Samedi 29 janvier 2022

Politique

PARCEM dresse un bilan mitigé de la bonne gouvernance au Burundi

05/01/2022 Commentaires fermés sur PARCEM dresse un bilan mitigé de la bonne gouvernance au Burundi
PARCEM dresse un bilan mitigé de la bonne gouvernance au Burundi
Faustin Ndikumana appelle au rétablissement de la coopération pour parier aux défis économiques

L’association Paroles et Action pour le Réveil des Consciences et le Changement des Mentalités (PARCEM) indique que le développement économique et la bonne gouvernance ont fait face à moult défis en 2021 et recommande la redynamisation de la politique anticorruption.

« Au niveau de l’économie, la persistance de la pénurie des devises reste un handicap majeur au décollage économique au Burundi », a fait savoir Faustin Ndikumana, président de Parcem dans une conférence de presse animées ce 4 janvier. Pour y remédier, il appelle au rétablissement de la coopération au développement pour relever l’économie burundaise.

Selon lui, l’année 2021 a été marquée par la pénurie des produits de première nécessité comme le sucre, les boissons de la Brarudi et le ciment : « C’est déplorable que certaines entreprises aient échoué à satisfaire le marché local ».

En outre, il dénonce la prolifération des usines qui fabriquent des produits alimentaires dont la qualité est à douter : « La BBN doit jouer son rôle pour avoir des produits de qualité qui peuvent être aussi exportés pour pallier la pénurie des devises ».

Faustin Ndikumana regrette que certains secteurs porteurs de croissance se retrouvent confrontés à plusieurs défis : « Les contrats d’exploitations dans le secteur minier ont été suspendus. Et le tourisme est encore en berne ».
« Que les hautes autorités déclarent leurs biens »

Selon le président de Parcem, l’année 2021 s’est encore clôturée avec des lacunes dans la lutte contre la corruption : « Sans déclaration des biens des hautes autorités, la lutte contre la corruption est encore un rêve ».

Pour lui, les institutions chargées de lutter contre la corruption sont dans l’inertie : « Elles ne font pas des investigations sur les cas avérés pour que la justice commence à frapper fort ». Il recommande la redynamisation de la politique anticorruption et l’indépendance effective de la justice.

D’après Faustin Ndikumana, la cohésion nationale constitue un pilier fondamental pour le décollage économique. Ainsi, il encourage la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) à continuer ses investigations sur le passé du pays.
« Tant que chaque groupe politico-ethnique aura tendance à ne commémorer que les siens, la cohésion nationale sera encore difficile à atteindre », fait-il savoir.

Pour lui, il faut révéler la vérité sur toutes les crises qui ont endeuillé le Burundi et surtout parvenir à rassembler les Burundais vers la commémoration commune.

En ce qui est de la gouvernance démocratique, Faustin Ndikumana regrette qu’il y ait un faible débat politique sur ce qui se passe dans le pays. Et de fustiger que l’intolérance politique persiste dans le pays.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Recrutement. Une épine dans le pied des entreprises publiques

Les défis soulevés par les directeurs généraux de la Régie nationale des postes (RNP) et de l’Office national des télécommunications (ONATEL) lors de la visite de la ministre en charge de la Communication sont énormes. D’aucuns se demandent si ces (…)

Online Users

Total 4 080 users online