Jeudi 06 octobre 2022

Santé

« Pas de santé sans la santé mentale »

22/09/2022 0
« Pas de santé sans la santé mentale »
Albert Mbonerane : « Si nous arrivons à régler des problèmes sociaux, la santé mentale s’améliorera. »

Lors d’une réunion animée ce 21 septembre dans le cadre d’échange d’expérience des intervenants dans le secteur de la santé mentale, l’ambassadeur Albert Mbonerane, représentant légal de l’Association Action de lutte contre la Malaria (A. LU. MA- Burundi) signale que le phénomène est grave. Il propose de prendre en charge les malades mentaux.

Les provinces de Bujumbura mairie, Gitega, Ngozi et Rumonge sont les plus touchées du traumatisme. Selon Ambassadeur Albert Mbonerane, la quantité des drogues qui s’y vend est très grande. Les drogues comme boost, cocaïne, champignon magique et des boissons distillées clandestinement telles que Karibu, Kanyanga, Umunanasi font des ravages.

Il explique que les jeunes consomment des stupéfaits et des boissons prohibées en croyant qu’ils vont se retrouver dans une situation confortable. Ces produits engendrent des effets néfastes sur la santé mentale et créent des problèmes au niveau de la communauté.

D’après Albert Mbonerane, les produits prohibés traînent sur le marché et leurs effets néfastes semblent être ignorés. « Il y a des lois dont le code pénal et une ordonnance ministérielle qui interdisent la vente des stupéfaits. Si on les met en application, ils pourront contribuer à l’améliorer de la santé mentale de la population. »

Selon cet activiste, le gouvernement devrait prendre des mesures rigoureuses interdisant de produire et d’exercer le commerce de ces produits. « Si on continue à vendre ces produits à des coûts accessibles, on pourra s’interroger quel est l’avenir de ces jeunes » signale M. Mbonerane.

Il indique que les gens ne comprennent pas qu’il faut traiter un malade mental comme n’importe quel malade. D’après lui, les gens discriminent le malade et sa famille en disant ce garçon est un fou et il est de la famille telle. « La cohésion n’est pas du tout bonne au sein de la communauté. C’est pourquoi, il faut sensibiliser les Burundais pour assister les malades mentaux », souligne Albert Mbonerane.

Il fait savoir que les psychotropes coûtent énormément cher. « On va continuer à plaider pour que les personnes souffrant des troubles mentaux puissent accéder à des médicaments gratuitement comme on le fait pour le Sida et la tuberculose » rassure-t-il.

Il propose à la Mutuelle de Fonction publique de prendre en charge les médicaments pour alléger les coûts familiaux. Il conseille aux gens d’éviter de stigmatiser et de discriminer les malades mentaux.

Il souhaite que les zones d’intervention soient étendues sur tout le pays « un malade mental parcourt de longue distance pour arriver au centre psychiatrique ». Signalons qu’il a quatre centres psychiatriques sur le territoire national à savoir le Centre Neuro-Psychiatrique de Kamenge, Centre psychiatrique de Ngozi, Centre de soins mentaux de Gitega ET Centre de l’hôpital de Rumonge.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 035 users online