Vendredi 24 mai 2024

Société

« On nous arrête, on nous emprisonne arbitrairement.»

21/11/2017 2

Les enfants en situation de rue en mairie de Bujumbura dénoncent un traitement indigne à leur endroit. Ils disent parfois simuler l’évanouissement pour être relâchés. Ils se sont exprimés, ce lundi 20 novembre, à l’occasion de la journée mondiale de l’enfant.

Enfants en situation de rue

Alexis Hatungimana, 16ans, est un enfant de la rue rencontré dans la matinée de ce lundi, au Boulevard de l’Uprona. Il a regagné la rue suite au traitement cruel de ses parents : « Ils m’ont toujours insulté, maltraité et battu. »

Selon Elvis Nsavyimana, 10ans, de la zone Musaga, c’est la mésentente entre ses parents qui est à l’origine de sa situation. «Mes parents ne s’entendaient pas. Mon père tabassait souvent ma mère. » Il confie que son père l’a délaissé tout petit et qu’il a dû prendre le chemin de la rue.

Quant à Divin Tuyisenge, 11 ans, il veut reprendre ses études. Il a quitté l’école en 3ème primaire. Puis est descendu sur Bujumbura en quête d’argent. Il s’est en définitive retrouvé dans la rue.

Ces enfants en situation de rue saluent les interventions des organisations caritatives. Notamment Giriyuja et Terre des hommes. Ils leur viennent en aide en cas de maladie ou d’emprisonnement. Ils demandent aux autorités de s’investir pour le respect des droits des enfants.

La journée mondiale de l’enfant est célébrée depuis 1954. Le thème de cette année : « Un enfant, un toit ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. MUBI

    Encore un symbole de notre déréreglement social. Ifi itangura kuba nabi kumutwe.

    • Banza

      @MUBI
      Et dire qu’il y en a qui sont persuadés que le pays n’est pas surpeuplé! Qu’en penses-tu, toi?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La vie chère de plus en plus chère

Les incompréhensions sont profondes. La hausse constante des prix dans le panier de la ménagère devient un sujet de préoccupation majeure pour de nombreuses familles. Les consommateurs voient et décrient l’augmentation exponentielle des prix. La plainte retentit de toutes parts. (…)

Online Users

Total 4 486 users online