#FREE
EN

Politique

Quand le cœur historique du système murmure à l’oreille du président

18/09/2020 Guibert Mbonimpa Commentaires fermés sur Quand le cœur historique du système murmure à l’oreille du président
Quand le cœur historique du système murmure à l’oreille du président

Le mini-sommet régional, qui était prévu dimanche 13 septembre à Goma, a été reporté sine die, les chefs d’Etat étant “préoccupés” par la préparation de leur participation à la 75e session de l’Assemblée générale de l’ONU qui s’ouvre mardi 15 septembre, a annoncé la cheffe de la diplomatie de la RDC, Marie Tumba Nzeza. Focus sur le pays des mille et une collines qui déclina l’invitation. En cause : des affaires intérieures prenantes.

« Suite à leur calendrier chargé, les plus hautes autorités burundaises ne pourront malheureusement pas participer aux travaux de ce sommet important prévu du 09 au 13 septembre 2020», peut-on lire dans une note verbale du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération au  Développement du Burundi datée du 8 septembre.

Gitega prend soin de passer de la pommade à Kinshasa : « Le gouvernement de la République du Burundi se félicite des excellentes relations d’amitié et de coopération entre le Burundi et la RDC ». Une deuxième application pour une meilleure adhésion : « Il (gouvernement de la République du Burundi) salue également les efforts du président de la RDC pour promouvoir la paix, la sécurité et la coopération dans la région. » Et une troisième au cas où les deux premières n’auraient pas produit les effets escomptés : « Le gouvernement du Burundi réitère son engagement à renforcer les excellentes et historiques relations d’amitié et de coopération qui existent si heureusement entre le Burundi et la RDC ainsi que leurs peuples […].»

Gitega veut garder la main sur son agenda diplomatique : « Le gouvernement de la République du Burundi estime prioritaire, dans un premier temps, l’organisation d’une rencontre bilatérale au niveau ministériel et reste disposé à discuter avec la RDC, des sujets notamment la gestion des questions de sécurité à la frontière commune entre le Burundi et la RDC, la promotion des échanges commerciaux entre les deux pays, la gestion de la pandémie de la Covid-19 à nos frontières, ainsi que d’autres questions d’intérêt commun. » Et d’en remettre une couche : « Le gouvernement du Burundi [] réitère son intérêt à la tenue des discussions bilatérales autour des sujets suscités, à des dates à convenir par voie diplomatique entre les deux parties. »

Les questions de sécurité à forte dimension sous-régionale sont ainsi réduites à leur plus simple expression : les relations bilatérales Burundi-RDC. Priorité du premier gouvernement Ndayishimiye? Renouer une alliance stratégique avec son grand voisin de l’ouest pour contrebalancer le rapprochement de Kinshasa avec Kigali. Voilà le préalable à une rencontre avec l’homme fort de Kigali. Et pour ce, des discussions bilatérales avec Kinshasa s’imposent. Objectif : tarir les sources congolaises des eaux troubles burundaises dans lesquelles naviguent de présumés rebelles.

Cette note verbale est édifiante sur la radicalité du cœur historique du système et l’étendue de sa surface d’emprise sur l’exécutif. Ce faisant, il  perd de vue l’essentiel : réintégrer le jeu sous-régional. L’intérêt du Burundi est d’y redevenir un acteur à part entière pour faire entendre sa voix. Et, le cas échéant, soumettre les questions qui fâchent à l’attention des pairs. La défense de la souveraineté se joue aussi tant sur la scène sous-régionale qu’à l’internationale.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 166 users online