Dimanche 26 juin 2022

Société

Pour Ntabariza-SPF, les 111 prisonniers libérés sont presque insignifiants

15/06/2022 1
Pour Ntabariza-SPF, les 111 prisonniers libérés sont presque insignifiants
« Si on continue à relaxer un petit nombre comme la dernière fois, ce n'est pas satisfaisant », commente Jean-Marie Nshimirimana, président de l'association Solidarité avec les prisonniers et leurs familles Ntabariza-SPF, dans une conférence de presse de ce 14 juin. Le vendredi 10 juin 2022, le procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi, a procédé à la libération provisoire d’une centaine de détenus à la prison centrale de Mpimba. Il s’agit de 106 hommes et 5 femmes. « Les prisonniers qui ont été pris en considération sont ceux qui ont commis des crimes qui ne sont pas graves », a fait savoir Sylvestre Nyandwi. Et d’ajouter que les crimes exclus de cette libération sont notamment les meurtres, les atteintes à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat et l’infraction concernant le port d’arme. Selon Jean-Marie Nshimirimana, cette activité doit être exécutée aussi dans d'autres prisons du pays. « Sinon, si ce sont seulement 111 prisonniers qui sont libérés sur 4 000, il y a encore un hic ». Pour lui, les juridictions devraient répondre à l’appel du président de la République qui avait déclaré, lors de son discours à la Nation en décembre 2021, que seuls les prisonniers qui ont commis des crimes de sang et des viols devraient rester en détention. Il trouve d’ailleurs regrettable que les 111 prisonniers soient relaxés plus de six mois après la déclaration du chef de l’Etat. M. Nshimirimana remercie le procureur général de la République pour avoir recommandé aux procureurs et aux officiers de la police judiciaire (OPJ) de ne pas s’empresser à jeter des gens en prison.

« Si on continue à relaxer un petit nombre comme la dernière fois, ce n’est pas satisfaisant », commente Jean-Marie Nshimirimana, président de l’association Solidarité avec les prisonniers et leurs familles Ntabariza-SPF, dans une conférence de presse de ce 14 juin. Le vendredi 10 juin 2022, le procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi, a procédé à la libération provisoire d’une centaine de détenus à la prison centrale de Mpimba. Il s’agit de 106 hommes et 5 femmes. « Les prisonniers qui ont été pris en considération sont ceux qui ont commis des crimes qui ne sont pas graves », a fait savoir Sylvestre Nyandwi. Et d’ajouter que les crimes exclus de cette libération sont notamment les meurtres, les atteintes à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat et l’infraction concernant le port d’arme.

Selon Jean-Marie Nshimirimana, cette activité doit être exécutée aussi dans d’autres prisons du pays. « Sinon, si ce sont seulement 111 prisonniers qui sont libérés sur 4 000, il y a encore un hic ». Pour lui, les juridictions devraient répondre à l’appel du président de la République qui avait déclaré, lors de son discours à la Nation en décembre 2021, que seuls les prisonniers qui ont commis des crimes de sang et des viols devraient rester en détention.

Il trouve d’ailleurs regrettable que les 111 prisonniers soient relaxés plus de six mois après la déclaration du chef de l’Etat. M. Nshimirimana remercie le procureur général de la République pour avoir recommandé aux procureurs et aux officiers de la police judiciaire (OPJ) de ne pas s’empresser à jeter des gens en prison.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Nsamirizi

    « …Il trouve d’ailleurs regrettable que les 111 prisonniers soient relaxés plus de six mois après la déclaration du chef de l’Etat. .. »
    Ariko yemwe, bamwe bama baduhamagara ngo twiyamamaze, ntiboduhamagara ngo twiyamamaze dusaba ko ivyo nyenicubahiro umukuru w-igihugu asavye vyokwirikizwa ningoga na ningoga ?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un projet de loi. Des questions sans réponses

Des arguments ont été avancés pour motiver un tel projet de loi portant sur la nouvelle délimitation. Entre autres la mise en œuvre de la politique nationale de décentralisation, l’harmonisation avec les organisations administratives des pays de la sous-région, une (…)

Online Users

Total 1 013 users online