Mardi 27 septembre 2022

Économie

Pénurie du carburant : « A quand une solution durable ? »

30/08/2022 3
Pénurie du carburant : « A quand une solution durable ? »
Un camion-citerne dépose 25 mille litres de mazout sur une station-service à Musaga, ce 29 août

Après la note de la Regideso de ce 25 août appelant les stations-services à aller s’approvisionner du carburant à Gitega, des files d’attentes s’observent toujours devant différentes stations-service en mairie de Bujumbura. Des conducteurs et passagers appellent la Regideso à approvisionner toutes les stations-service œuvrant en mairie de Bujumbura.

« Il n’y a pas encore de carburant. Nous attendons depuis des jours que ces stations-service soient approvisionnées en carburant en vain. A quand peut-on s’attendre à une solution durable à la crise pétrolière ? », s’interroge un conducteur rencontré devant la station-service Mogas en zone urbaine de Musaga près du parking desservant le sud du pays. D’autres stations-services avoisinant cette dernière n’ont pas aussi de carburant. Des propriétaires de véhicules disent attendre patiemment que toutes les stations-services s’approvisionnent auprès de la Regideso à Gitega.

Sur une autre station-service basée à la deuxième avenue de la même zone, un camion-citerne venu de Gitega arrive vers 11 heures. « Ce n’est que 25 mille litres de mazout. Pas d’essence », confie un responsable de cette station-service.

Des véhicules consommant du mazout y font une queue. Des conducteurs jubilent. « Le carburant arrive finalement. Espérons qu’il n’y aura plus de pénurie », commente un conducteur de camion garé devant une pompe en attente d’être servi.

Sur la station Interpetrol basée sur la route nationale RN3 dans la zone urbaine de Rohero s’observent, vers 12 heures, une file d’attente de plusieurs véhicules. Des conducteurs attendent depuis la nuit dernière.

« Je suis arrivé ici à 22 heures de la nuit précédente. J’ai passé toute la nuit sur cette file d’attente. On n’a pas même espoir que cette station soit approvisionnée aujourd’hui », indique un conducteur de bus.

Selon lui, même sur le peu de stations-services approvisionnées ces derniers jours, il n’y a pas suffisamment de carburant : « Il faut que le gouvernement fournisse beaucoup plus d’efforts pour sortir le pays de cette situation de crise pétrolière ».

Un autre conducteur regrette que des revenus aient constamment chuté suite à la pénurie du carburant : « Nous travaillons seulement deux jours la semaine et 6 jours le mois. On doit passer beaucoup de jours sur les files devant les stations ». Il appelle la Regideso à approvisionner toutes les stations-services en mairie de Bujumbura pour faire face à ce problème de pénurie.

Des files indiennes sur les parkings

Sur les parkings desservant différents quartiers de la ville de Bujumbura s’observent toujours de longues files de passagers en attente des bus. A 19 heures, ce 29 août, peu de bus présents sur les parkings dans le centre-ville ne parviennent pas à contenir tous les passagers.

« Avec toutes ces informations qui ont circulé, la semaine passée, faisant état de l’importation des millions de litres du carburant, j’ai dit au revoir aux files dans le centre-ville. A ma grande surprise, rien n’a changé. C’est regrettable », indique Chantal, habitant de la zone urbaine Ngagara.

Pour Sylvain, un agent de banque résidant dans la zone urbaine de Kanyosha au sud de la ville de Bujumbura, l’espoir que la situation retourne à la normale s’effondre du jour au lendemain : « Si ce carburant a été vraiment importé, où est-il passé ? La situation devrait changer sur les parkings. C’est fatigant de passer toujours plus d’une heure sur la file d’attente ». Pour lui, la Regideso devrait s’entendre avec les sociétés privées œuvrant dans le secteur pétrolier sur la distribution de ce carburant récemment importé.

Ce 25 août, la Régie de production et de distribution d’eau et d’électricité (Regideso) a sorti une note appelant les stations-services d’aller s’approvisionner du carburant à Gitega, la capitale économique. Elle a exclu les stations-services gérées par les sociétés privées dont Interpetrol, BUPP, Mogas, Prestige, Yoc et Delta. Dans une réunion des cadres du ministère de l’Energie de ce 29 août, il aurait été décidé que des stations-service ayant des contrats avec Interpetrol, mais qui ne sont plus servies par cette société puissent aussi s’approvisionner auprès de la Regideso.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Turarushe

    Le ministre chargé de la coopération yavuze imbere y’anaserukira union européenne ngo nta mafaranga y’imfashanyo uBurundi bukeneye none raba turakibititse

    • Yan

      Amahera y’imfashanyo ni « Indya y’umugayo iribwa n’umugabo »! N’ukuyarya ukebaguzwa!

    • Stan Siyomana

      @Turarushe
      1. Jewe mbona n’ubundi Union Européenne yagerageza gufasha nko mu mugambi w’uko abavyeyi bibaruka kubuntu, n’uko abana bari musi y’imyaka itanu bivuririza kubuntu.
      2. Reta y’Uburundi yonyene itatunganije neza ibisata ibi na biriya KUGIRA NGO AMAHERA Y’AGACIRO ashobore kuboneka mugihugu, vyogorana kumvisha Union Européenne ko iza gufasha kuzana igitoro i Burundi.
      3. Le cours du pétrole brut Brent (= standard international) pour livraison en novembre est maintenant à 93,19 dollars américains par baril (=159 litres).
      Donc ce cours a dimunué de 20,1% depuis le 8 juin quand il avait atteint 116,64 dollars par baril.
      https://www.barchart.com/futures/quotes/QAX22/interactive-chart

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 165 users online