Jeudi 25 avril 2024

Opinions

Peut-on bâtir ensemble la petite « Suisse d’Afrique ? »

02/10/2014 11

Audifax Ndabitoreye, directeur des services de renseignements après la crise de 1993 et qui travaille aujourd’hui dans le secteur du développement donne des pistes de réflexions sur le développement du Burundi.

Audifax Ndabitoreye, directeur des services de renseignements après la crise de 1993
Audifax Ndabitoreye, directeur des services de renseignements après la crise de 1993 ©Iwacu

Avec une élection démocratique, les élus se donnent le devoir de rendre compte de la manière dont le pays est géré. La protection de la vie humaine et la défense des intérêts du pays sont prioritaires.
Pourquoi les élus actuels laissent le pays sombrer alors que les potentialités existent pour faire prospérer le Burundi?
Le Burundi va très mal : la faim, le chômage, la malnutrition, le pays est devenu le plus pauvre au monde. Il figure aussi parmi les premiers pays qui bafouent les droits de la personne humaine.

Bien entendu, autour de nous, il ya des riches. Certes, chaque personne souhaite s’enrichir. Mais il y a moyen de le faire sans nécessairement appauvrir une grande partie de la population ou provoquer des crises internationales, en ignorant les conseils des pays amis.

Que nos enfants ne vivent pas les privations que nous avons connues

De plus, les gestionnaires actuels ont été victimes des violations des droits de la personne humaine. La majorité d’entre eux ont grandi orphelins de 1972 ou exilés. Ils devraient mieux comprendre la situation. Que nos enfants ne vivent pas les privations que nous avons connues…

Les gestionnaires du pays doivent sauvegarder les droits les plus élémentaires. Pourtant, des étrangers sont tués, des Burundais sont exilés, vivent dans la peur ou n’osent plus s’exprimer de peur d’être malmenés… Dans un pays en paix, trois nonnes sont brutalisées et exécutées d’une manière barbare et on brandit un coupable très peu vraisemblable.
Tôlée au sein de la communauté internationale. Quel bénéfice le pays tire de toutes ces crises ?

Et vis à vis des demandes de la communauté internationale que font les autorités ? Sont-elles impuissantes ? Posez-moi la question et je vous dirai ce qu’est devenu Mobutu lorsqu’il a fait sourde oreille à la Troïka occidentale…

Les Occidentaux nous demandent, voire nous exigent de faire du bien à notre propre population. Mais c’est le premier devoir de tout dirigeant ! Ce gâteau national est-il si petit que les 8 à 9 millions de Burundais (et toutes ethnies confondues) ne soient pas en mesure de le partager? S’il est petit, il nous faut des esprits remplis d’imagination pour l’augmenter.

Aux autorités, relevez ces défis et montrez-vous dignes :
1. Dans un pays où plus de 70% de la population croient fermement en un Dieu Créateur et garant de la vie humaine, on ne peut pas penser diriger en écartant ce Dieu des affaires de l’Etat. Ceux qui ont essayé avant se sont retrouvés dans une impasse destructive. Aujourd’hui, les différentes crises montrent que le navire burundais est à juste titre en train de chavirer.
2. Bannir l’état de violence et exiger que tout Burundais et surtout toute autorité respecte la vie humaine car elle est sacrée.
3. La justice burundaise est en panne et devrait, pour certains dossiers ayant une implication politique, demander assistance auprès des juridictions internationales.
4. Libérer M. Mbonimpa tout en reconnaissant les failles des services de sécurité. Ce monsieur n’aurait pas dû s’occuper de la haute sécurité, ce n’était pas son rôle. Et en même temps libérer tous les prisonniers d’opinion notamment Radjabu et ceux du MSD car même si cette affaire a une connotation sécuritaire, le problème de fond est plutôt politique, ce qui fait que la situation n’aurait pas dû dégénérer.
5. Respecter le fonctionnement des partis politiques tout en permettant aux partis scindés en deux depuis les dernières élections de se réunifier et de se choisir des leaders de leur choix. C’est cela la démocratie, sinon la dictature s’installe.
6. Permettre à tout Burundais âgé de plus de 18 ans de se faire élire et élire sans aucune obstruction.
7. Puisque l’on est arrivé au point où les dirigeants passés et actuels se sont montrés incapables de gérer pacifiquement les conflits, il faudrait rapidement élire des élus dans chaque province qui constitueraient un conseil national des sages et qui en plus dans une situation comme celle-ci devraient contraindre l’Exécutif à prendre des décisions pour l’intérêt de la nation.
8. Moderniser la production agricole et produire rapidement de l’énergie car c’est possible. La plaine de l’Imbo est très fertile, on ne devrait pas y ériger des habitations ! Les cours d’eau sont nombreux pour ériger des centaines de microcentrales hydroélectriques capables de produire de l’énergie en quelques mois…. Les solutions ne manquent pas, peut être que l’imagination et la volonté font défaut!
Oui, c’est possible de bâtir ensemble la petite « Suisse d’Afrique » en osant s’attaquer aux vrais problèmes qui nous empêchent de moderniser l’Etat burundais …

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. seam

    jE VOUS INVITE A RELIRE CES 2PHRASES DE Mr: NDABITOREYE:
    1. « Dans un pays où plus de 70% de la population croient fermement en un Dieu Créateur et garant de la vie humaine, on ne peut pas penser diriger en écartant ce Dieu des affaires de l’Etat. »
    2. « Puisque l’on est arrivé au point où les dirigeants passés et actuels se sont montrés incapables de gérer pacifiquement les conflits, il faudrait rapidement élire des élus dans chaque province qui constitueraient un conseil national des sages et qui en plus dans une situation comme celle-ci devraient contraindre l’Exécutif à prendre des décisions pour l’intérêt de la nation. »
    Ces élus seraient-ils des religieux? puisque les senateurs sont élus pour cette fonction: et le chef de ces sages serait il l’ayatollah burundais????
    Esaie t-il d’insinuer qu’il nous faut au Burundi instaurer une theocratie a l’iranienne?? Mais de quelle religion parle t-il au juste?? Si bien meme 70% des burundais sont des chretiens, ne sont-ils pas repartis dans differentes religions??
    Est ce que ce ne serait pas Jesus qui aurait dit qu’il faille donner à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est Dieu!! Donc séparer les affaires de l’Etat de celles de Dieu!!!
    Essaie de confondre les affaires de l’Etat de celles de l’Eglise c’est vouloir servir deux Maitres. Non Monsieur Audifax occupe toi de l’Eglise ou de la politique mais pas les deux à la fois.
    Basha burya izina niryo muntu, burya ngo witwa ndbitoreye!! teshwa ute rero ntiwaturonse, kuko IYO MVUGO YAWE TWAYIHUNYUYE!

  2. TEKANA Elias

    Méfions-nous de ce qui mettent Dieu en avant lorsqu’ils haranguent le peuple; lorsqu’ils parlent des affaires de l’Etat comme l’écrit NDABITOREYE. Baba bashaka gusinziriza ce peuple, surtout le nôtre qui est véritablement croyant en le Véritable Dieu.

    NDABITOTOREYE a gouté au pouvoir, un pouvoir qui a fait des hécatombes, puis a disparu et vient de réapparaître pour donner des leçons. Et au passage il n’oublie pas de recourir à « Dieu » pour s’attirer les sympathies des croyants. Je prie seulement pour que ce « Dieu » ne soit pas le même que celui pour lequel notre Boss ne rate pas une occasion de chanter et de danser yicaye.

  3. KABADUGARITSE

    « Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es. » Dis un adage français.

    Notre Ndabitoreye pourrait avoir raison sur certains aspects mais je me demande s’il aurait éventuellement interrogé son cœur et ses méninges avant de pondre son texte.

    • gisabo

      Slt.. Nous avons l’habitude de commenter le non essentiel!
      M. Audifax nous parle clairement de comment ensemble nous pouvons developper notre cher Pays..mais la tendance est de vouloir divaguer..et même tomber dans le fidéisme.
      Apprennons des autres..quel gouvernement occidental tuerait son peuple quoi que fautif il soit? Combien de soldats américains sont morts parce qu’ils voulaient récuperer un cadavre de leur compatriote?!
      Mais regardez chez nous où nous voulons attribuer tout à Dieu, au point de le pensait tellement faible au point de sacrifier nos frères pour le défendre!
      Qui est Dieu finalement?
      Merci M. Audifax!
      Je souhaiterais avoir le Burundi qui pense au burundais..abarundi qui ont soucis de leurs frères et qui respectent les étranger que aimer ce Dieu qui nous divise (qui en tant que Dieu,du moins à ce que je croie, ne peut en aucun cas permettre la haine evers l’autre different, ne peut ni se tromper sur l’amour ni nous tromper).
      Saluto

    • Butoyi

      @ Kabadugaritse
      Bonjour mon cher compatriote! Avec le respect que je vous dois, j’aimerais souligner quand même cette attaque à la personne de M. Audifax, qu’à son argument. La sagesse française que vous évoquez ne change rien de son idée, ni sa personne. Son passé ne nous devrait pas nous intéresser à mon avis, plutôt: Qu’est ce qui est vrai dans tout ce qu’il écrit?
      Si la personnalité comptait plus, je m’imagine qui de ces prêtres, ces pasteurs, ces Shehr oserait prêcher. Évitons cher compatriote ce raisonnement Ad Hominem, qui, malheureusement domine dans pas mal d’arguments de commentateurs. Essayons de puiser cette vérité nue, dépourvue de préjugés, qui transcende les personnes et qui enfin donne l’idée pure.
      De cette manière nous pourrons construire notre cher Pays en reconnaissant nos forces et faiblesses pour édifier.
      Un grand merci à M. Audifax pour sa contribution.

  4. Bimbabampisha

    Ariko abanyamahanga be n’Imana bagirizwa vyinshi kweli!
    Ivyo dukoze nabi n’ibitunaniye vyose … Ngo abanyamahanga baduhenze canke ngo Imana niyo yabishatse…
    Dusenga dusahura canke dusahura dusenga ngo abazungu nibo batwosha babidutegetse kandi ngo Imana niyo yabidutumye…
    None ntitwokwemenga ivyo dukoze nabi canke tudashoboye tutarinze kubisunurira ku banyamahanga canke Imana?

  5. Gerard

    « 1. Dans un pays où plus de 70% de la population croient fermement en un Dieu Créateur et garant de la vie humaine, on ne peut pas penser diriger en écartant ce Dieu des affaires de l’Etat. Ceux qui ont essayé avant se sont retrouvés dans une impasse destructive. Aujourd’hui, les différentes crises montrent que le navire burundais est à juste titre en train de chavirer. »

    Bravo, monsieur Audifax pour avoir classé au Top le Dieu tout Puissant, notre Père Céleste, Créateur de l’Univers et des Cieux. Ndagushigikiye 100%

    J’ai une question pour monsieur Audifax, kandi yigore anyishure: Ko ivyo bihugu vya rutura vyemeza ko muri Democratie n’aba Homosexuels bategerezwa kwemererwa gukorera ku mugaragaro, Abasambanyi bagatanga ama taxe maze nabo bagakora kumugaragaro kandi n’amadini barimwo akababiranisha na Leta ikabemera imbere y’amategeko, gukorora imbanyi,…ejo nibabisaba Uburundi ubona bwovyifatamwo gute? Buzoce bwemera kubera buzoba butegetswe n’ibihugu vy’ibihangange?Erega burya ico nico bisotera. Na Louis Michel yarakigarutseko ko les homosexuels batotezwa mu Burundi kandi nico yashizeko accent cane.
    Ejo ntituzotangare bavuze bati imfashanyo zirahagaze mutemeje mu mategeko ivyo navuze hejuru vyose.

    Ivyo bintu vyose navuze Imana iravyanka cane, nongeyeko n’igiturire, injustice, irementanya,…murazi ko na Sodoma na Gomora vyaturiwe kubera ivyo vyaha bashaka kudukwegeramwo.

    Rero muri vyinshi ayo mahanga ategeka ibindi bihugu kwubahiriza Imana iravyanka cane. None rero ko twayishize imbere kandi nka numva n’umugambwe uri kubutegetsi CNDD-FDD biyemeje gushira Imana imbere nk’Abarundi twoba turitegura kutazokwigera twemera guha icicaro ivyaha Imana yanka. Ivyo kuva kubari hejuru mu butegetsi nitwabikora tukagendera mu vyo Imana igomba, Satani ntazoronka inzira na nto.

    « Les hommes … se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement » Romains 1:27
    Monsieur Audifax badanya iyo nzira yo kubwira abantu ko Abarundi tudashize Imana imbere nta ntambwe n’imwe tuzotera haba mu mibano, muri politike no mu butunzi.

    Imana igihezagire.

    « Avez-vous remarquer à quel rythme évolue le monde et ses tendances (mode, pratique, mentalité…) ? Celui-ci nous demande également d’évoluer avec lui en acceptant les évolutions de ce monde avec des vices et des faiblesses spirituelles qui détruisent notre société. Parmi ces pratiques, on retrouve l’homosexualité, une œuvre de la chair, qui est devenue de plus en plus visible, et impactante dans notre société. Cette dernière prône la tolérance et l’ouverture d’esprit comme évolution des mentalités. Mais attention ! ce n’est pas à la société de fixer les normes de la loi morale. Ce que la mode permissive actuelle admet, n’est pas admis par Dieu qui ne change jamais. »

    Source: http://gloireadieu.fr/societe/lhomosexualite-est-une-abomination-selon-dieu-4870

    • Kagimbi

      Gerard,

      Leta nibandanye itoteze aba homosexuels, je doute fort si ce qu’ils font correspond a la volonte de Dieu! Les tueries diverses (Kamenge, Gahombo, Gitega, Muyinga, Gatumba, Buja rural/urbain), inclus les corps jetes dans difeerentes rivieres, etc….. sont classees dans la meme categorie! Diviser les partis, recuperer les partis des autres en imposant des presidents illegitimes (FNL, UPRONA, FRODEBU, UPD ETC); exiler les autres (Nyangoma et Alexis meritent-ils tout ca?), emprisonner pour la moindre difference (Radjabu, les membres du MSD, d’autres du FDD) tout ca est pire que ce que font les homosexuels a mon avis.

      • Gerard

        Cher ami Kagimbi,
        Ivyo vyose wavuze ababikora barazi ko bagira nabi kandi batihanye ntibizokwojana puisque Dieu n’est jamais injuste. Ariko abo banyamerika, n’abanyaburaya twama duhayagiza iyo bashaka kutujana si heza namba. Wa mugani wa Kagame, abanyafrika dukwiye kwicara tukaraba democratie nyakuri ico arico; pas une democratie importée et imposée! Nanje nokwengerako nti tworaba ko iyo democratie ijana nivyo Imana Rurema igambo ». Ntushobora kuvuga ngo ivya politike ku ruhande, ivy’Imana ku ruhande. Ico wokora cose Imana itarimwo iherezo ryaco ryama riba ribi. Na barya bagabo bavuga ngo barakomeye kw’isi rindira bagume bajomba agatoke mu jisho ry’Imana mu gutekeka isi yose ngo yemeze homosexualité n’ibindi Imana yanka urunuka nko gusesa amaraso y’inzirakarengane.

        Audifax ico yomenya co ni kimwe: nta muntu numwe azoza ashira Imana imbere ngo abanyamerika n’abanyaburaya ngo bamwemerere.

        Imana ishirwe heujuru.

  6. Terimbere

    Les occidentaux, eux ils font toujours le double jeu!
    Une fois ami de ces occidentaux, ils peuvent te soutenir ouvertement, ou discretement et ils finiront toujours par te lacher car tu pourras pas, en tant qu’etre humain, eternellement proteger leurs interets toujours croissants! C’est qui est important, c’est de saisir le message quand il est temps de plier baggages avant qu’il soit trop tard!
    Exemple concret pour le cas de notre Monarque:
    Mandat 1er en 2005: Soutien total occidental
    Mandat 2nd en 2010: Soutien discret
    3eme Mandat: LACHE!!!
    A lui de saisir le message, et je lui souhaite de tout mon coeur de faire le bon choix!

    • Wise

      Nohanura notre monarque ko yokwigira ama rembe muri 2015 abo bazungu nayo ahandi bazomurungika kuramutsa Bagbo

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 212 users online