Jeudi 25 avril 2024

Société

Port de pêche de Kajaga : La grogne des pêcheurs suite à des nouvelles constructions

26/05/2023 7
Port de pêche de Kajaga : La grogne des pêcheurs suite à des nouvelles constructions
Des pêcheurs dénoncent des constructions en cours au port de pêche de Kajaga.

Des pêcheurs exerçant au port de pêche de Kajaga dans la commune Mutimbuzi s’indignent contre des nouvelles constructions en cours dans cet espace. Craignant une éventuelle expulsion forcée, ils appellent l’administration à plaider en leur faveur.

A l’arrivée au port de pêche de Kajaga, on constate que des activités de terrassement sont en cours. Malgré ces activités de construction, ce port de pêche reste fonctionnel. Des femmes font leur commerce devant de petites boutiques et une dizaine de pirogues est garée sur la côte du lac Tanganyika.

Des pêcheurs citent un certain Mayondori, François Uwiragiye, de vrai nom, un homme d’affaires burundais, parmi les particuliers en train de faire des constructions sur l’emplacement de ce port de pêche de Kajaga.

« Nous avons peur de ne plus avoir d’espace pour nos pirogues. Ils nous ont chassés partout. C’est Mayondori qui est en train de nous expulser de ce port. Il aurait donné 60 mille à certains propriétaires de boutiques pour dégager de ce port. Est-ce que ce port de pêche vaut vraiment cet argent », se lamente un pêcheur rencontré au port de pêche de Kajaga. Et de déplorer la destruction des robinets qui avaient été installés à ce port.

Il se demande si l’administration est au courant de cette situation qui prévaut à ce port de pêche : « Qu’elle plaide pour nous afin que nous puissions continuer à faire la pêche tranquillement. Nous sommes aussi des citoyens comme ces hommes d’affaires ».

Un autre pêcheur fustige le fait qu’aucune communication n’ait été faite aux pêcheurs sur l’éventuelle fermeture de ce port de pêche : « Nous ne voyons que des bennes amenant des matériaux de construction, mais c’est regrettable que personne ne puisse nous dire jusqu’à maintenant le sort de ce port de pêche ».

Pour lui, suspendre les activités de pêche sur ce port sera un coup dur pour sa famille : « Nous survivons grâce à la pêche. Nous chasser de ce port sans toutefois nous monter un autre endroit où accoster, est synonyme d’envoyer nos familles dans la rue pour mendier ».

Même son de cloche avec un autre pêcheur. Père de quatre enfants, il affirme que la pêche est le seul gagne-pain pour sa famille. Il explique que ces activités de constructions perturbent son travail et le déstabilise.

Il appelle ces hommes d’affaires à laisser les activités de pêche continuer sur ce port : « Nous nous sommes habitués à cette vie. Pour certains, nous avons hérité de nos parents ce métier de pêche. Il nous serait difficile de nous adapter à un autre mode de vie ».

Et de demander à l’administration de tranquilliser les pêcheurs de Kajaga : « Nous ne sommes pas contre le développement, mais il ne faut pas que nos droits soient bafoués ».

D’autres pêcheurs craignent une appropriation forcée et illégale de ce port par certains fortunés. Ils exigent une lettre des autorités leur notifiant la fermeture de ce port de pêche et les indiquant une autre place où ils continueront d’exercer leur métier.

Contacté par Iwacu, le ministre des Infrastructures Dieudonné Dukundane dit avoir effectué une descente au port de pêche de Kajaga et promet de s’exprimer sur cette affaire ultérieurement.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« Des pêcheurs citent un certain Mayondori, François Uwiragiye, de vrai nom, un homme d’affaires burundais, parmi les particuliers en train de faire des constructions sur l’emplacement de ce port de pêche de Kajaga… »
    2. Mon commentaire
    a. Francois Uwiragiye est PDG de Musumba Holding.
    « Musumba Holding un révolutionnaire pour les industries au Burundi Musumba Holding l’une des principales entreprises au Burundi a investi dans un certain nombre d’entreprises telles que Musumba Steel le pionnier de la fabrication de matériaux de construction au BURUNDI, le projet de laminoir d’acier dans lequel Musumba Holding est actionnaire avec la société internationale MMD. Projet construction de bateau cargo intitulé Musumba Cargo pour la promotion du transport maritime et lacustre sur le lac Tanganyika au Burundi le d’exploitation et de traitement des décharges d’or par la société de Traitement Des Terrils d’or au BURUNDI (SOTB) , la societe New Logistics Company avec plus de 100 camions remorques qui font la navette entre le Burundi et Dar es Salaam et d’autres parties de l’Afrique de l’Est, Eden Garden Resort, un centre d’accueil et de loisirs et la fondation Uwiragiye qui est un projet philanthropique qui s’occupe actuellement de 95 enfants malvoyants dont’ 40 garçons et 51 filles… »
    http://www.musumba-holding.bi/qui_sommes_nous
    b. C’est hier 24 mai 2023 que le bateau MV Musumba (capacite de transporter entre 1500 et 1700 tonnes) a commence a naviguer sur le lac Tanganyika.
    https://www.youtube.com/watch?v=cuJIzfSPpAA

  2. Georges K.

    Uyo Mayondori nagende aje kugura iyindi parcelle.Umuntu umwe ahebe abuze abanyagihugu amajana kubaho?Sa fortune ne peut pas mettre par terre des familles entières de pêcheurs.Interpellons le gouvernement du Burundi kwamira kure iyo injustice.Le bord du lac Tanganyika appartient à tous les burundais.Refusons la privatisation du bord du lac.Niho ifi zigaburira ama familles y’abarovyi ziva.Nta cotuma Mayondori ariwe yicisha inzara abo barovyi n’imiryango yabo.Ntibishoboka ko au nom de l’argent détourné par des magouilleurs des familles entières meurent de faim.Que justice soit faite.

    • Stan Siyomana

      @Georges K.
      1. Vous ecrivez:« Le bord du lac Tanganyika appartient à tous les burundais.Refusons la privatisation du bord du lac.Niho ifi zigaburira ama familles y’abarovyi ziva… »
      2. Mon commentaire
      LE DEVELOPPEMENT DU BURUNDI COMME PAYS EMERGEANT EN 2040 VA TOUJOURS AVOIR SON COUT (pour ces burundais qui sont dans le secteur informel comme la peche par exemple). D’autres genres d’emplois vont surement apparaitre au Burundi. Si le gouvernement autorise la construction de ports modernes, de hangars et usines modernes pour la peche, d’hotels et de lieux de loisirs le long du lac Tanganyika, il a sa facon d’evaluer l’impact socio-economique et environnemental de differents projets et les pecheurs qui se sont appropries certaines parties du littoral devront aller ailleurs avec leurs petits bateaux.
      Je suis d’ailleurs surpris, il me semble que ces pecheurs n’ont meme pas une cooperative qui peut dialoguer avec les autorites du pays.

      • Bite

        Pays emergent: d’abord la securite et la bonne gouvernence..ibindi niho vyoshoboka si non on marche en reculon…

        • Stan Siyomana

          @Bite
          Vous avez tout a fait raison surtout que maintenant nous avons vu que le leadership d’un meme parti politique (au pouvoir ou d’opposition) n’arrive pas a se mettre d’accord sur UN SEUL BUT IDEOLOGIQUE.
          Mais quand meme il faut reconnaitre que RETA MVYEYI, RETA NKOZI ne cesse au moins de precher l’importance de la securite dans le pays, la securite alimentaire, la bonne gouvernance…
          Jewe ndavye kuvyo nagiye mbona aho nabaye ari muri Union Sovietique, muri Tanzania canke muri Amerika, abarundi si twebwe turi ibigaba gusumba abandi bo kwisi hose, abarundi si twebwe dufise igihugu kibi kw’isi yose, abarundi si twebwe turi abarushwa gusumba abandi kuko turafise potentialite de developpement socio-economique.
          Jewe mbona ko umwe wese yemeye ko hari ivyo twese dukwiye gusabikanya nko kwemererwa kuja kwishure ngo utegure kazoza kawe, kwivuza ngo ugire amagara meza, kugira ubutungane butagira nkunzi, hakaba n’ibindi umuntu arinda guhiganira (=meritocratie) nko mugutanga akazi, AHO N’IMANA IDUFASHIJE ntacobuza k’Uburundi bwotera imbere.
          Jewe n’ubu sinumva ingene umuntu ahagarara i Burundi ngo ni igihangange kandi abandi bategetsi bo mubindi bihugu bagendera kumategeko.

    • Stan Siyomana

      @Georges K.
      A travers le monde, il y a beaucoup d’exemples de lieux qui sont aujourd’hui tres developpes alors qu’avant ils n’etaient que des villages de pecheurs.
      AU BURUNDI, IL NOUS FAUT UNE VISION (a commencer par des places comme le port de peche artisanale de Kajaga).
      1. Histoire de Dubai, la petite ville de pêcheurs devenu l’eldorado.
      https://www.youtube.com/watch?v=pCJC4oxDaTI
      2. « A l’origine simple village de pêcheurs, Shenzhen a connu depuis 40 ans un développement fulgurant, profitant de son statut de « Zone économique spéciale » pour attirer les investissements hongkongais et exporter en direction du territoire sous administration britannique jusqu’en 1997. La ville compte désormais plus de 12 millions d’habitants… »
      https://www.capital.fr/economie-politique/face-a-hong-kong-la-chine-veut-faire-de-shenzhen-une-vitrine-du-socialisme-a-la-chinoise-1347679
      3.Ces villages de pêcheurs devenus des spots ultra-tendances !
      https://www.easyvoyage.com/actualite/ces-villages-de-pecheurs-devenus-des-spots-ultra-tendances–93244

      • Stan Siyomana

        Un peu plus sur l’histoire de la megalopole chinoise de Shenzhen.
        « La ville de Shenzhen, jadis un modeste site vivant essentiellement de la peche, grace a son port est aujourd’hui transforme en une megalopole gigantesque des gratte-ciel et d’enormes boulevards qui s’offrent a perte de vue, cela grace a un nombre exponentiel d’entreprises qui y ont elu domicile.
        Parmi elles ont compte Huawei dont le siege y est implante depuis 1987… »
        https://www.youtube.com/watch?v=QXB4QKrt0Jo&t=219s
        Félix Tshisekedi et le PCA de Huawei,ont visité la salle d’exposition du quartier général de Huawei
        CONGO KWILU TV OFFICIEL

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 177 users online