Vendredi 14 juin 2024

Politique

Quid de la procédure de changement du premier ministre ?

07/09/2022 2
Quid de la procédure de changement du premier ministre ?
Le bureau de l’Assemblée nationale approuvant la candidature de Gervais Ndirakobuca à la primature

Avant l’approbation du ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique au poste de Premier ministre par l’Assemblée nationale ce mercredi 7 septembre, il y a eu débat sur le mode d’élection.

Le député Simon Bizimungu a voulu savoir ce qui s’est passé pour arriver au stade de changer le premier ministre. « Soit le premier ministre a démissionné ou le Parlement a voté une motion de défiance contre lui. Est-ce que le gouvernement a démissionné ? », s’est interrogé ce député élu dans la circonscription de Cibitoke.

Pour le président de l’Assemblée nationale, Gélase Daniel Ndabirabe, le président de la République a la légitimité de changer qui que ce soit dans le gouvernement.

Pour lui, le cabinet du président de la République est comme son foyer. : « Son cabinet comprend le vice-président, le premier ministre et les ministres. Il décide les places qu’occupent les membres et suit de près leur discipline. Lorsque quelqu’un se comporte mal, ne peut plus suivre les directives du chef ou s’il a des visions contraires à celles de son chef, il est compréhensible qu’il quitte la famille. Si l’enfant comme une faute, faudrait-il aller demander aux voisins s’il mérite une correction? Il faut le punir ».

Selon le président de l’Assemblée nationale, l’exposé des motifs pour le changement du premier ministre n’est pas nécessaire : « Ne demandez pas pourquoi. C’est le secret du président de la République. Personne ne peut interférer dans son organisation ».

Pour Agathon Rwasa, président du parti CNL, lorsque quelqu’un est nommé, il peut être aussi destitué : « Le président a la prérogative de nommer le premier ministre avec l’approbation des deux chambres du parlement selon l’article 130 de la Constitution. Et le président de la République peut aussi destituer le Premier ministre si ce dernier n’a pas été à la hauteur de ces prérogatives ».

Agathon Rwasa espère que le nouveau gouvernement sera inclusif : « Il n’y a aucun article dans la Constitution qui ouvre la porte à la discrimination. Nous pensons que le président de la République et son nouveau premier ministre pourront se concerter pour constituer un gouvernement capable de faire bouger l’économie et la gouvernance dans cette nation ».

Pour lui, la nouvelle équipe gouvernementale ne peut ressortir seulement du parti CNDD-FDD : « Cela fait déjà deux ans, un gouvernement monolithique aura démontré à suffisance qu’il était incapable de répondre aux aspirations et aux attentes du peuple burundais. Il faut exploiter les forces de tous les Burundais. Il faut le mérite et pas la partisanerie ».

Dans son article 130 dela Constitution de la République du Burundi, les activités du gouvernement sont coordonnées par le premier ministre nommé par le président de la République, après approbation préalable de sa candidature par l’Assemblée nationale et le Sénat votant séparément et à la majorité absolue de leurs membres.

L’article 208 alinéa 2 de la même constitution précise qu’une motion de défiance peut être votée à une majorité de deux tiers des membres de l’Assemblée nationale contre le premier ministre lorsqu’il accuse une défaillance manifeste dans la coordination de l’action gouvernementale ou qui pose des actes contraires à l’intégrité morale ou la probité ou qui, par son comportement, gène le fonctionnement normal du Parlement. Dans ce cas, le gouvernement présente obligatoirement sa démission.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Bongo Boris

    Le président a fait son devoir si ce n’était pas trop tard quand on voit la misère que vivent la population burundaise.Espérons que le nouveau visage non pas au gouvernement mais au poste de 1er Ministre pour changer grand chose, compte tenu des attentes de la populations désespérée.

    • Mutimutunganye

      Nawe nu! Hama hariho ingene umuntu aronka akazi n’ingene akavamwo. Uwo mugabo Bunyoni abarundi n,amakungu barabonye ingene yabaye umushikiranganji wambere. Yararahiye arasinya imbere ya cours constitionelle Aba umu Premier ministre. Harabaye ibitari bike vya ama declaration par vidéo interposés ya Buyoni ubwiye hamwe na nyenicubahiro ku na réseaux sociaux mugabo vraiment metaphoriques qui exibaient une misentente. Tout cela n a aucune base juridique. Bunyoni n’a pas démissionné, Bunyoni ñ’a étè licencié de ses fonctions On a nommé un autre premier ministre Juridiquement Bunyoni est encore premier ministre Le Burundi a deux premier ministres Juridiquement. Je suis loin le fan de Bunyoni, sans doute il a un jour inflika un tel débacle à quelqu’un d’ autre ou
      à plusieurs. Un clein d’oeil à l’èlite. Faîtes du Burundi un pays où seul le droit regne parce que les gens passent. Sogo est parti, Adolphe est parti, Radjabu n,est pasl là. Bien cher Nyenicubahiro Ndayishimiye, mon ami Gerevasi twabanye kuri Lycée ngagara faites du Burundi un pays moderne. S,il faut changer la constitution pour que le chef puisse changer de gouvernement sans poivoir procéder de la sorte,faites le. Nous voulons un Burundi moderne où on a pas besoin de crier fort pour vinter sa force pour déstituer un premier ministre. Quand on a mandat d,une nation, cela devrait être facile pour changer de gouvernement

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les jérémiades du Frodebu

« Gémir, pleurer, prier est également lâche. Fais énergiquement ta longue et lourde tâche dans la voie où le Sort a voulu t’appeler… » Ces vers d’Alfred de Vigny dans La Mort du loup me sont venus à l’esprit en (…)

Online Users

Total 2 259 users online