Samedi 10 décembre 2022

Santé

Peste caprine, le bon fumet de la brochette de chèvre s’éloigne, les clients aussi

21/01/2018 1

Des vendeurs de la brochette de chèvre sont fâchés. L’annonce de la peste caprine plombe leur commerce. La clientèle a considérablement baissé. Un bon nombre se sont tournés désormais vers le bœuf. Des témoignages recueillis ce jeudi 18 janvier dans la zone de Nyakabiga, commune Mukaza, font état d’une grande perte.

La brochette de chèvre est de plus en plus rare

Gérard Niyungeko, employé au bistrot «Ku mugenzi» de Nyakabiga II, fait savoir que les femmes étaient parmi les grands consommateurs de brochettes de chèvre. «Sur la plupart des commandes effectuées par les femmes, c’est la brochette de chèvre ou de saucisse que ces clientes préfèrent».

Il soutient que le marché était bon avant l’apparition de ce fléau : «Une chèvre de plus de 30 kg pouvait être consommée en une soirée.» Et aujourd’hui que les gens n’en consomment pas, dit-il, c’est normal qu’on travaille à perte.

D’après lui, ceux qui se rabattent sur la brochette de bœuf sont minoritaires. Il a du mal à terminer même 5 kg par jour.

Pour les amateurs de la brochette de chèvres, c’est la désolation. Ils doutent même de l’efficacité du contrôle des vétérinaires délégués par la mairie : «Ils doivent vérifier si la viande est saine mais des inquiétudes restent».

Ils sont corruptibles, lâche un client rencontré au ‘‘Bar Nobel Nyakabiga’’. Avant d’ajouter aussitôt : «La viande de chèvre est plus délicieuse que celles de vache».

Les gérants des cabarets n’en reviennent pas. «Les consommateurs de brochettes prennent aussi de la bière. Cette baisse implique celle de l’écoulement des boissons».

Le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a suspendu temporairement, depuis le 12 janvier, les marchés des petits ruminants suite à l’apparition de la peste caprine.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. kirosi

    Gare aux chiens. Rien ne va avec les Gacece aux commandes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 929 users online