement caractérisée par cette double pratique. Cette région possède le troupeau bovin le plus nombreux du pays. La densité en bovin au niveau des collines confirme l’importance pastorale de la région.

Pour son alimentation, le bétail se nourrit de ce qu’offre le milieu naturel. L’état de la végétation détermine la qualité, puisque les cultures fourragères restent le seul fait des stations expérimentales. Certains éleveurs font brouter leur bétail sur les bords de la route, dans les marais non arables ou dans les plantations des eucalyptus. M.N, sexagénaire garde ses deux vaches au bord de la Matana-Rutana, sur la colline Gisarenda, zone Gisarenda en commune Matana. Il vient de vendre 7 vaches. En cause, la politique de la stabulation permanente.

Il explique que l’exiguïté des terres est une entrave forte à la stabulation du bétail. « Nous ne pouvons pas laisser un petit lot de terre pour le maïs, haricot et patate douce aux cultures fourragères. On préfère laisser l’élevage ». Pour lui, se débarrasser des vaches va mettre les ménages en difficultés. Outre le lait, dit-il, l’apport indispensable est le fumier.

Même son de cloche chez Emmanuel Manirakiza, habitant de la zone Matana. D’après lui, il est pratiquement impossible de mettre en œuvre l’élevage en stabulation pour plus de 5 vaches. Il évoque le problème des terres cultivables dans cette partie du pays. Les cultures fourragères dont le tripssacum plantées sur des haies antiérosives ne peuvent pas suffire. Ils servent, dit-il, de complément le soir quand les vaches ont trouvé suffisamment à manger dans la nature. Il fait savoir qu’ils attendent le mois de septembre pour vendre toutes les 12 vaches dont ils disposent.

Des éleveurs du Mugamba dans le désarroi

Vue d’une montagne en commune Mugamba.

« Nous éprouvons déjà des difficultés pour trouver des espaces pâturables. Nous nous demandons maintenant comment nous allons trouver où enfermer tout le bétail et les nourrir », se lamente un quinquagénaire de la zone Nyagasasa, commune Mugamba. Les éleveurs ne cachent pas leurs préoccupations quant à l’application de la loi sur la stabulation permanente. Selon eux, avoir des aliments en quantité et en qualité suffisante pour nourrir ces animaux ainsi que leur logement est un casse-tête.

«La stabulation est possible pour un ménage qui dispose d’une terre relativement large. Dans mon petit lot de terre arable, où vais- je trouver un domaine pour cultiver l’herbe pour mon bétail ? Serais-je à mesure d’acheter une autre parcelle ou de la nourriture ? », s’interroge une veuve de 6 enfants. Elle fait savoir que deux de ses vaches vont être acheminées au marché très prochainement.

P.N., un administratif à la base à Mugamba, n’en revient pas. Il indique que les éleveurs vendent de plus en plus leurs vaches de peur de se voir imposer des amendes exorbitantes le cas échéant. « Les éleveurs sont dans la peur. Cette mesure de la stabulation permanente inquiète beaucoup. Notre région risque de se vider de ses vaches. Nous avons un relief très difficile. Des montagnes accidentées et des petits lots de terres cultivables ». Il demande un soutien urgent de la part du gouvernement.

Selon Jean-Marie Ndayizeye, acheteur et revendeur de vaches, le nombre de vaches sur le marché a augmenté. Il décrit une situation inhabituelle sur le marché du bétail. « Ces trois dernières semaines, il s’est observé un grand nombre de vaches sur le marché. Cela a influé sur leur prix habituel. Celui-ci a chuté entre 150.000 et 100.000 BIF ». D’après lui, d’autres éleveurs qui ne sont pas satisfaits par le prix proposé décident de rentrer avec leurs vaches pour les acheminer au marché du bétail de Rwibaga en commune Mugongomanga, province Bujumbura, ouvert les jeudis. Il s’inquiète également qu’avec cette politique, toute la région risque de se vider de son cheptel.

Pour Clément Nkeshimana, chargé du développement de l’élevage et halieutique au bureau provincial de l’Environnement, Agriculture et Elevage en province Bururi, tout est possible quand il y a une volonté. Il fait savoir que les éleveurs ont été sensibilisés au respect de la loi et la sensibilisation continue. « La stabulation permanente est un projet du gouvernement qui doit être appliqué. C’est un mode d’élevage qui améliore la santé du bétail et augmente la production pour les agri-éleveurs. Il faut développer un élevage rentable et non de prestige».

Il incite ces éleveurs à cultiver une association fourragère dont les légumineuses. Pour lui, ce mode d’élevage, permettrait de limiter les conflits entraînés par les problèmes de réduction des pâturages. Il est également possible, dit-il, d’adopter un système de paddockage qui consiste à délimiter une parcelle pour y faire brouter son bétail.

En août 2018, une loi relative à la stabulation permanente et à l’interdiction de la divagation des animaux domestiques et de la volaille a été adoptée. Un délai de trois ans jusqu’en octobre 2021 a été accordé aux éleveurs traditionnels pour adopter cette nouvelle pratique.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Aloys Jisho

    La couverture des besoins alimentaires d’un pays est une dimension tres tres importante pourson independance economique.
    Tout doit etre fait pour promouvoir cette independance en essayant d exploiter au mieux les spécificités régionales.
    1) Dans cette politique radicale quelle est la part du gouvernement, des pouvoirs publics? Que doit faire le gouvernement pour accompagner les paysans pou améliorer les rendements?
    2) Le cout de la stabulation est énorme pour de petits fermiers ( paysans) qui sont àla limite de la famine: Agriculture de subsistance.
    3) Le probleme est complexe (j’en conviens, presque une quadrature du cercle) et multidimensionnel. Mais posez vous l’une des questions suivantes. Le prix d un litre de lait à Bujumbura est de 1 200 fbu, alors qu’un pauvre paysan situé à moins de 50 km ne parvient au mieux que le vendre à 600 fbu. Voici l’une des responsabilités du gouvernement pour pouvoir aider les paysans à basculer dans la stabulation permanente.

    Dans un autre registre, pourquoi les paysans abandonnent la culture du café? Le prix que le gouvernement donne est souvent inférieur au rendement que donnerait le lopin de terres au cas ou on y cultiverait: Haricot/ Mais.

    PS: Le programme de PRASAB ( 1 vache pour un paysan pauvre) a t il été un succes en comparant avec les autres pays pauvres et hautement surpeuplés (Sri Lanka, Rwanda, Haiti, etc…).

    I just want to point out the huge responsibility of articulating a policy to help and accompany the little farmers.

  2. Jereve

    On encourage les gens à se regrouper en coopératives, je ne vois pas pourquoi on ne ferait pas de même pour l’élevage. Face à l’exiguïté des terres, un seul éleveur se trouve démuni; mais plusieurs éleveurs regroupés augmentent leur marge de manœuvre. Comme tout le monde le sait la vache, la chèvre ou le mouton c’est de l’argent. De même qu’on peut placer son argent à la banque, pourquoi ne créerait-on pas une ferme coopérative où on peut placer sa vache ou son bétail? Les énormes défis auxquels nous sommes confrontés nous obligent à avoir l’esprit d’imagination, à commencer par ceux qui nous dirigent. Il ne suffit pas de voter des lois, sans en mesurer les conséquences sur le petit peuple. Il faut proposer des voies de solutions pour garantir l’adéquation entre les lois et les pratiques.

    • sandirt

      on a des vastes parcs au congo-rwanda-burundi pour les animaux sauvages qui ne nous servent a rien. Et pourkoi la vache, ce bel animal majestueux (source de lait, viande, cuir) n’a pas le droit de brouter dans la nature? on veut copier l’Europe ou il ya l’hiver et l’aide de l’etat? Elever Une vache ce n’est pas la richese, c’est tres difficile. arretez de punir les eleveurs pcq on pense ils sont riches. Les africains de la diaspora aiment le lait, ils ne peuvent comprendre c’est du grand travail!

      • Yani

        @sandirt
        Les vastes étendues sont peut-être du côté du Congo et plus au Rwanda-Urundi car ici les terres cultivables sont une denrée qui devient rarissime. Les membres d’une même famille s’entretuent pour quelques mètres carrés de terrain. Par ailleurs les quelques parcs devraient pouvoir servir aux populations à la recherche de terres à cultiver, dont l’activité reste compatible avec l’environnement. Pour ne pas donner plus d’importance aux animaux qui y vivent qu’aux humains qui meurent de faim.

    • Salvator Kaburundi

      Ce serait une bonne idée la ferme coopérative,l’état devrait mettre la main dans la poche en prêtant aux coopératives des terres là où c’est faisable et réguler le prix du lait pour assurer la rentabilité de ce genre d’élevage,ect.

  3. roger crettol

    Un seul costume, pour les maigres et les grassouillets, les petits et les grands. C’est ainsi que l’on doit régler tous les problèmes, n’est-ce-pas ?

    JerryCan

    • Yanikana

      C’est effectivement pas facile d’élever du gros bétail dans des propriétés qui s’amenuisent. On devrait aller voir comment du côté de Hong Kong ou de Taïwan ils se débrouillent pour le faire, eux.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 2 054 users online